A la vie! L’homme étoilé

A la vie! L'homme étoilé

©Karine Fléjo photographie

Un roman graphique viscéralement humain, tendre, drôle et émouvant à la fois, dans lequel un infirmier en soins palliatifs nous fait partager son quotidien. Un infirmier qui ajoute de la vie aux derniers jours à défaut d’ajouter des jours à la vie. MAGNIFIQUE

Rendre l’hôpital plus humain

Si je vous dis que ce roman graphique évoque le quotidien d’un infirmier en soins palliatifs, vous allez penser tristesse, mort, cauchemar, solitude, maladie. Et avoir envie de fuir. Attendez! Car vous auriez tort de passer à côté de ce bijou d’humanité. Cet infirmier, qui se surnomme L’homme étoilé, se refuse à ce que le quotidien déjà sombre de ces patients, se fasse dans l’isolement, la froideur, la tristesse et la douleur. Pour la douleur, il y a toute la pharmacopée disponible. Pour le reste, il s’intéresse profondément à chacun, cherche comment apporter de la joie, de la lumière dans leur regard et des sourires sur leur visage. Comment entrer en relation avec eux. Comment les entourer de douceur et leur permettre de vivre au mieux leurs derniers jours, leurs dernières heures. Et de chanter avec Roger les plus grands tubes de Queen, musique à fond dans la chambre d’hôpital. Et d’apprendre le suédois avec la douce Mathilde. Et d’être le petit-fils de coeur de Nanie.

Pour chaque être entrer en connexion.

Un roman graphique MAGNIFIQUE

Impossible de ne pas sourire face à l’humour du jeune infirmier, de ne pas s’attendrir face au visage à nouveau souriant des patients, de ne pas sentir ses larmes couler quand vient leur dernier souffle.

Grâce à l’empathie dont fait montre l’infirmier, chaque patient se sent respecté, entouré, exister. Si certes il n’est pas possible à l’infirmier de faire des miracles côté guérison, il fait en revanche l’impossible pour adoucir leur vie et leur transmettre toute son affection. En quelques traits de crayons, il croque l’essentiel, rend compte de son quotidien, de ses émotions, de ses rencontres, de la vie du service. Parce qu’accompagner la mort n’est pas forcément triste. Parce qu’il faut profiter de chaque instant jusqu’au dernier.

Un livre plein d’amour et d’humour, qui redonne foi en l’être humain.

 

Informations pratiques

A la vie! L’homme étoilé – Editions Calmann Lévy Graphic, janvier 2020 – 196 pages – 16,50€

Et retrouvez L’homme étoilé sur Instagram sous le pseudo : l.homme.etoile

Rentrée littéraire : Le roman des Goscinny, Catel

Le roman des Goscinny par Catel aux éditions Grasset

©Karine Fléjo photographie

La vie fascinante du plus grand des scénaristes, René Goscinny, dessiné, conçu et écrit par la talentueuse Catel. Un magnifique hommage et la découverte de l’homme derrière le scénariste.

René Goscinny : La naissance d’une vocation

Dans ce superbe roman graphique, Catel nous invite à suivre le parcours de René Goscinny, de sa naissance à sa mort, mais aussi celui de sa famille. Né dans une famille juive dans les années 20 à Paris, il se fait très tôt remarquer par sa joie de vivre, sa bouille marrante et sa promptitude à faire rire les autres.  Il est le deuxième enfant du couple. Ses grands-parents, juifs ukrainiens, avaient dû fuir l’Empire russe au début du 20eme siècle pour fuir les persécutions et se sont lancés avec succès dans l’imprimerie à leur arrivée à Paris.

René, lui, grandit en Argentine. Avec son père, ingénieur chimiste et passionné de cinéma, il écume les salles obscures : Buster Keaton, Laurel et Hardy, Charlie Chaplin sont pour lui une révélation. Il prend conscience du formidable pouvoir du rire. Son but lui parait alors évident : dans la vie, il cherchera à rire et à faire rire.

Et pourtant, lors de la deuxième guerre mondiale, ce ne sont pas les rires mais les larmes qui peupleront sa vie, tandis qu’une partie de sa famille est déportée dans les camps.

Dans sa chambre d’enfant il s’amuse à reproduire en dessin les personnages de Walt Disney, qu’il admire tant. Ces dessins animés seront à l’origine de sa vocation. Excellent élève, il ne peut s’empêcher de voler des minutes aux cours pour dessiner dans la marge de ses cahiers. Une passion qui jamais ne le quittera. Au contraire.

Quand son père décède alors qu’il n’a que 17 ans, il doit faire des petits boulots et accepte d’être aide-comptable. Mais la comptabilité ne fait rire personne, lui encore moins que quiconque. Il décide alors de claquer la porte et de se donner les moyens d’assouvir son rêve : raconter les histoires en les dessinant.  Un parcours semé d’embûches, qui le conduira de l’Argentine à Paris en passant par New-York et Bruxelles. Mais quand on a la vocation chevillée au corps, on peut déplacer des montagnes.

Et il déplacera l’Everest.

Un roman graphique magnifique

Quand Anne Goscinny a proposé à Catel de consacrer un roman graphique à son père, le célèbre scénariste René Goscinny, Catel s’est montrée tout d’abord réticente. Seules les héroïnes l’intéressent, pas les héros. Heureusement pour nous, Catel a fini par changer d’avis. Elle nous livre ce roman graphique de plus de 300 pages en trichromie, à la fois terriblement vivant par son graphisme et passionnant par le parcours qu’il révèle. En effet, c’est l’histoire d’une véritable vocation qu’elle nous raconte. Pas juste une passion pour le dessin, mais une raison de vivre, un mode d’expression incontournable. Essentiel. Ni les échecs rencontrés, ni l’extrême misère dans laquelle il vit avec sa mère tandis qu’il tente de percer avec ses dessins, ne le conduisent à renoncer. Jamais. Au contraire, chaque échec est vécu comme un apprentissage, comme une occasion d’affiner ses choix : plus encore que le dessin, il va écrire des histoires, se focaliser sur le scénario. Là sera la voie de sa voix.

Ce roman graphique est organisé en chapitres de couleurs différentes, dans lesquels alternent les prises de paroles : les échanges entre Anne Goscinny et Catel, mais aussi les propos de René Goscinny lui-même dans ses notes et interviews aux journalistes. Les dessins, épurés, sont d’une grande puissance évocatrice et saisissent l’essentiel en quelques traits.

Un roman vivant, drôle et captivant sur le co-créateur d’Astérix, de Lucky Luke ou encore du Petit Nicolas, dont on connaissait davantage les albums que l’homme derrière ses personnages.