Rencontre avec Anne-Dauphine Julliand : « J’ai envie de mettre de la lumière dans les endroits où on n’en voit pas nécessairement »

Anne Dauphine Julliand

©Karine Fléjo photographie

Après « Deux petits pas sur le sable mouillé » et le film documentaire « Et les mistrals gagnants », Anne-Dauphine Julliand, journaliste, signe son premier roman : Jules-César, roman à paraître le 16 octobre aux éditions Les Arènes . Un roman aussi lumineux que bouleversant, dans lequel l’auteure nous interroge : jusqu’où serions-nous prêts à aller pour sauver la vie d’un enfant ?

Dans ce roman, Jules-César est un petit sénégalais âgé 7 ans, qui doit venir en France se faire greffer un rein. Son papa, Augustin, va l’accompagner et sera son donneur. Une épopée viscéralement humaine.

C’est un roman dans lequel la maladie n’est finalement que la trame de fond

Je souhaitais aborder la thématique de la paternité et du rapport des enfants à la vie bien plus que de leur rapport à la maladie. Et j’avais très envie d’aller puiser dans notre humanité. Car c’est de cela dont on a besoin, des  révélateurs de notre humanité. J’ai à chaque fois la maladie en lame de fond dans mes écrits, mais ce n’est pas mon sujet en fait : c’est ce que la maladie révèle de ce que l’on est, de ce qui compte vraiment, de nos limites, de notre capacité ou pas à nous dépasser, qui est mon vrai sujet.  La maladie est un révélateur exceptionnel. D’ailleurs, je pense qu’on ne devrait pas attendre que la maladie survienne et qu’on soit en panique, pour s’interroger sur ce qui compte pour nous. Il faut avoir ce réflexe de se demander ce qui compte pour nous et orienter sa vie vers cela.

Ce livre est à deux voix, les chapitres alternent entre la voix de Jules-César, un petit garçon sénégalais de 7 ans  en attente de greffe de rein et d’Augustin son papa, donneur d’organe. Pourquoi la greffe comme sujet, qu’est-ce qui vous a inspiré ?

Dans Et les mistrals gagnants, qui est le film documentaire que j’ai réalisé en 2017, il y a un petit garçon nommé Imad, venu d’Algérie avec son père pour se faire greffer en France. Et cet enfant nous donne une telle leçon d’humanité, qu’il m’a inspirée. Même si ce roman n’est pas son histoire, même si son histoire m’a juste servi de point d’appui. Je me suis demandé : jusqu’où sommes-nous prêts a aller pour sauver la vie d un enfant?

Jules César de Anne Dauphine Julliand

©Karine Fléjo photographie

Qu’est-ce qui vous a donné envie de passer du récit à la fiction ? Quels sont les éléments qui vous ont plu dans l’exercice de la fiction et quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées ?

J’ai aimé créer ces personnages, les apprivoiser, les voir évoluer et même me dépasser. Par contre, je m’étais dit que l’avantage du roman, c’est que tout est ouvert, tout est possible. Or le « tout est possible » ce n’est pas tant une liberté qu’une très grosse contrainte en fait. Parce qu’on peut partir dans n’importe quelle direction.

Vous évitez l’écueil du pathos. Vous portez ce sujet de façon admirable, avec une infinie délicatesse

J’ai beau aborder des sujets très difficiles, je suis d’une pudeur et d’un respect très grands. Je déteste le pathos, cela ne sert à rien de faire pleurer les gens pour les faire pleurer. Je fais souvent pleurer les gens, j’en suis désolée. Mais si pleurer, souvent ouvre le cœur,  trop pleurer le referme. Et alors on ne parvient plus à se rencontrer. Or un livre, c’est une rencontre. Et puis, la vie m’a appris que soit on est focalisé sur sa souffrance, soit on est capable d’avoir une vision plus globale de sa vie avec les différents aspects qui la composent J’avais envie de dire, qu’ à chaque fois on est maître de notre vie. Je n’aime pas les livres durs, les livres âpres, dont on sort sans pouvoir respirer, même s’ils sont très bien écrits. J’ai envie de mettre de la lumière, de la grâce aussi, dans les endroits où on n’en voit pas nécessairement.

Anne-Dauphine Julliand et Karine Fléjo

©Karine Fléjo photographie

Augustin, le père, éprouve une certaine peur de son enfant. Pouvez-vous nous en parler?

Oui, Augustin a en quelque sorte peur de Jules César, parce que cet enfant le renvoie à ses limites et à ses propres fragilités. Or il n’a pas envie de s’en approcher. Il a peur de ce petit garçon dans lequel il ne se reconnaît pas, parce qu’il est chétif, parce qu’il est malade, parce qu’il va le confronter à la mort,. Il n’a pas envie d’aller à ses limites que seul l’amour peut dépasser.

Au contact de son fils, Augustin va le redécouvrir et apprendre à l’aimer

Augustin va comprendre quelque chose d’important : la seule chose qu’il peut promettre à son enfant, ce n’est pas qu’il va être heureux, ce n’est pas qu’il va vivre longtemps, ce n’est pas qu’il va avoir une vie parfaite et privilégiée, c’est juste qu’il va l’aimer toute sa vie. C’est ce qu’Augustin va découvrir : la seule chose qu’attend un enfant à chacune des étapes de sa vie, c’est d’être aimé.

Vous avez écrit ce roman pendant la période de deuil de votre fille. Est-ce que cette écriture a eu pour vous des vertus thérapeutiques ?

Pour guérir de mes deuils, je vais voir des personnes qui guérissent le deuil (psychologues, …), parce qu’il y a des peines viscérales qui ne se partagent pas dans les écrits. Par contre, il est certain que les écrits aident à mettre à distance, à déposer certaines peines, à assumer.

—> Un roman que je vous conseille vivement et dont je vous reparlerai plus longuement ici jeudi prochain !

Jules-César Anne-Dauphine Julliand

©Karine Fléjo photographie

 

Le rêve de la baleine, Ben Hobson : magnifique

le rêve de la baleine Ben Hobson

©Karine Fléjo photographie

Après le décès de sa mère, Sam, 13 ans, doit composer avec son chagrin et avec celui de son père. Un homme taiseux, qui a l’habitude de s’absenter plusieurs mois pour aller dépecer les baleines dans une usine. Comment vivre avec la douleur et l’absence ? Comment réinventer sa vie, tant pour le fils que pour le père ? Un conte initiatique d’une grande beauté.

Deuil et reconstruction

Ils menaient une existence heureuse tous les trois, malgré les absences régulières du père pour aller travailler plusieurs mois à l’usine, sur une île éloignée. Puis ce fut le drame : après une longue maladie, la mère de Sam décède. Non seulement le jeune garçon va devoir composer avec son chagrin, mais aussi avec le caractère taiseux de son père.

Ce dernier a d’ailleurs tout vendu, sans en parler à son fils. La maison où ils vivaient tous les trois, leurs affaires, tout lui rappelle cette vie de famille qui n’est plus.

Faire table rase. Mettre une distance physique avec son passé pour mieux le dépasser.

Il propose à son fils d’arrêter l’école et de l’accompagner à l’usine. Une perspective angoissante pour l’enfant, qui va devoir surmonter la cruauté de ce métier de dépeceur de baleine, l’extrême dureté des conditions de travail sur une île malmenée par la météo, à un moment où de surcroît il aurait eu besoin de douceur et de réconfort. Mais Sam garde ses appréhensions pour lui. Il s’agit de ne pas décevoir son père, de jongler avec ses sautes d’humeur, pour s’attirer sa bienveillance et non son agressivité. Pas simple pour un enfant jeté du jour au lendemain dans le monde des adultes.

Entre un père taciturne, dur, en apparence indifférent, et un enfant sensible, affectueux, avide de reconnaissance, les liens parviendront-ils à se tisser ? Réussiront-ils à surmonter leur chagrin, à s’apprivoiser, pour construire une vie ensemble ?

Un roman initiatique bouleversant

C’est un roman magnifique que nous offre Ben Hobson dans Le rêve de la baleine, un roman où l’envie de vivre est plus forte que tout. Sans verser dans le pathos, l’auteur nous entraîne sur Moreton Island, une île sauvage battue par les vents, aux côtés d’un père et de son fils qui tentent de rester debout, de trouver leur place dans un contexte hostile. Le ton est juste, l’écriture fluide, la tension narrative croissante, de sorte qu’on peine à reposer le livre une fois commencé.  A la lecture de ce texte sensible, imagé, le lecteur a envie de prendre le petit Sam dans ses bras, de lui apporter de la chaleur, du réconfort, tant l’auteur a su le rendre attachant, bouleversant d’humanité. Un petit garçon combattif, merveilleux, qui ne s’oublie pas de sitôt le livre refermé. Un très beau voyage au large de Brisbane, sur les côtes australiennes. Un gros coup de cœur !