Prix Goncourt 2015 : le lauréat est Mathias Enard!

Avec son roman « Boussole » (Actes Sud), il succède à Lydie Salvayre, Goncourt 2014 avec « Pas pleurer ». Une élection obtenue dès le premier tour.

Afficher l'image d'origine

Entre Hédi Kaddour, déjà couronné la semaine dernière par le Grand Prix du roman de l’Académie française pour Les Prépondérants (éd. Gallimard), Tobie Nathan (Ce pays qui te ressemble chez Stock), Mathias Énard (Boussole aux éditions Actes Sud) et Nathalie Azoulai (Titus n’aimait pas Bérénice chez Pol), il était bien difficile de dégager un favori… C’est finalement Mathias Énard qui l’emporte dès le premier tour avec six voix contre deux à Tobie Nathan et une pour Hédi Kaddour, succédant à Lydie Salvayre (Pas pleurer, Seuil).

Les quatre finalistes du Goncourt, dévoilés le 27 octobre au musée du Bardo à Tunis, mettaient au coeur de leurs romans les relations compliquées entre l’Occident et l’Orient. Pour mériter le Goncourt, il faut « une histoire, une écriture, une ambition », avait résumé mardi matin Bernard Pivot, président de l’Académie Goncourt, sur France Inter. Le lauréat du Goncourt recevra un chèque de… 10 euros. Mais l’enjeu est ailleurs : un roman estampillé Prix Goncourt se vend en moyenne à environ 400 000 exemplaires.

Publicités

Prix Goncourt 2015 : les quatre finalistes

Ce pays qui te ressemble

Pour la dernière ligne droite de son concours, l’Académie Goncourt a choisi un lieu très symbolique. C’est depuis le musée du Bardo de Tunis qu’elle a en effet annoncé le nom des quatre finalistes du plus prestigieux des prix littéraires français.

Afficher l'image d'origine

Le franco-tunisien Hédi Kaddour pour son roman «Les prépondérants» (éditions Gallimard) est encore dans la course, ainsi que Nathalie Azoulai («Titus n’aimait pas Bérénice», éditions P.O.L), Mathias Enard («Boussole», éditions Acte Sud) et Tobie Nathan («Ce pays qui te ressemble», éditions Stock).L’écrivain algérien Boualem Samsan («2084») et Alain Mabanckou («Petit piment») n’ont donc pas été retenus.

Afficher l'image d'origine
«Nous sommes venus dire tenez bon, on est avec vous», a expliqué Bernard Pivot, président du jury Goncourt, pour justifier le choix du Bardo pour annoncer la liste finale. En mars dernier, ce musée de Tunis a été la cible d’un attentat ayant fait 22 morts. L’attaque avait été renvendiquée par Daech. «C’est une manière très symbolique, mais très sincère de dire : Vous vivez une période difficile mais la France pense à vous, notamment les écrivains, les journalistes, les professeurs, les étudiants. Soyez fermes. Les principes de liberté de pensée, d’écrire, de parler sont essentiels», a ajouté Bernard Pivot. Les membres du jury se sont également recueillis devant la stèle érigée en hommage aux victimes.
Afficher l'image d'origine
Hédi Kaddour, déjà lauréat lundi du prix Jean-Freustié, est l’un des favoris des prix littéraires d’automne. Son roman qui se passe dans les années 20, dans un protectorat français du Maghreb, évoque les «conflits entre colons français et jeunes nationalistes épris d’indépendance» dans une petite ville où des Américains de Hollywood viennent tourner un film.

Le lauréat du prix Goncourt sera annoncé le 3 novembre à Paris.