Paris en Toutes Lettres du 9 au 20 novembre 2017

e19be90d-e510-43e4-b52d-5d92a14e1dcb

Fondé sur les hybridations entre les genres littéraires et les formes artistiques, Paris En Toutes Lettres se déploie dans toute la ville autour de 16 lieux. Il explore également les résonances entre la géographie parisienne et sa vie littéraire. À travers ce foisonnement de propositions, c’est à un Paris résolument vivant et traversé de littérature que le festival donne voix chaque année.

75d8f40c-391d-49b4-a5f5-aafe814b5b88

Le festival Paris en toutes lettres célèbre les poètes du 9 au 20 novembre à la Maison de la poésie, à Paris 3e, et dans une douzaine de lieux voisins.

Au programme : des lectures, des rencontres, des concerts littéraires, des conférences et des performances. Avec le comédien et réalisateur Mathieu Amalric accompagné du percussionniste Mahut, l’essayiste Pierre Rabhi, les écrivains Cyril Dion et Lola Lafon, ou encore les chanteurs Arthur H et Philippe Katerine.

Parmi les temps forts : une Nuit de la poésie à l’Institut du monde arabe, au cours de laquelle des personnalités du monde de la culture, de la politique et de la musique enchaîneront les lectures (le 11 novembre de 19h à 6h) , des lectures par des élèves du cours Florent à la Maison de Victor Hugo (le 17 novembre dès 18h30), un bal littéraire qui alternera danses et déclamations à la Gaîté lyrique (le 18 novembre dès 19h30), des ateliers d’écriture hip-hop à la médiathèque de la Canopée (le 18 novembre), et des siestes acoustiques (le 19 novembre).

Revisitant l’actualité littéraire, le festival fait aussi la part belle aux créations mettant en regard littérature et musique. Parmi plus de quarante lectures, rencontres ou concerts littéraires, on trouve également d’originales performances. À travers ces multiples lieux et propositions, c’est à un Paris vivant et traversé de littérature que le festival donne voix.

Vendredi 13 octobre : RDV exceptionnel avec plein de talentueux auteurs à la librairie « L’oeil écoute » : save the date!!!

cropped-photo-site-oeil-écoute1

Le vendredi 13 octobre, les auteurs et vous, lecteurs, êtes appelés à vous mobiliser pour une très belle cause : sauver la librairie L’oeil écoute, au 77 boulevard du Montparnasse (Paris 6ème). Bloquez cette date, faites en sorte que le vendredi 13 soit un jour porte-bonheur pour tous les amoureux de littérature!

L’évènement du vendredi 13 octobre : Un livre de votre choix acheté, dédicacé par  les auteurs en présence, pour sauver la librairie

Le vendredi 13 octobre, les auteurs viendront avec une bouteille et quelque chose à grignoter et offriront aux lecteurs un pot de l’amitié. Pour participer, rien de plus simple. Il suffit de s’engager à acheter un livre de la librairie quel qu’il soit. Cela peut-être un polar, un roman d’amour, de politique, un livre pour enfant, un livre de cuisine, celui qui vous tente ou que vous aviez remis à plus tard. Les auteurs y poseront une petite dédicace en souvenir de la soirée.

Une cagnote sur Ulule.com :

Vous n’habitez pas Paris? Qu’à cela ne tienne, vous pouvez participer quand même! Pour ceux qui n’habitent pas la région parisienne ou qui ne sont pas libres ce soir-là, vous pouvez en effet participer à cette opération de soutien en déposant symboliquement le prix d’un livre sur la cagnotte Ulule https://fr.ulule.com/librairie-loeil-ecoute/ mise en place pour tenter de sauver la librairie. Pour l’instant, €5.297 ont été réunis, soit 21% des 25.000 nécessaires. Mais, grâce à vous, les choses vont changer, c’est sûr…

Quels seront les auteurs présents au pot de l’amitié ?

IMG_5509Nombreux sont les auteurs qui ont déjà répondu présent. Parmi eux, René Manzor, toujours prêt à se mobiliser pour une cause noble. Mais aussi Olivier Norek Guillaume MussoBernard MinierNiko TackianIAN ManookSamuel DelageLaurent Scalese. D’autres auteurs seront présents dont nous vous communiquerons les noms au fur et à mesure de leur réponse.

Quelle heure : 

En nocturne, de 18 heures à … l’épuisement des auteurs et lecteurs ! 😉

Comment venir  la librairie L’oeil écoute : 
La librairie est située au 77 boulevard du Montparnasse à Paris dans le sixième arrondissement, à deux pas du carrefour du 18 juin et de la rue de Rennes.
Si vous venez en métro, prenez la sortie 5 à Montparnasse.
oeilecoute17o.dion_.jpg
Horaires de la librairie : car vous pouvez bien sûr y aller aussi en dehors de cette manifestation de soutien ! 😉
Lundi: 10h à 19h45
Mardi: 10h à 22h45
Mercredi: 10h à 22h45
Jeudi: 10h à 22h45
Vendredi: 10h à 23h45
Samedi: 10h00 à 23h45
Faites circuler, partagez, venez nombreux soutenir cette librairie! Rendez-vous le 13 octobre à 18 h00!

La tour Eiffel se balade à Paris (Nathan)

La-Tour-Eiffel-se-balade-a-Paris

La tour Eiffel se balade à Paris, Mymi Doinet (auteure) et Mélanie Roubineau (illustratrice)

Editions Nathan, mai 2017

Dès 4 ans.

Un album pour découvrir les lieux mythiques de la capitale, avec Léa et Nino, accompagnés de la tour Eiffel.

Visiter Paris à dos de tout Eiffel, voilà l’incroyable chance de Léa et Nino. En effet, tandis que ces derniers participent à une grande chasse au trésor et peinent à le trouver, la tour Eiffel leur propose son aide. Elle connaît tous les monuments et lieux mythiques de la capitale et pourra les guider! C’est décidé, elle sera leur taxi.

Des  quais de Seine à Notre-Dame, en passant par le marché aux fleurs, les étals des bouquinistes, les bateaux-mouches, le zoo de Vincennes, l’arc de triomphe ou encore le Louvre, les enfants suivront avec amusement Léa et Nino dans leurs aventures à travers la ville, tout en découvrant les lieux magistraux de la capitale. Une visite guidée ludique et instructive. Un joli livre à offrir avant un séjour dans la capitale, ou en souvenir de ce dernier.

 

Le seul vrai langage au monde est un baiser…

Ce mois-ci, mon article pour le magazine Le provocateur de sourires est consacré  au projet de Julien Nonnon, intitulé : Le baiser. 

le_baiser26-lydiakevin

(Photo copyright Julien Nonnon.)

 

“Le seul vrai langage au monde est un baiser“. C’est cette citation d’Alfred de Musset qui a servi de fil conducteur au nouveau projet de Julien Nonnon, street-artiste. Un projet baptisé #Le-baiser.

Le principe ? Dans un premier temps, la création d’une bibliothèque de l’amour. Qu’est-ce donc, vous demandez-vous? La constitution d’une banque de clichés et de vidéos de baisers. Les personnes sont des anonymes parisiens volontaires (couples, parents avec enfants, amis, voire inconnus). Une centaine de couples ont ainsi été retenus. Puis ces images et films sont projetés en format géant sur les murs emblématiques de la capitale, avec un jeu subtil sur l’interaction entre ces créations et l’architecture urbaine avoisinante.

le_baiser02-colombemaxime-768x1000

(Photo copyright Julien Nonnon)

Le but ? Que tous les parisiens se réapproprient leur ville avec amour.

Pour lire la suite de l’article, rendez-vous sur la page du magazine Le provocateur de sourires : cliquez ici!

1er forum « Fnac Livres » du 2 au 4 septembre à Paris

titre-forum-fnac-livre

La Fnac lancera du 2 au 4 septembre à Paris, le « Forum Fnac Livres », un nouvel événement littéraire, dédié aux auteurs et ouvert à tous, dont le premier invité d’honneur sera le romancier américain Jonathan Franzen. Auteur des « Corrections », de « Freedom » et dernièrement de « Purity » (Éditions de l’Olivier), Jonathan Franzen participera le 2 septembre à l’une des rencontres proposées pendant trois jours entre écrivains et public.

Plus d’une centaine d’auteurs de la rentrée littéraire sont attendus pour cette manifestation qui se tiendra au Carreau du Temple, à Paris (3e arrondissement).

eiffage_construction_carreau_du_temple

Retrouvez le programme complet de ces trois journées (rencontres, dédicaces, débats, auteurs présents), en cliquant sur ce site : Forum Fnac Livres

 

 

Magnifique concert de gospel et de negro-spiritual avec The legend singers

Avis aux parisiens et aux non-parisiens de passage à Paris. Dans le quartier latin, à deux pas du square René-Viviani, la magnifique église médiévale de Saint-Julien du pauvre accueille chaque samedi soir un spectacle exceptionnel de gospel et de negro-spiritual.

Les sept chanteurs du groupe Legend Singers, leur chef de choeur Jackson M’Pongo  et leurs musiciens (pianiste et bassiste) passent en revue les plus belles oeuvres du répertoire : Oh Happy Day, Total Praise, Amen, When the Saints, Alleluia… Ces chants, empreints d’espoir et de ferveur religieuse, expriment tout le drame des populations africaines déracinées et vendues pour travailler dans les plantations du sud des Etats-Unis. Une ferveur que le talentueux et chaleureux groupe communique à la salle. Très vite, le public tape des mains, chante, se balance, communie avec les chanteurs. Des chants d’une incroyable richesse et indiciblement émouvants.

On ressort de ce concert enrichi par ce que l’on a reçu. Plus qu’une musique, le gospel est toute une culture, au delà des modes, qui permet aux hommes d’exprimer leur foi et leur espoir en un monde plus fraternel.

A voir!

Informations pratiques : 

Paroisse Saint-Julien-le-Pauvre
79 rue Galande 75005 Paris
Métro : Cluny-La Sorbonne (L 10), Saint-Michel (L 4)
RER B & C : Saint-Michel – Notre-Dame

Durée du concert : 1h40

Réservations : http://www.billetreduc.com/111742/evt.htm

Et un petit aperçu pour achever de vous convaincre : https://www.youtube.com/watch?v=IJRPEkqYB2s

Chasse au trésor du 5 au 7 février avec Albin Michel et Mathias Malzieu!

 

À l’occasion de la sortie du Journal d’un vampire en pyjama, le nouveau livre de Mathias Malzieu, le chanteur de Dionysos, les éditions Albin Michel vous proposent un petit jeu dans Paris ! Pour ne pas rater le top départ, inscrivez-vous à l’événement sur Facebook : Evènement Facebook.
Ce week-end, le vampire en pyjama envahit les rues de Paris. Attrapez-le pour tenter de gagner une rencontre avec Mathias Malzieu et de nombreux cadeaux dédicacés !

Saurez-vous le retrouver ?

 

À gagner : une rencontre avec Mathias Malzieu et de nombreux cadeaux !

Un hiver à Paris, de Jean-Philippe Blondel : bouleversant…

Un hiver à Paris, de Jean-Philippe Blondel
Éditions Buchet-Chastel, 31 décembre 2014
Dans la lignée de Et rester vivant, il y a chez le personnage-auteur-narrateur la même rage pure, la même sauvagerie- pour rester toujours debout sous des allures presque dilettantes. 
 » Nous sommes beaucoup plus résistants que nous le croyons. » C’est le constat que fait le narrateur, Victor, à la découverte d’une lettre dans sa boîte tandis qu’il rentre de vacances. Son auteur, comme lui, a survécu au pire. Et de faire un bond de trente ans en arrière, sur les bancs d’hypokhâgne à Paris. Pas simple de se faire accepter pour un élève de province, issu d’un milieu modeste, quand on a ni les codes culturels, ni les codes vestimentaires ou linguistiques. À la difficulté des études s’ajoute la dureté de l’exclusion, la solitude extrême dans cette ville où l’indifférence est reine. Mais Victor s’accroche. Mieux, il obtient de bons résultats. Et intègre la deuxième année. Dès lors, sa réussite lui rend une certaine visibilité, suscite un certain intérêt dans le regard des autres.
Un mental que n’a pas Mathieu Lestaing, nouvelle recrue de première année. Victor connait ses affres pour les avoir surmontés un an plus tôt et tente de l’épauler lors de brefs échanges et de pauses cigarettes partagées. Mais un jour, après une altercation avec un professeur, maitre dans l’art de mettre la pression à ses élèves au point de flirter avec le sadisme, Mathieu sort de ses gonds. Et c’est le drame.
Un drame dont la gravité sera inversement proportionnelle au bruit qu’il fera. Un cri enterré sous une chape de silence. Une termite qui n’aura pourtant de cesse de fragiliser les fondations de ceux qui en ont été les témoins. Insidieusement. Profondément. Comment rester debout, malgré tout?
Avec Un hiver à Paris, Philippe Blondel nous offre un roman bouleversant dont les personnages continuent à nous hanter bien après la lecture, nous happent, nous appellent, nous interpellent, nous secouent. Des personnages blessés, qui tombent parfois, mais toujours se relèvent. Des funambules de la vie auxquels on a envie de tendre son ombrelle.
Poignant.
A lire!

Coup de coeur pour « Le sourire des femmes, de Nicolas Barreau » : le livre qui délivre…

photo(10)

Nicolas Barreau

Le sourire des femmes, de Nicolas Barreau

Éditions Héloïse d’Ormesson, février 2014

« Je vais maintenant vous révéler un secret, mademoiselle Mirabeau, déclara-t-il, et chacun d’entre nous savait ce qui allait suivre, car nous l’avions tous déjà entendu une fois. Un bon livre est bon à chaque page. » Quand Aurélie, lectrice très occasionnelle, referme le roman qu’elle a entre les mains, nul doute pour elle qu’il s’agit d’un « bon » livre. Mieux : il s’agit DU livre, celui qui vient de lui sauver la vie grâce à l’éclairage apporté sur son existence, le livre qui l’aidera à surmonter les épreuves et l’accompagnera en tout lieu et en tout temps. Un livre lumière.

C’est pourtant le hasard – ou le destin?, qui l’a guidée vers ce roman joliment intitulé Le sourire des femmes. Dévastée par le départ de son compagnon, éplorée par le décès aussi soudain que récent de son père, la jeune restauratrice erre dans les rues de Paris, submergée par des idées sombres. Réfugiée dans une librairie de l’île Saint Louis pour échapper à un policier un peu trop insistant qui craint qu’elle ne tente de mettre fin à ses jours, elle se saisit du premier livre venu. Et de retour chez elle, confortablement installée pour lire, c’est le choc. Non seulement ce roman lui insuffle une extraordinaire foi en la vie, mais la comédie romantique qu’elle a entre les mains évoque une restauratrice trentenaire qui lui ressemble. Plus troublant encore, le restaurant choisi par l’auteur est SON propre restaurant…

Les informations sur la quatrième de couverture mentionnent que l’auteur, un certain Robert Miller, est un ancien ingénieur automobile résidant près de Londres. Comment cet homme peut-il connaître son petit restaurant de la rue Princesse, dans le quartier germanopratin? Comment se fait-il que l’héroïne soit son si fidèle reflet? Pour le savoir, mais aussi pour le remercier de lui avoir redonné goût à la vie, une seule solution : écrire à l’auteur. Mais ce qui semblait simple, à savoir initier un dialogie par écrits interposés, se complique quand l’auteur s’avère aussi mystérieux que ce Robert Miller, aussi insaisissable que l’air… Qui est-il vraiment? Et son éditeur, André Chabanais, pourquoi semble t-il faire barrage entre l’auteur et elle?

Dans cette comédie romantique à deux voix, Nicolas Barreau nous entraine de quiproquos en quiproquos, de petits en gros mensonges, de sorte qu’on s’interroge avec malice sur la façon dont les protagonistes vont bien pouvoir retomber sur leurs pieds. Une histoire d’amour indiciblement attachante, cuisinée avec beaucoup de talent, des zestes d’humour et énormément d’amour. A consommer sans modération!