Miroir de nos peines, Pierre Lemaitre (Albin Michel)

 

Miroir de nos peines

©Karine Fléjo photographie

Après « Au revoir là-haut » et « Couleurs de l’incendie », Pierre Lemaitre clôt avec brio sa trilogie de l’entre-deux guerres avec « Miroir de nos peines ». Une fresque romanesque foisonnante, passionnante et viscéralement humaine.

Débâcle, exode et secrets de famille

Début 1940, les français vivent dans la douce illusion qu’ils ne feront qu’une bouchée de l’armée allemande. Il leur tarde d’en découdre, de se frotter à leurs ennemis sur le terrain. Sur le front est, Gabriel et son caporal-chef Raoul Landrade, trouvent le temps long. Une attente que Raoul rentabilise en multipliant les petits trafics. Aussi, quelle n’est pas leur surprise quand l’armée allemande arrive en nombre et ne leur laisse d’autre choix que de fuir !

Pendant ce temps, à Paris, Louise se partage entre son activité d’institutrice la semaine et de serveuse chez Jules le week-end. Au restaurant de Jules, elle croise toujours le même client : le discret docteur Thirion, un homme taiseux, qui observe chaque samedi le même rituel. Mais ce samedi-là, il brise le silence et lui fait une proposition déstabilisante : il souhaite la voir nue, sans la toucher. Et, si elle accepte, il lui remettra une belle somme d’argent. A la fois choquée et effrayée, Louise accepte pourtant. Mais le jour de son effeuillage, Le Dr Thirion se tire une balle dans la tête sous ses yeux. C’est la sidération. Qu’est-ce qui a poussé le docteur à lui faire cette demande ? Quel secret l’a conduit au suicide alors que ce vœu était exaucé ? Louise sent qu’elle ne trouvera pas de répit tant qu’elle n’aura pas reconstitué le puzzle de la vie du Dr Thirion. Un puzzle dont certaines pièces pourraient avoir un rapport avec la sienne.

Les destins croisés de personnages indiciblement attachants

Pierre Lemaitre a un nom qui lui sied à merveille. Il est passé le maître dans l’art de recréer une atmosphère, de nous rendre familiers et attachants ses personnages, de nous faire voyager dans l’espace et dans le temps. Dans ce roman, le lecteur se retrouve projeté sur les routes de France pendant l’exode, aux côtés de Louise, Jules, Gabriel, Raoul, mais aussi Fernand l’amoureux séparé de sa courageuse Alice, ou encore l’incroyable Désiré, cet usurpateur d’identité qui dégaine des mensonges plus vite que son ombre. Des personnages tous plus fascinants les uns que les autres. On tremble, on sourit, on pleure avec eux, témoins de leur vie bien plus que simples lecteurs. On quitte notre quotidien et on se met en marche nous aussi, de plus en plus proche d’eux au point de ne plus avoir envie de les quitter. Pierre Lemaitre a ce talent rare de donner chair à ses personnages, de les rendre tellement vivants qu’on oublie qu’il s’agit d’une fiction.

Secrets de famille, rebondissements, débâcle, guerre, ou quand les petites histoires rejoignent avec brio la grande.

Allez, mettez-vous en marche vous aussi, direction la librairie la plus proche !

Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre : gros coup de coeur!

 

pierre-lemaitre_2520310

Trois jours et une vie, Pierre Lemaitre

Editions Albin Michel, mars 2016

 

Peut-on être certain, de n’être pas, tôt ou tard, rattrapé par son passé ? Un roman noir fascinant.

Noël 1999. Dans la petite ville provinciale de Beauval, fragilisée par la crise, la disparition du petit Rémi, âgé de six ans, a un retentissement phénoménal. Et chacun d’y aller de son hypothèse, voire de ses accusations. La rumeur enfle. Mais personne ne sait.

Personne sauf Antoine Courtin, alors âgé de 12 ans. Un garçon solitaire, secret, en manque d’affection. Un garçon tendrement protecteur à l’égard de sa mère qui l’élève seule. Un garçon pour lequel le lecteur éprouve d’emblée une réelle sympathie. Puis au fil des pages, une profonde empathie. Voire beaucoup de tendresse.

Par accident, Antoine a commis un acte irréparable. Un acte au sujet duquel de térébrantes questions l’assaillent. Doit-il passer aux aveux afin de soulager sa conscience ? Mais pareilles révélations « tueront » sa mère. Doit-il alors laisser faire le destin, prier pour que l’enquête ne permette pas son identification ? Mais pourra-t-il vivre longtemps écrasé par le poids de la culpabilité ? A moins que le temps ne dissolve sa honte, ses angoisses et ses remords. Au cours des multiples rebondissements qui jalonnent sa vie, Antoine est remis à chaque fois face à ces dilemmes. Certes, il demeure physiquement libre, mais son esprit est en prison, les inquiétudes et questionnements se heurtant sans cesse aux murs de sa geôle mentale. Un enfer.

Avec beaucoup de sensibilité, de subtilité et d’intelligence, Pierre Lemaître fait pénétrer le lecteur dans le cerveau d’un jeune assassin. Non pas un tueur en série, mais un être comme vous et moi, qui en l’espace de quelques secondes, par accident, voit sa vie basculer. On vit au diapason d’Antoine, on épouse ses tensions, ses angoisses, ses questionnements. On tremble, on espère, on doute, tenu en haleine jusqu’à la toute dernière page.

Un roman fascinant, remarquablement construit, qui se dévore d’une traite. A lire absolument!

Informations pratiques :

Nombre de pages : 279

Prix éditeur : 19.80€

ISBN : 978-2226325730

 

Au revoir là-haut, de Pierre Lemaitre adapté en bande dessinée par Christian de Metter! Magnifique.

Au revoir là-haut, Pierre Lemaître

Illustrations de Christian de Metter

Editions Rue de Sèvres, octobre 2015

Prix Goncourt en 2013 et succès en librairie, Au revoir là-haut devient une bande dessinée et scelle la rencontre à la fois artistique et amicale de son auteur Pierre Lemaitre avec le dessinateur Christian de Metter.

Vous avez forcément entendu parler, et peut-être même lu, ce chef d’oeuvre de Pierre Lemaître, Au revoir là-haut, paru il y a deux ans et couronné par le prix Goncourt. Une fresque historique fascinante, doublée d’une émouvante histoire d’amour, sur la France au sortir de la première guerre mondiale. Le récit bouleversant de deux survivants, Albert Maillard, modeste comptable, et Edouard Péricourt, fils de bonne famille, qui tentent de survivre dans une société peu reconnaissante envers ceux qui ont risqué leur vie pour elle. Comme de nombreux poilus, ils ont le sentiment que depuis qu’ils ont gagné la guerre, ils la perdent un peu plus chaque jour. Edouard, défiguré, vit reclus et refuse toute chirurgie réparatrice. Mais pas toute réparation morale. Il imagine une énorme escroquerie à l’échelle nationale, laquelle va leur rapporter gros. Si cela marche…

Ceux qui ont aimé le roman retrouveront avec plaisir son adaptation ô combien réussie en bande dessinée. Ceux qui découvrent l’histoire auront envie de se jeter sur le roman une fois la BD dévorée. Sous la puissance évocatrice des traits de Christian de Metter, son talent pour la mise en scène, l’histoire des deux personnages est sublimée.

Cette nouvelle publication des éditions Rue de Sèvres est encore une vraie réussite!

Informations pratiques :

Nombre de pages : 176

Prix éditeur : 22,50€