La rentrée littéraire 2019 aux Editions Stock : des livres prometteurs

Ce mardi 29 janvier, dans le décor magnifique du Musée Gustave Moreau, les éditions Stock, en présence des auteurs, dévoilaient leur rentrée littéraire d’hiver.

50799510_10217848717471064_2783230088747941888_n.jpg

Avant de revenir sur chaque livre par le biais de chroniques qui s’égrèneront au fil des semaines, je vous propose un aperçu de ce qui vous attend en librairie. Des univers riches, variés, des auteurs connus ou primo-romanciers, vos bonheurs seront multiples. ❤

  • Raphaëlle Liebaert, nous a présenté Trouble, de l’écrivain Jeroen Olyslaegers, paru dans la collection La Cosmopolite. Récompensé par le plus prestigieux prix littéraire belge, Trouble interroge la frontière entre le bien et le mal et fait surgir un temps passé qui nous renvoie étrangement à notre présent.

img_7917

  • Laurence Tardieu est venue nous parler de ce roman qu’elle a pris un plaisir fou à écrire : Nous aurons été vivants, paru dans la collection La bleue.  Un hymne à la vie que je suis en train de lire avec émotion.

img_7918

  • Julien Blanc-Gras, quant à lui , nous offre une chronique de la paternité, avec Comme à la guerre, paru dans la collection La Bleue. Roman d’une vie qui commence, manuel pour parents dépassés, réflexion sur la transmission, cette chronique de la paternité dans le Paris inquiet et résilient des années 2015-2018 réussit le tour de force de nous faire rire sur fond de tragédie.

img_7919

  • Dominique de Saint-Pern nous a parlé d’Edmonde, son roman à paraître fin février dans la collection La bleue. Elle y retrace la métamorphose d’Edmonde Charles-Roux en femme libre. Une fresque fascinante.

img_7920

  • Paula Jacques a choisi une héroïne sans principe ni morale, Louison Desmarais, dans son nouveau roman paru dans la collection La bleuePlutôt la fin du monde qu’une écorchure à mon doigt. Un roman captivant et délicieusement irrévérencieux.

img_7921

  • Louis-Henri de la Rochefoucauld, critique musical, évoque son roman désopilant, faussement initiatique, La prophétie de John Lennon. « Le christianisme s’en ira. Je n’ai pas besoin de débattre de cela. J’ai raison et l’avenir le prouvera. Aujourd’hui, nous sommes plus populaires que Jésus. » Ainsi parlait Lennon en 1966. Avait-il raison?

img_7925

  • Après Trois jours à Oran, roman qui évoquait sa relation avec son père, Anne Plantagenet évoque son grand-père italien et sa relation avec sa mère dans D’origine italienne à paraître fin février.

img_7926

  • Théodore Bourdeau, avec beaucoup d’humilité, présente son premier roman paru dans la collection Arpège, Les petits garçons. Un premier roman enlevé, à l’humour réjouissant, qui entremêle la douceur de l’enfance, les erreurs de jeunesse et le nécessaire apprentissage de la vie.

img_7927

  • Caroline Caugant creuse la puissance familiale dans Les heures solaires, paru dans la collection Arpège. Et de nous interroger : les monstres engendrent-ils toujours des monstres ?

img_7922

  • Agathe Ruga, primo-romancière, présente Sous le soleil de mes cheveux blonds, à paraître fin février dans la collection Arpège. Un roman, qui a séduit la directrice littéraire, Caroline Laurent : « Ce roman a un vrai ton, une maîtrise narrative. On dévore le livre, on a envie d’avoir la conclusion de cette histoire d’amour très romanesque. C’est un premier roman très réussi. »

img_7924

Une mention spéciale à Valentine Layet-le Mauff qui a organisé la présentation dans ce lieu magique.

 

 

Publicités