Un secret du docteur Freud, de Eliette Abécassis (éditions Flammarion)

Un secret du docteur Freud, de Eliette Abécassis

Editions Flammarion, août 2014

Rentrée littéraire 2014

 

Mars 1938. Au lendemain de l’Anschluss, le père de la psychanalyse, Sigmund Freud, convoque la Société psychanalytique pour une cession extraordinaire. Pour les nazis, « la psychanalyse est une science juive, et même, pire qu’une science, c’est une diffusion de l’idéologue sémite dans la culture germanique ».

Or la ville de Vienne, qui a vu naître cette noble science, le pays autrichien tout entier, sont aux mains des nazis. Et d’encourager les disciples présents à se sauver pour leur survie. Pourtant, la fuite qu’il conseille à ces derniers n’est la pas la voie qu’il suit pour lui-même, et ce quand bien même un certain Sauerwald, autrichien missionné par les nazis, ait été chargé de son cas. Pourquoi s’entête t-il à rester? Que cache cette résistance du Sherlock Holmes de l’âme humaine?

Marie Bonaparte, sa patiente et disciple, tente de le convaincre de partir, pour les siens, pour défendre la psychanalyse contre ses détracteurs depuis l’Angleterre. Mais le bras de fer est rude. «  Comment laisser cette ville où j’ai passé toute ma vie? Où j’ai construit toute ma carrière; où j’ai développé des découvertes si importantes que je pense, sans orgueil, être de la race des révolutionnaires messianiques. » Malgré son âge avancé et sa santé précaire, malgré l’insistance de sa femme Martha et de sa fille Anna, Freud s’obstine. Que contient cette lettre issue d’une correspondance nourrie entre Fliess et lui, qu’il tient absolument à récupérer avant? Comment Marie Bonaparte va t-elle parvenir à le convaincre malgré tout?

Dans ce roman très documenté, Eliette Abécassis nous fait découvrir un pan méconnu de la vie du père de la psychanalyse, entrer dans son intimité, sa maison, ses livres, ses objets d’art, son univers si cher. A la manière d’un thriller aux indices savamment distillés, l’auteur nous dépeint le portrait d’un homme fascinant, d’une curiosité inextinguible, qui voue un véritable culte à l’amitié. Un roman au style très fluide, aux mots ciselés qui ravira les férus de psychanalyse et d’histoire.

Ce roman fait partie des livres sélectionnés pour le grand Prix de l’Académie française 2014

 

Notre corps ne ment jamais, de Alice Miller, éditions Flammarion : quand les maux se substituent aux mots…

images

Notre corps ne ment jamais, de Alice Miller
Editions Flammarion

     Qui n’a pas entendu la révolte de son corps, quand la violence des maux n’est bien souvent que le reflet du silence des mots?…

     Fréquemment, sans que nous en ayons forcément conscience, le corps se fait le porte-parole de ces douleurs, frustrations, déceptions et manques que nous taisons. Ce que la bouche achoppe à dire, par peur de déplaire, de blesser, par crainte de la morale bien-pensante, de l’éducation reçue, du rejet, alors notre corps l’exprime. Il envoie des signaux, nous harangue, nous exhorte à parler, à réagir, à ne plus subir. Et si nous nous obstinons à ne pas l’écouter, alors il se lance dans une surenchère de souffrances, de maux, laquelle peut-être très couteuse. Maladies résistant à tous les traitements classiques,somatisations multiples, le corps ne veut pas de nos petits arrangements avec notre conscience, des faux semblants. Il exige que nous soyons vrais, authentiques dans nos relations aux autres, que nous nous respections en nous faisant respecter, que nous soyons à son écoute, à l’écoute de nos besoins.
     Il exige de nous d’être les acteurs de nos vies et non des spectateurs assis dans un fauteuil de lamentations. L’étymologie de maladie n’est-elle pas à ce titre  » mal à dire »?

     Avec  » Notre corps ne ment jamais » Alice Miller, psychanalyste et spécialiste du monde de l’enfance, démontre brillamment, dans un langage accessible à tous, combien nous devons être à l’écoute des alertes émises par notre corps. Pour retrouver ou trouver une authentique liberté intérieure et substituer les mots aux maux...

     Edifiant! A lire absolument.

Informations pratiques :

Prix éditeur : 17€
Nombre de pages : 206
ISBN : 978 2082 103626

Dis-moi pourquoi, de Claude Halmos : L’enfant en danger.

9782213668314

Dis-moi pourquoi, de Claude Halmos.

Sous-titre : Parler à hauteur d’enfant

Éditions Fayard, février 2012

       Dans  Dis-moi pourquoi? Parler à hauteur d’enfant , Claude Halmos tire la sonnette d’alarme. A une époque où l’on pourrait naturellement penser que l’enfant est bien considéré dans notre société, la psychanalyste s’inquiète. L’enfant est en danger. Constat paradoxal? A priori seulement. Car si de considérables progrès ont été effectués au fil de l’histoire, et tout particulièrement dans les années 70/80 sous l’impulsion, en France notamment, de Françoise Dolto, on verse aujourd’hui dans l’excès. Sous prétexte qu’il faille dialoguer, écouter, informer l’enfant, on lui dit tout et n’importe quoi, n’importe comment. Un glissement sémantique opère, entretenant la confusion entre considérer l’enfant comme une personne à part entière et le considérer comme un adulte. Or l’enfant est un être en construction et non un adulte en miniature.

     Toute la difficulté de parler aux enfants réside alors dans l’équilibre à trouver en leur montrant bien qu’on les prend pour des interlocuteurs valables, sans leur permettre de se prendre ni les prendre pour des grandes personnes. Autrement dit, on progresse sur un fil ténu, avec le risque de basculer tantôt du côté où on considère l’enfant comme un adulte, tantôt en le bêtifiant car on abaisse le niveau du discours. Il s’agit par conséquent de leur parler ni « trop bas », ni « trop haut », de trouver la bonne hauteur d’enfant.

 

     Faut-il tout dire aux enfants? Faut-il répondre à toutes leurs questions? Quels écueils éviter? Quelle est la bonne hauteur à laquelle se placer? Après un rappel historique sur la place de l’enfant dans la société, Claude Halmos, avec un langage clair, imagé, accessible, accompagne les adultes que nous sommes face à ces multiples interrogations.

     Un guide précieux.

     Claude Halmos viendra parler de cet ouvrage au salon du livre de l’île de Ré, les 4/5 août 2012. Toutes les informations sur ce salon ici : http://www.ile-aux-livres.fr/nav.asp?go=presentation

 

Informations pratiques :

Prix éditeur : 18€

Nombre de pages : 202

ISBN : 978 2213 668314

« Ma psy, mon amant » de Brigitte Kernel : autopsie d’un psy

Kernel

Ma psy, mon amant, de Brigitte Kernel

Éditions Léo Scheer, juin 2011

 

Autopsie d’une psy 

      Voilà quatre ans qu’Annie suit une psychothérapie. Plus de deux cents consultations au cours desquelles elle s’épanche sur sa vie, devant la thérapeute par définition totalement neutre dans l’abord des situations et des problèmes. Et pourtant, ce jour-là, tandis qu’elle lui avoue vivre une relation adultérine, sa psy perd sa bienveillante neutralité. Gestes auto-centrés, tremblements, lunettes triturées entre ses mains, un trouble perceptible fend son armure de thérapeute.

      Et Annie de s’interroger. Pourquoi et en quoi ses propos la déstabilisent? Elle décide alors de creuser le sujet, d’entrer un peu plus loin à chaque entretien dans les détails de sa vie intime avec son amant et d’épier les réactions de la psy. Une violation de l’asymétrie des échanges qu’elle trouve jubilatoire. Celle censée l’aider est mise en position de fragilité. Plus elle évoque ses rencontres avec son amant, plus elle génère un mal-être palpable chez l’autre. Un pouvoir excitant, presque machiavélique. Et mystérieux. La psy connaît-elle son amant? A t-elle déjà elle-même eu une relation adultérine ou rêvé d’en avoir? Ce qui est certain, c’est que ce sujet la perturbe. Fortement. Et si rien de personnel de la part de la psy ne doit interférer dans le travail thérapeutique, Annie entend bien dynamiter ce principe de base.

      Jusqu’où ira t-elle pour y parvenir ?

      Cette histoire en trois actes – qui se prête à merveille à une adaptation au théâtre- tient le lecteur en haleine de bout en bout. Une analyse d’une justesse chirurgicale des rapports patient-thérapeute, des projections, fantasmes, transferts, de ces moments fragiles où la vie peut basculer et mener aux frontières de la folie, menée au scalpel de la brillante plume de Brigitte Kernel.

 

p. 16 : « J’avoue, je me réjouissais «  Elle aimerait avoir un amant et elle n’y arrive pas! Tout ce que je lui raconte la ramène à son incapacité à se lancer dans une double vie. C’est vrai, souriais-je en moi-même, que je dois être agaçante à être aussi heureuse dans une situation qu’on juge généralement bancale. »

 

Informations pratiques:

Prix éditeur: 18€

Nombre de pages: 222

ISBN: 9782756 103150