Battista revenait au printemps, de Renata Ada-Ruata (éditions de l’Aube)

AdaRuata-Battista-revenait-au-printemps-couv2

Battista revenait au printemps, de Renata Ada-Ruata

Editions de L’Aube, octobre 2014

Ghitta est une grand-mère fabuleuse pour Titto et Neto. « Mes plus beaux souvenirs d’enfance, c’est elle, les moments que j’ai passés avec elle, à l’écouter, à regarder avec ses yeux, à découvrir avec ses oreilles, à sentir avec ses narines, à toucher avec ses mains, à gouter avec sa bouche. Elle était un grand livre de chair et de sang. »(P.21) Aussi, quand à l’aube de leur douzième année, il leur faut quitter plusieurs mois leur village du Piémont italien et donc la quitter, c’est un déchirement. L’heure est en effet venue de rejoindre le clan des hommes, ceux qui de l’automne au printemps s’en vont sur les routes pour gagner leur vie comme affuteurs et étameurs. Un apprentissage de la vie extrêmement dur, où le travail est aléatoire, les conditions d’hébergement précaires, le contexte géopolitique menaçant. Le fascisme monte dans une Italie divisée.

Sur les routes, Titto et Neto pensent au maître, lequel leur a enseigné non seulement la lecture et l’écriture, mais a aussi aiguisé leur curiosité d’esprit. Et Titto de consigner par écrit les émerveillements qui sont siens au contact des villes et villages traversés, ses émois, ses interrogations. Pour partager avec sa grand-mère qui n’a jamais quitté le village ce que ses yeux ont vu, ses oreilles entendu. A son tour, il lui fera découvrir le monde…

Renata Ada-Ruata, dont le premier livre, Elle voulait voir la mer, a reçu le prix populiste 1986, nous offre ici un roman tendre et touchant, sur le rude apprentissage de la vie des villageois piémontais, lesquels doivent prendre la route loin de leurs montagnes pour survivre tandis que le fascisme gronde…

Informations pratiques :

Nombre de pages : 352

Prix éditeur : 23€

ISBN : 978 2 815 910729