Prix Renaudot des lycéens 2018 : Adeline Dieudonné

42287172_2187392907955281_5259259519208259584_n

Ce jeudi 15 novembre, les lycéens membres du jury du Prix Renaudot des lycéens 2018, ont rendu leur verdict.

Ils étaient six en lice pour le Prix Renaudot des lycéens : Frère d’âme (Le Seuil) de David Diop, Le sillon (Le Tripode) de Valérie Manteau, Le lambeau (Gallimard) de Philippe Lançon, Federica Ber (Grasset) de Mark Greene, Adeline Dieudonné (L’iconoclaste) pour La vraie vie et L’âge d’or (Lattès) de Diane Mazloum.

C’est Adeline Dieudonné, déjà lauréate du Prix du roman FNAC, qui remporte le Prix Renaudot des lycéens 2018, avec son roman La vraie vie, aux éditions L’Iconoclaste.

la-vraie-vie-recadre

Retrouvez la chronique que j’avais consacrée à ce merveilleux roman en cliquant ici : La vraie vie

Prix Goncourt des lycéens 2018 : les finalistes

images.png

Le jury du Prix Goncourt des lycéens, qui sera proclamé le 15 novembre prochain, a annoncé la liste des cinq finalistes.

Parmi les cinq romanciers retenus, on note quatre premiers romans, dont certains ont déjà été primés.

Liste des finalistes du Prix Goncourt des lycéens 2018 :

  • Meryem Alaoui, pour La Vérité sort de la Bouche du cheval (éd. Gallimard)
  • Inès Bayard, pour Le Malheur du bas» (éd. Albin Michel)
  • Pauline Delabroy-Allard, pour Ҫa raconte Sarah (éd. de Minuit)
  • Adeline Dieudonné, pour La Vraie Vie (éd. L’Iconoclaste)
  • David Diop, pour Frère d’âme (éd. du Seuil)

En 2017, le Prix Goncourt des Lycéens avait été attribué à Alice Zeniter pour son roman, le quatrième, L’Art de Perdre (éd. Flammarion).

Verdict le 15 novembre à Rennes !

 

 

Prix Wepler – Fondation La Poste 2018 : Nathalie Léger

Nathalie-Leger-laureate-Wepler-2018_0_729_486.jpg

Le prix Wepler est un prix littéraire créé en 1998 à l’initiative de la librairie des Abbesses, avec le soutien de la Fondation La Poste, et de la Brasserie Wepler (place Clichy, Paris 18e ) et qui distingue, au mois de novembre, un auteur contemporain. Il fonctionne avec un système de jury tournant.

  • Les lauréats :

Ce lundi 12 novembre, le jury du Prix Wepler – Fondation La Poste a attribué deux prix à des auteurs publiés chez P.O.L. C’est Valérie Léger qui remporte le Prix Wepler 2018, avec son roman La Robe blanche, tandis qu’une mention spéciale est allée à  Bertrand Schefer pour son roman Série noire.

  • Le roman lauréat : La robe blanche

zoom-la-robe-blanche.jpg

Il y a quelques années, Nathalie Léger découvre une histoire qui l’intrigue et la bouleverse : une jeune artiste qui avait décidé de se rendre en autostop de Milan à Jérusalem en robe de mariée, pour porter un message de paix dans les pays en conflit ou en guerre, est violée et assassinée par un homme qui l’avait prise en voiture au sud d’Istanbul. Artiste ou martyre ? Candeur ou sacrifice ? Elle voulait faire régner l’harmonie par sa seule présence en robe de mariée. Mais ce n’est ni la grâce ou la bêtise de cette intention qui captive la narratrice, c’est d’avoir voulu par son voyage réparer quelque chose de démesuré et qu’elle n’y soit pas arrivée. Et parce qu’elle découvre que cette histoire vraie qui la touche tant en accompagne ou en révèle une autre. Elle comprend que sa mère lui demande la même chose : pouvoir réparer sa propre histoire blessée en lui demandant de raconter son mariage, d’exposer l’injustice de son divorce. Le père, l’ayant quittée dans les années soixante-dix avec éclat pour une autre femme, avait réussi à faire prononcer leur divorce à ses torts exclusifs, à elle, l’épouse abandonnée. La mère demande à sa fille d’écrire l’ordinaire de ce qui s’est passé, l’échec, l’abandon, les larmes, l’injustice. Elle lui demande aussi d’écrire pour réparer. Mais si une robe de mariée ne suffit pas à racheter les souffrances de l’humanité, les mots pourront-ils suffire à rendre justice pour les larmes d’une mère ?

Dotés respectivement de 10 000 et 3 000 euros, les prix seront remis aux deux lauréats ce lundi 12 novembre en soirée à la brasserie Wepler, Place de Clichy à Paris.

 

Prix Interallié : les finalistes

Prix_Interallie_logo_s

Ce jeudi 7 novembre, le jury du Prix Interallié a donné la liste des quatre auteurs en lice pour l’édition 2018

  • Laurence Cossé, « Nuit sur la neige » (Gallimard)
  • Paul Gréveillac, « Maîtres et esclaves » (Gallimard)
  • Stéphane Hoffmann, « Les belles ambitieuses » (Albin Michel)
  • Thomas B. Reverdy« L’hiver du mécontentement«  (Flammarion)

Le Prix Interallié sera décerné le 14 novembre .

Prix Renaudot 2018 : deux femmes lauréates, Valérie Manteau (roman) et Olivia de Lamberterie (essai)!

En ce 7 novembre, à 13 heures, dans la foulée du Prix Goncourt, le jury du Prix Renaudot 2018 a annoncé son lauréat depuis le restaurant Drouant dans le quartier de l’Opéra à Paris. 

C’est le roman Le sillon, de Valérie Manteau, paru aux éditions Le tripode, qui remporte dans la catégorie roman le Prix Renaudot 2018. Et c’est Olivia de Lamberterie, avec son livre paru aux éditions Stock, Avec toutes mes sympathies, qui remporte le Prix Renaudot essai 2018.

  • Le livre lauréat du Prix Renaudot 2018 catégorie roman : Le sillon (Le tripode)

Le-sillon.jpg

« Je rêve de chats qui tombent des rambardes, d’adolescents aux yeux brillants qui surgissent au coin de la rue et tirent en pleine tête, de glissements de terrain emportant tout Cihangir dans le Bosphore, de ballerines funambules aux pieds cisaillés, je rêve que je marche sur les tuiles des toits d’Istanbul et qu’elles glissent et se décrochent. Mais toujours ta main me rattrape, juste au moment où je me réveille en plein vertige, les poings fermés, agrippée aux draps ; même si de plus en plus souvent au réveil tu n’es plus là. »

Récit d’une femme partie rejoindre son amant à Istanbul, Le Sillon est, après Calme et tranquille (Le Tripode, 2016), le deuxième roman  de Valérie Manteau.

  • Le livre lauréat du Prix Renaudot 2018 catégorie essai : Avec toutes mes sympathies (Stock)

img_3927

« Les mots des autres m’ont nourrie, portée, infusé leur énergie et leurs émotions. Jusqu’à la mort de mon frère, le 14 octobre 2015 à Montréal, je ne voyais pas la nécessité d’écrire. Le suicide d’Alex m’a transpercée de chagrin, m’a mise aussi dans une colère folle. Parce qu’un suicide, c’est la double peine, la violence de la disparition génère un silence gêné qui prend toute la place, empêchant même de se souvenir des jours heureux.
Moi, je ne voulais pas me taire.
Alex était un être flamboyant, il a eu une existence belle, pleine, passionnante, aimante et aimée. Il s’est battu contre la mélancolie, elle a gagné. Raconter son courage, dire le bonheur que j’ai eu de l’avoir comme frère, m’a semblé vital. Je ne voulais ni faire mon deuil ni céder à la désolation. Je désirais inventer une manière joyeuse d’être triste.
Les morts peuvent nous rendre plus libres, plus vivants. »

Prix Femina 2018 : Philippe Lançon pour Le lambeau (Gallimard)

Ce sont les femmes du jury du Prix Femina qui ont lancé les festivités de remise de prix littéraires qui auront lieu toute la semaine (Prix Médicis mardi 6 novembre, Prix Renaudot et Prix Goncourt mercredi 7 novembre).

  • Ce lundi 5 novembre, le jury du Prix Femina a désigné comme lauréat de l’édition 2018 Philippe Lançon pour son livre Le lambeau, paru aux éditions Gallimard en avril 2018.

Philippe Lançon, écrivain, est journaliste à Libération et Charlie Hebdo. Le journaliste, victime le 7 janvier 2015 de l’attentat contre Charlie Hebdo, a raconté le calvaire de sa reconstruction physique et mentale dans un livre qui est déjà un grand succès de librairie.

Le lambeau est par ailleurs toujours en lice pour le Prix Renaudot.

  • Le Prix Femina étranger a été attribué à La Neuvième heure d’Alice Mc Dermott paru aux éditions Quai Voltaire. Le Prix Femina essai va quant à lui à Gaspard de la nuit d’Elisabeth de Fontenay (Stock).

Prix Renaudot 2018 : les huit finalistes

Prix Renaudot BibliObs
Qui aura le prix Renaudot cette année ?

Le jury du Prix Renaudot a annoncé la liste des auteurs retenus pour la dernière sélection :

  • Les cinq romans en lice pour le Prix Renaudot :

– David Diop, « Frère d’âme » (Seuil)
– Gilles Martin-Chauffier, « L’ère des suspects » (Grasset)
– Philippe Lançon, « Le Lambeau » (Gallimard)
– Diane Mazloum, « L’âge d’or » (JC Lattès)
– Pierre Notte, « Quitter le rang des assassins » (Gallimard)

  • Les 3 essais en lice :

– Robert Colonna d’Istria, « Une famille corse » (Plon)
– Olivia de Lamberterie, « Avec toutes mes sympathies » (Stock)
– Nathalie Piégay, « Une femme invisible » (éditions du Rocher)

Le prix Renaudot sera décerné le 7 novembre.