Au jour le jour, Paul Vacca (Editions Belfond)

FullSizeRender (1)

Au jour le jour, Paul Vacca

Editions Belfond, janvier 2017

Rentrée littéraire.

Au jour le jour entraîne le lecteur dans la fascinante épopée littéraire que fut la rédaction des Mystères de Paris, plongeant l’écrivain dans un virevoltant mélange de faits réels et de fiction, au cœur d’une captivante mise en abyme dans un Paris envoûtant…

Issue d’une lignée de chirurgiens, le jeune Eugène Sue se dirige tout naturellement vers des études de médecine. Mais cet élève médiocre et turbulent, ce dandy coureur de jupons, n’y trouve pas son compte. Et de tout abandonner. « J’ai décidé de vivre. (…) Vivre, c’est ne pas se laisser dicter sa vie précisément. Vivre c’est trouver sa propre voie. Ne pas faire de plans. Ne pas entrer nécessairement dans la carrière. C’est vivre au jour le jour, cueillir ce que chaque journée est en mesure d’apporter de nouveau. En profiter chaque jour comme si c’était le dernier. » Quitte à s’opposer aux foudres paternelles.

Et c’est un évènement inattendu qui va donner naissance à sa vocation d’écrivain. Assistant à une pièce de théâtre avec son meilleur ami, il tombe en effet sous le charme de l’actrice. Mais malgré ses ruses, impossible de l’approcher. Impossible ? Pas pour Eugène Sue. Il lui écrit frénétiquement une pièce dans laquelle il lui réserve le premier rôle. Et de venir lui présenter sa création dans sa loge.

C’est une révélation. « Sa rédaction donna l’occasion à Eugène de ressentir une nouvelle forme de plaisir. (…) En se jetant dans l’écriture, il avait perçu une dimension physique, une forme de vertige délicieux (…). Une impression enivrante, comparable à ce qu’il éprouvait lorsqu’il portait l’un de ses pur-sang au galop, l’avait saisi. »

Dans le même temps, l’avènement des feuilletons dans les journaux s’avère être pour lui une providence. « Ecrire et séduire au jour le jour, pour quelqu’un qui voulait vivre et jouir au jour le jour, n’était-ce pas l’occupation rêvée ? » Son succès alla grandissant. Mais pas son inspiration. Il décida alors d’aller la chercher auprès du peuple, loin des quartiers riches de son quotidien. Pour se documenter, il se déguise et visite les bas-fonds de la capitale dans ses recoins les plus sordides. Ce qui ne l’empêche pas de retourner vivre en son palais chaque soir. Le génie de Sue est de ne pas juger, simplement plaquer sur le papier la réalité la plus crue, aborder tous les problèmes de l’époque, la condition de l’homme, de la femme, de l’enfant, les ouvriers, les prostituées, la vie dans les prisons, etc. Il parle simplement des classes les plus déshéritées. Il fait prendre aux gens du peuple conscience de leur véritable condition. Les mystères de Paris sont nés. Un succès retentissant.

Paul Vacca se révèle être un excellent conteur. Dès les premières pages du livre, le lecteur effectue un voyage dans le temps, totalement immergé dans le Paris de la fin du 19ème. Pour un peu on s’attendrait à croiser un carrosse tant il nous semble percevoir le bruit de sabots des chevaux. L’occasion aussi pour l’auteur, à travers cette mise en abyme de l’écriture, de souligner l’étonnant pouvoir de la littérature à changer nos vies et à réinventer le monde.

 

 

Sélection des livres de votre été!

10384278_843072199054032_3469047405016937709_n

L’été est là. Et dans son sillage, les vacances tant attendues. Tout au long de l’année, vous avez couru après le temps et n’avez pas pu suivre l’actualité littéraire? Qu’à cela ne tienne, je vais vous guider avec plaisir. Pensez juste à garder une place dans vos bagages entre la crème solaire et le maillot de bain, je m’occupe du reste !

Voici différentes destinations de lecture portant sur des livres publiés en 2015. Si vous cliquez sur le titre, vous pourrez survoler le livre sur les ailes de ma plume. Prêts? Attachez vos ceintures!

valises-de-livres2

Si vous mettez le cap sur la tendresse, embarquez aux côtés de :

– François d’Epenoux, Le réveil du cœur (Editions Pocket)

– Cookie Allez, Dominique (Buchet Chastel)

– Paul Vacca, Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu TOM L’ECLAIR et a sauvé le monde (Belfond)

Cap sur le suspens avec :

– Delphine Bertholon, Les corps inutiles (JC Lattès)

– Aude Le Corff, L’importun(Stock)

Cap sur l’étranger avec :

-Sue Monk Kidd, L’invention des ailes (JC Lattès)

Cap sur une destination inclassable et merveilleuse avec :

– Cécile Coulon, Le cœur du Pélican (Viviane Hamy)

Cap sur le développement personnel avec :

– Caroline L. Arnold, Mini-résolutions pour grands changements ( JC Lattès)

Cap sur l’amour  avec :

– Valérie Tong Cuong, Pardonnable impardonnable (JC Lattès)

– Brigitte Kernel, Dis-moi oui (Flammarion)

– Grégoire Delacourt, Les quatre saisons de l’été (JC Lattès)

– Justine Lévy, La gaieté (Stock)

– Didier van Cauwelaert, Jules (Stock)

Cap sur l’humour avec :

– Valérie Clo, La tyrannie des apparences (Buchet Chastel)

Cap sur la littérature jeunesse avec :

– Sophie Adriansen, Max et les poissons (Nathan)

– Karine Fléjo et Doudja, Bao le boa (Snow Moon éditions)

– Nadia Berkane et Alexis Nesme, Les petites histoires de bébé koala (Hachette jeunesse)

 Planifier-un-voyage-au-Mexique-les-valises-pleines-de-livres-2014-Bible-urbaine-610x350

Quelle que soit la destination que vous aurez choisie, je vous garantis non pas le soleil, mais de belles lectures !

Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu TOM L’ECLAIR et a sauvé le monde, de Paul Vacca

9782714458933

Comment Thomas Leclerc, 10 ans 3 mois et 4 jours est devenu TOM L’ECLAIR et a sauvé le monde, de Paul Vacca

Editions Belfond, avril 2015

L’enfance fantastique et douce-amère d’un super-héros malgré lui. En un subtil mélange de suspense, d’humour et d’émotion, un roman d’apprentissage qui pointe les étoiles pour mieux nous ramener à l’essentiel.

Lasse des diagnostics des médecins qui résonnent comme une condamnation sans appel, de leurs «  Courage, Madame » qui ne lui sont d’aucun soutien, Pauline décide de se passer d’eux, de prendre soin elle-même de son petit Tom, autiste. L’enveloppant de tout son amour, veillant à régler son quotidien avec la précision d’un métronome pour lui assurer des repères stables, elle ne peut s’empêcher d’espérer qu’un jour il parvienne à se connecter au monde, à accéder aux émotions qui l’émaillent.

Car pour Tom, dix ans, plus que pour tout autre, le monde qui l’entoure est un vaste point d’interrogation, un mystère qu’il observe depuis sa bulle. Une nébuleuse. Jusqu’à ce 14 octobre 1968 où soudain, c’est l’illumination. Tombé sur un comic book, Tom a une révélation : ce monde de super-héros, dotés de pouvoirs extraordinaires, ces missions, ces combats entre les Bons et les Méchants, voilà qui lui parle! Mieux encore : ces héros appartiennent à SON monde, ils sont venus le chercher, le révéler à lui-même! Oui, à partir de cet instant, Thomas Leclerc, habitant de Montigny, sait qu’il est LUI AUSSI un héros, l’illustre Tom l’éclair plus vif que l’éclair!

Et de s’assigner des missions, au nombre desquelles ressouder le couple de ses parents, délivrer « Soleil noir » le chien de sa vie misérable, aider Matthieu à combattre le fantôme de l’ambulance.

Avec une exquise sensibilité, un regard et un ton indiciblement justes, Paul Vacca nous offre un roman très attachant. Celui d’un petit garçon bouleversant, Tom, qui tente d’ériger une passerelle vers les autres, de communiquer avec eux, animé du seul et noble désir de faire le bien autour de lui. Une passerelle que le lecteur a lui aussi irrésistiblement envie d’emprunter à son tour pour prendre le petit héros au grand coeur dans ses bras.

Un très beau roman. À lire!

La petite cloche au son grêle, de Paul Vacca : c’est désormais dans la poche!

ob_ae67d6a4aa97976704668f8f1be054c5_9782253175513

La petite cloche au son grêle, de Paul Vacca

Éditions Le livre de Poche, mai 2013

Lors d’une promenade avec sa mère sur les rives de la Solène, le jeune adolescent de 13 ans aperçoit à la dérobée la femme qui peuple ses rêves les plus exquis. Allongée sur l’herbe, elle est tout entière absorbée par sa lecture. A regret, il poursuit son chemin sans mot dire. A son retour, elle n’est plus là, mais sur le sol est resté son livre au doux parfum d’iris. Il s’en empare comme d’un trésor.

Chaque jour, lui qui jusqu’alors boudait la lecture se glisse avec délice dans les pages de cet opus de Proust, Du côté de chez Swann , bercé par les fragrances d’iris. Ce livre, son livre, est le pont par lequel il la rejoint, elle dont le regard a caressé ces mêmes lignes, elle dont les lèvres ont susurré ces mêmes mots. Un pont vers la femme aimée mais aussi un pont vers la littérature, vers d’autres univers, d’autres histoires, d’autres lieux. Un enchantement.

Paola jubile. Elle a la confirmation de ce qu’elle a toujours pressenti au sujet de son fils: la littérature est bien l’univers de celui qui sera, elle en est intimement convaincue, un grand écrivain. Le père, lui, s’inquiète : lire Proust à cet âge est étrange et pourrait avoir une mauvaise influence sur le petit. N’a t-il pas découvert en effet l’inclination de Proust pour les hommes?

Mais ce qui semblait séparer camps maternel et paternel va contre toute attente les réunir. Quand tombe la terrible nouvelle, c’est Proust qui va voler à leur secours, Proust autour duquel ils vont se retrouver. Plus de temps à perdre. Il faut savourer l’instant présent. Vivre pleinement. Le temps qu’il reste…

Dès les toutes premières lignes, Paul Vacca érige un pont d’encre et de papier que le lecteur emprunte avec une ineffable émotion. On savoure chaque phrase, chaque mot gorgé de tendresse comme une moelleuse madeleine, témoins bien plus que lecteurs de ces émois adolescents, du basculement de l’insouciance à la tragédie.

Nul doute que la petite cloche au son grêle, si poétique, continuera à résonner chez les lecteurs bien longtemps après sa lecture grâce à sa mélodie aussi vibrante que belle… MAGNIFIQUE!

P. 125 : Ne pas laisser le quotidien devenir quotidien.

P. 21 : Un frisson me parcourt. Ce n’est pas un livre, c’est son livre. Ce ne sont pas que des phrases, ce sont les phrases qu’elle a lues, son regard les a parcourues, sa bouche les a prononcées. Ces lignes pleines et serrées, je ne cherche même pas à en percer le sens. Je sais avec certitude qu’elles renferment ce qui lui plaît. Je sens que j’ai sous les yeux la clef qui me permettra, enfin, de pénétrer dans le monde mystérieux des femmes.