La dernière photo, Franck Courtès (JC Lattès) : le récit d’un passeur d’émotions

23B07532-8514-4179-8098-D961D0CDE09F

La dernière photo, Franck Courtès

Editions JC Lattès, avril 2018

Le récit émouvant d’un homme, photographe de renom, qui a délaissé l’objectif de son appareil photo pour sa plume d’écrivain. Un choix en cohérence avec ce qu’il est, ce qui le fait vibrer, ce dont il a besoin : faire passer des émotions, être dans la vérité des choses.

Pendant plus de 20 ans, Franck Courtès a été photographe. Passionnément photographe. Il a vibré, frémi, vécu par et pour la photographie. Très vite, son talent est salué. Libération, Les Inrockuptibles, il multiplie les portraits de vedettes dans les pages des journaux et magazines nationaux, réalise les photos des pochettes de disques de chanteurs de renom, toujours entre deux trains, entre deux avions pour l’autre bout du monde. Ce qu’il aime par-dessous tout ? Aligner sur une même ligne de mire le regard, l’objectif et le cœur. Faire tomber le masque bien lisse des apparences pour saisir l’âme de ceux qu’il photographie. Fusionner l’espace d’un instant avec le modèle.

Un art qui implique une implication totale, fait l’éloge de la lenteur.

Or au début des années 2000, on ne demande plus aux photographes d’exprimer une vision personnelle de leur sujet, de faire ressortir la vérité du modèle, mais d’offrir au public une image flatteuse, vendeuse, dût-elle être surfaite, ne pas refléter la personnalité réelle de la personne mais ce qu’on a projeté sur elle. Non seulement on demande désormais à Franck Courtès d’être expéditif, de s’en tenir à la surface des choses, mais de plus en plus de modèles le considèrent juste comme un faire-valoir. Invisible dans leur regard, traité avec mépris, il n’est toléré que parce qu’il fait d’eux un portrait avantageux qui circulera dans les médias.

Lentement, le divorce avec la photographie, ou plus exactement avec ce qu’est devenue la photographie de presse, se dessine. Non seulement l’auteur n’y retrouve plus la flamme première, mais il est en désaccord avec lui-même, avec ce qu’il aime, ce dont il a besoin. Chaque commande acceptée l’éloigne de lui, de son essentiel. Osera-t-il sauter le pas ?

Avec une sensibilité à fleur de plume, on assiste à la fin d’une passion et à la naissance d’une autre. Ou quand l’écriture se substitue à la photographie pour véhiculer des émotions. Franck Courtès a eu le courage de quitter un métier qui paraissait enviable de l’extérieur, mais le tuait à petit feu. Un parcours passionnant, émouvant, qui interpellera celles et ceux qui ont le sentiment de passer à côté de leur vie, de ne pas avoir fait les bons choix. Franck Courtès vous le montre : il n’est jamais trop tard pour faire du reste de sa vie la plus belle partie de son existence.

 

 

Publicités

BnF partenariats lance retronews, un site média pour explorer 3 siècles de presse

unnamedunnamed

BnF-Partenariats annonce le lancement de RetroNews, le site web de la presse française donnant accès gratuitement à plusieurs millions d’articles issus des principaux titres d’informations nationales, régionales, locales, coloniales publiés entre 1631 et 1945.

Lancé avec 15 millions d’articles et déjà 50 titres de la presse d’information générale, RetroNews a vocation à s’enrichir régulièrement en presse politique, satirique, littéraire, féminine… et à devenir, à terme, la plateforme de référence de la presse française. 

RetroNews, c’est déjà près de 3 millions de pages auxquelles s’ajouteront 3 millions de nouvelles pages numérisées d’ici 2018, soit au total environ 30 millions d’articles. On y retrouvera tous les titres incontournables dans l’histoire de la presse parmi lesquels le Journal des débats et des décrets, La Presse, Le Temps, Le Petit Parisien, Le Matin, Le Petit Journal, Le Gaulois… mais aussi des titres de presse spécialisée : politique (L’Action française, L’Aurore…), satirique (Pêle-Mêle, Journal pour rire), sportive (Match, Auto-Vélo) ; et au final, un immense gisement d’informations couvrant plus de 3 siècles d’évènements, de la petite et grande Histoire.

UN SITE VIVANT, PÉDAGOGIQUE ET PARTICIPATIF
Chaque jour, RetroNews proposera des « Échos de presse », articles donnant un éclairage différent de l’actualité parfois la plus chaude ; des « éditos » écrits par des plumes invitées parmi lesquelles des historiens, chercheurs, journalistes, scientifiques… De même, 50 dossiers pédagogiques, rédigés par une équipe d’enseignants de l’Éducation nationale, seront disponibles dès le lancement ; de nouveaux dossiers seront mis en ligne chaque semaine.
RetroNews offrira la possibilité de créer, publier et partager ses propres dossiers réalisés à partir des contenus de presse en ligne, mais aussi d’afficher des articles sur son blog ou son site.
En plus des dossiers pédagogiques, les fonctionnalités éducatives et sociales de RetroNews offriront aux enseignants la possibilité d’innover dans l’approche pédagogique de l’enseignement de l’histoire, de la littérature, des sciences, de l’art… « RetroNews propose aux lecteurs des fonctionnalités inventives : rapidité et efficacité de la recherche, visualisation optimale des résultats pour explorer facilement 3 siècles de presse. Le site met aussi en récit l’histoire et l’anime pour la rendre plus accessible. Une tribune est ouverte aux historiens, aux journalistes, aux enseignants pour mieux lire le présent à l’aune du passé », précise Nathalie Thouny, directrice déléguée de BnF-Partenariats.

DES FILTRES ET DES OUTILS DE RECHERCHE INNOVANTS POUR EXPLORER, TROUVER, COMPRENDRE.
RetroNews facilite l’accès au plus grand nombre, notamment grâce à une interface soignée et à de multiples modes d’accès permettant aux simples curieux de rebondir de page en page, de sujet en sujet, et pour les plus experts, d’approfondir leurs centres d’intérêt ou objets de recherche au moyen de filtres intelligents issus des traitements sémantiques, appliqués sur l’ensemble des contenus. Il est ainsi possible d’utiliser des filtres multiples permettant, au choix, d’affiner ses résultats de recherche ou de les poursuivre dans des directions jusque-là ignorées. Les recherches sont plus simples, plus rapides, plus efficaces.

UN MODÈLE FREEMIUM
RetroNews repose sur un modèle « freemium » offrant, sur simple inscription, une consultation gratuite de l’ensemble du fonds et, via un accès payant, des fonctionnalités d’exploration et de réutilisation des contenus destinées à un public plus spécialisé. Deux offres d’abonnement, « Premium » et « Pro » sont proposées, ainsi qu’un abonnement collectif. Le modèle payant doit permettre d’assurer le financement de la numérisation de nouveaux titres de presse et de nouveaux services sur RetroNews.

  Cliquez ici ! RetroNews