Mes 6 livres coups de cœur d’août!

Chaque semaine, je vous ai présenté trois à cinq livres dans des registres très divers, pour adultes comme pour enfants. Voici en quelques lignes ceux qui ont été mes coups de cœur de ce mois d’août 2020. Et pour retrouver la chronique que j’ai consacrée à chaque livre, il vous suffit de cliquer sur son titre. C’est simple comme un clic! 😊

Rosa Dolorosa, Caroline Dorka-Fenech, éditions de la Martinière : Un magnifique premier roman, absolument hypnotique. Jusqu’où une mère peut-elle aller pour protéger son fils? Un combat maternel superbe et bouleversant.

Un jour viendra, couleur orange, Grégoire Delacourt, éditions Grasset : En cette rentrée littéraire, Grégoire Delacourt nous offre un roman viscéralement humain, véritable ode à l’enfance et au respect des différences. Et si l’amour sauvait de tout?

La fièvre, Sébastien Spitzer, éditions Albin Michel : La fièvre est le troisième roman du talentueux Sébastien Spitzer. Bien davantage qu’un livre, c’est une immersion totale dans le Memphis de la fin du 19eme siècle que nous offre l’auteur, avec force de parfums, de sons, d’images, de sensations. La plume de Sébastien Spitzer est si alerte, ses personnages ont tant de chair, la puissance évocatrice de son texte est si grande, que l’on n’est plus un simple lecteur mais le témoin de cette épidémie, des drames qui se jouent, de la solidarité qui se crée aussi.

Le petit roi du monde, Philippe Amar, éditions Pocket : Quand Victor, un petit orphelin de 12 ans, décide de choisir lui-même sa maman au lieu d’accepter celle désignée par l’Aide Sociale à l’Enfance. Un joyau de tendresse, qui pétrit le cœur d’une indicible émotion. A ne manquer sous aucun prétexte!

Les roches rouges, Olivier Adam, éditions Robert Laffont : un roman qui vous prend aux tripes, vous secoue comme la mer quand il y a du ressac et laisse sur vous le sel de sa magnifique histoire. Violence conjugale, culpabilité, amour, entraide sont les principaux thèmes de ce bouleversant roman, dont les personnages vous hantent longtemps après la fin de la lecture. Des êtres touchants, attachants, courageux, qui décident d’unir leurs forces pour ne plus subir la vie. Pas de pathos ici, mais une peinture très fine et très juste de notre société et une magnifique luminosité dans l’écriture. Car la vie n’est pas que remous, fracas contre les rochers, elle peut aussi se montrer furieusement belle.

Réponds-moi, Mélanie Taquet, éditions Eyrolles : Réponds-moi explore cette frontière ténue, aux contours non immuables, qui sépare l’amitié de l’amour. Un roman dont la lecture est addictive!

Mes 6 livres coups de cœur de juillet

Chaque semaine, je vous ai présenté cinq livres dans des registres très divers, pour adultes comme pour enfants. Voici en quelques lignes ceux qui ont été mes coups de cœur de ce mois de juin 2020. Et pour retrouver la chronique que j’ai consacrée à chaque livre, il vous suffit de cliquer sur son titre. C’est simple comme un clic! 😊

Ces petits riens qui nous animent, Claire Norton , éditions Robert Laffont: Un livre plein d’humanité, aux personnages indiciblement attachants, sur le pouvoir fabuleux de la solidarité, de l’amitié et de l’empathie. Ou quand l’union fait la force. Captivant et émouvant.

Et que ne durent que les moments doux, Virinie Grimaldi, éditions Fayard : L’arrivée d’un nouveau-né dans le nid familial d’un côté, le vide laissé par le départ des enfants à l’âge adulte de l’autre, c’est ce merveilleux ballet enfants-maman que la vibrante Virginie Grimaldi nous interprète sur la pointe de sa plume. Si Virginie Grimaldi est la romancière la plus lue en 2019, cela ne doit rien au hasard. Elle a le talent rare de vous faire passer du rire aux larmes, de vous toucher par son extrême sincérité et de savoir mettre des mots justes sur chaque émotion qui nous traverse. Alors, arrivé à la dernière page, on n’a qu’un seul regret. Mais un très gros regret : que ne dure ce moment doux de lecture encore et encore… 

Wanted Louise, Marion Muller-Colard, éditions Gallimard : Un roman à suspense en même temps que le portrait d’une infinie sensibilité de femmes fortes. Une écriture remarquable au service d’un sujet superbement traité : la complexité du sentiment maternel. Outre son talent à maintenir la tension constante, à embarquer le lecteur dans son intrigue et à ne plus le lâcher, elle analyse ici avec finesse l’ambivalence des sentiments maternels. Entre ce que la société attend d’une mère et ce qu’une mère parvient à donner, à exprimer à son enfant, il y a parfois un fossé important. Fossé dont on parle peu, par honte, par culpabilité. L’amour maternel est-il inné ou acquis ? Est-il donné à chacun d’exprimer facilement ses sentiments ? Un sujet tabou traité sans pathos ici et avec une grande sincérité.

Est-ce que tu danses la nuit…, Christine Orban, éditions Albin Michel : Un roman troublant, envoûtant, sur la passion amoureuse comme Christine Orban sait si merveilleusement l’habiller de mots.Pas de jugement ni de bien-pensance ici, mais le souci de comprendre comment un homme bien sous tous rapports, responsable, aimant envers son fils, peut soudain envoyer tout balader, morale, raison, pour vivre une passion interdite, sulfureuse.

Les jours brûlants, Laurence Peyrin, éditions Calmann-Lévy : Le sujet abordé ici est passionnant : le moment où l’existence bascule, où un évènement conduit à changer complètement de trajectoire. Et à disparaître en abandonnant mari, enfants, maison, et travail. Les disparitions volontaires concernent environ 1000 femmes par an en France, âgées en moyenne d’une quarantaine d’années. Si la loi autorise chacun à disparaitre de son plein gré, la société est très critique vis à vis de ces femmes, surtout si elles sont mères. Laurence Peyrin propose donc, au lieu de les juger et de les condamner, d’essayer de comprendre ce qui peut les pousser à faire pareil choix. Voire à se demander si elles ont vraiment d’autre choix que de tout quitter.

J’ai hâte d’être à demain, Sandrine Sénès, éditions de L’Iconoclaste : Sandrine Sénès nous offre des tranches de vie savoureuses, pleines d’humour et d’émotion, sur un sujet qui nous concerne tous : le rapport amoureux. Et quand on est célibataire, ce sujet devient obsessionnel…Un livre qui se déguste comme un bonbon, acidulé parfois, sucré à d’autres moments, tendre au cœur toujours. Avec concision et beaucoup de justesse, elle croque des tranches de vie et évoque le quotidien d’une célibataire d’aujourd’hui cernée par les couples.

12 livres à lire cet été

Vous comptez les heures avant les grandes vacances. La valise est prête, la crème solaire et le maillot de bain achetés, il ne vous reste plus qu’à y glisser les livres. Mais quels livres emporter avec soi ? Pas de panique, je vous ai sélectionné douze livres publiés ces derniers mois, dans des registres très divers, pour voyager, aimer, apprendre, découvrir, trembler, vous émouvoir, sourire, autrement dit, pour vibrer (cliquez sur le titre du livre pour accéder à la chronique 😉 ).

Allez, on pousse les vêtements pour faire de la place, au besoin on prévoit une deuxième valise et on y met :

  • L’école des mamans heureuses, de Sophie Horvath, éditions Flammarion : Imaginez des femmes qui se sont éclipsées derrière leur rôle de mère et en souffrent. Imaginez un lieu où elles peuvent en parler sans être jugées. Imaginez enfin une auteure capable de vous faire passer du rire aux larmes en découvrant ces femmes. Vous tenez le génial roman de Sophie Horvath entre les mains!
  • J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi, Yoan Smadja, éditions Pocket : Un roman poignant sur l’enquête de terrain d’une journaliste au sujet du génocide des Tutsi au Rwanda. Avec, en filigrane, une vibrante histoire d’amour. Un joyau.
  • Mamma Maria, Serena Giuliano, éditions du Cherche Midi : Un roman gorgé de soleil, lumineux, bienveillant, qui vous fera voyager en Italie. Des personnages viscéralement humains que vous n’oublierez pas de sitôt. Et offrez-vous par la même occasion Ciao Bella, paru chez Pocket, le précédent roman de Serena Giuliano!
  • Le petit-fils, Nickolas Butler, éditions Stock : Après Retour à Little Wing et Des hommes de peu de foi, Nickolas Butler nous revient avec un bouleversant roman : Le petit-fils. Le combat magnifique de grands-parents pour sauver leur petit-fils.
  • Ces petits riens qui nous animent, Claire Norton, éditions Robert Laffont : Un livre plein d’humanité, aux personnages indiciblement attachants, sur le pouvoir fabuleux de la solidarité, de l’amitié et de l’empathie. Ou quand l’union fait la force. Captivant et émouvant.
  • La seconde vie de Rachel Baker, Lucie Breméault, éditions Plon : Rachel Baker est serveuse dans un diner situé dans un coin perdu de l’Alabama. Ce soir-là, alors qu’elle effectue son service comme d’habitude, trois hommes armés entrent et se mettent à tirer dans la salle. Elle est la seule survivante. Tous, y compris son amant, ont péri. Pourquoi l’ont-ils épargnée ? Un premier roman passionnant, aux personnages particulièrement attachants.
  • Un loup quelque part, Amélie Cordonnier, éditions Flammarion : Quand une femme accouche d’un bébé qui n’est pas celui qu’elle espérait et peine à l’aimer. La spirale infernale du rejet. L’évolution aux frontières de la folie. Puissant. Saisissant. Brillant.
  • Et que ne durent que les moments doux, Virginie Grimaldi, éditions Fayard : L’arrivée d’un nouveau-né dans le nid familial d’un côté, le vide laissé par le départ des enfants à l’âge adulte de l’autre, c’est ce merveilleux ballet enfants-maman que la vibrante Virginie Grimaldi nous interprète sur la pointe de sa plume. Et quelle plume! Profitez-en pour glisser aussi dans vos bagages le précédent roman de Virginie, Quand nos souvenirs viendront danser, paru aux éditions du Livre de poche. Un bonheur de lecture.
  • La liberté n’est pas un crime, Shaparak Shajarizadeh, éditions Plon : Shaparak Shajarizadeh est devenue une figure de proue du mouvement pour le respect du droit des femmes en Iran. Pour avoir manifesté contre le port du voile et incité d’autres femmes à renoncer au port obligatoire du hijab, elle a été emprisonnée et torturée. Un témoignage édifiant.
  • Une vie et des poussières, Valérie Clo, éditions Buchet Chastel : ce roman rend un vibrant hommage au personnel des EHPAD et à leurs patients. On referme le livre empli d’une douce chaleur, avec l’envie de prendre doublement soin de ceux qui nous sont chers. Et avec la furieuse envie de remercier Valérie Clo pour ce bijou d’humanité.
  • Sur le chemin du coeur, Mary-Laure Teyssedre, éditions Jouvence : Impossible de reposer le livre une fois la lecture commencée. C’est un récit émouvant, passionnant, lumineux que nous offre Mary Laure Teyssedre. Celui du parcours de deux personnes que l’Univers a fait se rencontrer afin d’évoluer, de se guérir.
  • Le silence après nous, Sarah Masson, éditions JC Lattès : Comment se reconstruire après un accident ? Un premier roman, bouleversant, lumineux, sur la reconstruction. Car malgré les épreuves, la vie et l’amour de la vie, demeurent plus forts que tout.

Bonne lecture et… bonnes vacances 🙂 !

Mes 6 livres coups de cœur de juin!

Chaque semaine, je vous ai présenté cinq livres dans des registres très divers, pour adultes comme pour enfants. Voici en quelques lignes ceux qui ont été mes coups de cœur de ce mois de juin 2020. Et pour retrouver la chronique que j’ai consacrée à chaque livre, il vous suffit de cliquer sur son titre. C’est simple comme un clic! 😊

Quand nos souvenirs viendront danser, Virginie Grimaldi, éditions Le Livre de Poche : Quand six « octogéniaux » décident d’unir leurs forces pour lutter contre l’avis d’expulsion qui les menace, cela donne un roman d’un humour irrésistible et d’une immense tendresse. Ou comment Virginie Grimaldi excelle à vous faire passer du rire aux larmes.

Sur le chemin du cœur, Mary Laure Teyssedre, éditions Jouvence : Un roman émouvant, positif, lumineux, sur le cheminement de deux êtres indiciblement attachants. Une rencontre karmique, qui va aider chacun à évoluer vers un mieux-être, à dépasser sa problématique. A se dépasser.

 Le silence après nous, Sarah Masson, éditions JC Lattès : Comment se reconstruire après un accident ? Un premier roman, bouleversant, lumineux, sur la reconstruction. Car malgré les épreuves, la vie et l’amour de la vie, demeurent plus forts que tout.

Les incroyables aventures des sœurs Shergill, Balli Kaur Jaswal, éditions Belfond : Une invitation au voyage, un savant mélange entre profondeur et légèreté, rires et larmes. Un roman passionnant sur le poids des traditions indiennes sur les femmes.

Lettre d’amour sans le dire, Amanda Sthers, éditions Grasset : Ce roman épistolaire court est une ode au Japon, à l’épure nippone, en même temps qu’un hymne à l’amour. Quand l’héroïne décide d’écrire une lettre au masseur japonais, lettre dans laquelle elle dénude son âme, c’est une ode à la sensualité, à la tendresse, tout en pudeur, qu’elle lui interprète.

J’ai failli te manquer, Lorraine Fouchet, éditions Héloïse d’Ormesson : Un roman bouleversant, sur une mère et sa fille que tout oppose. Sur une quête éperdue d’amour et de reconnaissance. Profond. Lumineux. Humain. A l’image de l’auteure.

10 livres à offrir pour la fête des mères

La fête des mères arrive à grands pas. Et si vous offriez un livre à votre maman? Reste à savoir lequel. Pour vous aider, j’ai sélectionné dix livres récents, à même de ravir le cœur des mamans. Et pour accéder à la chronique complète du livre, il vous suffit de cliquer sur son titre. Magique, non? 😉

  • L’école des mamans heureuses, Sophie Horvath, éditions Flammarion : LE livre parfait pour la fête des mères. Imaginez des femmes qui se sont éclipsées derrière leur rôle de mère et en souffrent. Imaginez un lieu où elles peuvent en parler sans être jugées. Imaginez enfin une auteure capable de vous faire passer du rire aux larmes en découvrant ces femmes. Vous tenez le génial roman de Sophie Horvath entre les mains! Toutes les mamans vont adorer.
  • Mamma Maria, Serena Giuliano, éditions du Cherche midi : Un roman gorgé de soleil, lumineux, bienveillant, qui vous fera voyager en Italie. Des personnages viscéralement humains que vous n oublierez pas de sitôt. Offrez un aller-retour en Italie à votre maman!
  • Vanda, Marion Brunet, éditions Albin Michel : La relation fusionnelle, presque animale, entre une mère marginale et son fils. Un roman intense, percutant, sur une maman qui tente de rester à flot dans une société qui ne lui fait aucun cadeau. Un roman qui parlera à tout cœur de mère.
  • La seconde vie de Rachel Baker, Lucie Bréméault, éditions Plon : Quand vous vous trouvez au mauvais endroit, au mauvais moment, c’est toute votre vie qui peut basculer. Un premier roman passionnant, aux personnages particulièrement attachants. Coup de cœur ❤  !
  • Un loup quelque part, Amélie Cordonnier, Flammarion : Quand une femme accouche d’un bébé qui n’est pas celui qu’elle espérait et peine à l’aimer. La spirale infernale du rejet. L’évolution aux frontières de la folie. Puissant. Saisissant. Brillant. Le tricotage du lien mère-enfant, sujet qui parle à toute maman.
  • Une vie et des poussières, Valérie Clo, éditions Buchet Chastel : Un roman qui fait du bien, tant il célèbre la douceur, la tendresse et la solidarité. Une pépite d’humanité à offrir de toute urgence à chaque maman!.
  • Les étincelles, Juline Sandrel, éditions Calmann Lévy : Après La chambre des merveilles et La vie qui m’attendait, Julien Sandrel nous revient avec un troisième roman à l’intrigue magistralement menée, avec cette sensibilité et cette humanité qui caractérisent son écriture. Un roman impossible à lâcher. Et un bel hommage aux lanceurs d’alerte.
  • Se réjouir de la fin, Adrien Gygax, éditions Grasset : Un petit bijou de sagesse, d’humanité et de tendresse, servi par une magnifique écriture. Ne passez pas à côté de ce livre!
  • Respire ! , Maud Ankaoua, éditions Eyrolles : Quoi de mieux que d’offrir à votre maman des clefs pour s’épanouir encore davantage? Avec Respire !,Maud Ankaoua nous offre un oxygène salvateur, nous invite à interroger ces croyances que nous érigeons en vérités : oui, il est possible de réécrire son passé; oui il est possible de tirer de chaque expérience difficile le meilleur. Avec ce livre comme cadeau, le plan sera parfait !
  • Les fluides, Alice Moine, éditions Belfond : Un roman dense, d’une intensité émotionnelle rare, sur une double renaissance : celle d’une femme et celle d’une relation mère-fille. Une lecture en apnée. Un livre court qui laissera une empreinte longue dans l’esprit de votre maman.

Mes 6 livres coups de coeur de mai

Chaque semaine, je vous ai présenté cinq livres dans des registres très divers, pour adultes comme pour enfants. Voici en quelques lignes ceux qui ont été mes coups de coeur de ce mois de mai 2020. Et pour retrouver la chronique que j’ai consacrée à chaque livre, il vous suffit de cliquer sur son titre. C’est simple comme un clic! 😊

La liberté n’est pas un crime, Shaparak Shajarizadeh, éditions Plon : Shaparak Shajarizadeh est devenue une figure de proue du mouvement pour le respect du droit des femmes en Iran. Pour avoir manifesté contre le port du voile et incité d’autres femmes à renoncer au port obligatoire du hijab, elle a été emprisonnée et torturée. Un témoignage édifiant.

Vanda, de Marion Brunet, éditions Albin Michel : La relation fusionnelle, presque animale, entre une mère marginale et son fils. Un roman intense, percutant, sur une maman qui tente de rester à flot dans une société qui ne lui fait aucun cadeau.

J’ai cru qu’ils enlevaient toute trace de toi, Yoan Smadja, éditions Pocket. Un roman poignant sur l’enquête de terrain d’une journaliste sur le génocide des Tutsi au Rwanda. Avec, en filigrane, une vibrante histoire d’amour. Un joyau.

La seconde vie de Rachel Baker, Lucie Brémeault, éditions Plon : Quand vous vous trouvez au mauvais endroit, au mauvais moment, c’est toute votre vie qui peut basculer. Un premier roman passionnant, aux personnages particulièrement attachants. Coup de cœur ❤  !

Une evidence, Agnes Martin-Lugand, éditions Pocket : En 2014, on découvrait Agnès Martin-Lugand avec « Les gens heureux lisent et boivent du café ». Six années et 3 millions d’exemplaires vendus plus tard, elle nous revient avec un sixième roman extrêmement touchant : Une évidence. S’il est une évidence, c’est que ce roman va vous transporter ! Et bonne nouvelle, il sort en poche 🙂

Emile et Mado, Sophie de Mullenheim, éditions Fleurus : L’auteure de Pierrot et Miette, Prix du roman historique jeunesse 2019, nous revient avec un magnifique roman d’amitié et d’aventure au cœur de la seconde guerre mondiale. Pour enfants de 10 ans et plus.

Les 6 livres incontournables de mars 2020

Chaque semaine, je vous ai présenté cinq livres dans des registres très divers, pour adultes comme pour enfants. Voici en quelques lignes ceux qui ont été mes coups de coeur de ce mois de mars 2020. Et pour retrouver la chronique que j’ai consacrée à chaque livre, il vous suffit de cliquer sur son titre. C’est simple comme un clic! 😊

  • Mamma Maria, de Serena Giuliano, éditions du Cherche Midi : Un roman gorgé de soleil, lumineux, bienveillant, qui vous fera voyager en Italie. Des personnages viscéralement humains que vous n oublierez pas de sitôt. Après Ciao Bella, premier roman au succès retentissant, Serena Giuliano nous revient avec un deuxième roman, Mamma Maria. Mieux, avec un aller simple pour l’Italie. Car quand vous aurez découvert la chaleur des habitants du village, quand vous aurez goûté à l’Amalfitano de Maria, quand vous aurez joué à la scopa avec Franco, quand vous vous serez reposés à l’ombre des citronniers, vous n’aurez plus envie de revenir. Tout comme vous n’aurez plus envie de fermer le livre et de quitter les personnages.
  • L’école des mamans heureuses, de Sophie Horvath, éditions Flammarion : Imaginez des femmes qui se sont éclipsées derrière leur rôle de mère et en souffrent. Imaginez un lieu où elles peuvent en parler sans être jugées. Imaginez enfin une auteure capable de vous faire passer du rire aux larmes en découvrant ces femmes. Vous tenez le génial roman de Sophie Horvath entre les mains!
  • A la vie, L’homme étoilé, éditions Calmann-Lévy : Un roman graphique viscéralement humain, tendre, drôle et émouvant à la fois, dans lequel un infirmier en soins palliatifs nous fait partager son quotidien. Un infirmier qui ajoute de la vie aux derniers jours à défaut d’ajouter des jours à la vie. MAGNIFIQUE
  • Les étincelles, de Julien Sandrel, éditions Calmann-Lévy : Après La chambre des merveilles et La vie qui m’attendait, Julien Sandrel nous revient avec un troisième roman à l’intrigue magistralement menée, avec cette sensibilité et cette humanité qui caractérisent son écriture. Un roman impossible à lâcher. Et un bel hommage aux lanceurs d’alerte.
  • Un développement très personnel, Sabrina Philippe, éditions Flammarion : Développement personnel, coaching, ont le vent en poupe. Le marché du bonheur et du bien-être est très lucratif. Mais existe-t-il réellement une recette du bonheur ? Le bien-être est-il à rechercher auprès de ces « gourous » ou au fond de nous ? Un roman inspirant.
  • Une vie et des poussières de Valérie Clo, éditions Buchet-Chastel : Un roman qui fait du bien, tant il célèbre la douceur, la tendresse et la solidarité. Une pépite d’humanité. En cette période de confinement, où plus que jamais nous mesurons à quel point nous devons beaucoup à nos soignants, où nos proches âgés sont terriblement exposés aux dangers du coronavirus, ce roman rend un vibrant hommage au personnel des EHPAD et à leurs patients. A lire de toute urgence !

Les douze livres de votre été !

les livres de l'été

Le soleil et la chaleur sont déjà là, la fatigue de l’année aussi, et vous comptez les heures avant les grandes vacances. La valise est presque prête, la crème solaire et le maillot de bain achetés, il ne vous reste plus qu’à y glisser les livres. Mais quels livres emporter avec soi ? Pas simple quand on voit les milliers de livres parus. Pas de panique, je vous ai sélectionné douze livres publiés ces derniers mois, dans des registres très divers, pour voyager, aimer, apprendre, découvrir, trembler, vous émouvoir, sourire, autrement dit, pour vivre toute la palette des émotions.

Allez, on pousse les vêtements pour faire de la place, au besoin on prévoit une deuxième valise et on y met :

  • Le quartier des petits secrets, de Sophie Horvath, aux éditions Flammarion. Vous avez envie d’un livre empli de tendresse, de bienveillance, qui place l’humain au cœur ? Alors ce magnifique roman de Sophie Horvath est pour vous. Un livre où les apparences sont bien souvent trompeuses et les secrets nombreux…
  • Une rose et un balai, de Michel Simonet, aux éditions Pocket : un livre petit par la taille mais immense par la profondeur et la beauté. Surtout, surtout, ne passez pas à côté de ce petit (mais grandiose) traité de sagesse d’un balayeur de rue !
  • L’âme du violon de Marie Charvet, aux éditions Grasset : Du 17ème siècle à nos jours, de l’Italie à la France en passant par les Etats-Unis, Marie Charvet nous offre un roman choral absolument magnifique, envoûtant, humain : le destin de quatre personnages terriblement attachants, liés les uns aux autres par un violon de maître.
  • Amour propre, Sylvie le Bihan, éditions JC Lattès : Dans son nouveau livre, Sylvie Le Bihan s’attaque avec beaucoup de courage à un mythe, celui selon lequel l’épanouissement d’une femme et d’un homme passe obligatoirement par le fait d’avoir un enfant. Or devenir maman, et ce, malgré l’amour porté à l’enfant, peut être un trop lourd sacrifice pour la femme derrière la mère, donner lieu à des regrets. Un roman courageux, percutant, magnifiquement mené. Un livre ESSENTIEL
  • Descartes pour les jours de doute et Kant tu ne sais plus quoi faire il reste la philo, Marie Robert, aux éditions Flammarion. Vous pensez que la philosophie n’est pas faite pour vous, qu’il s’agit d’une discipline absconse, quelque peu poussiéreuse et même carrément ennuyeuse ? Alors laissez Marie Robert vous prouver le contraire ! Ou l’art de rendre la philosophie VIVANTE, ACCESSIBLE et PASSIONNANTE.
  • Le manuscrit inachevé, Franck Thilliez, éditions Pocket : envie de frissons, de suspens, de partir sur la côte d’Opale dans une enquête menée tambour battant ? Alors laissez le maître du thriller français vous embarquer dans une lecture addictive. Une fois ouvert, vous ne lâcherez plus ce livre !
  • Comme elle l’imagine, Stéphanie Dupays, aux éditions Mercure de France : Stéphanie Dupays s’interroge sur l’impact des réseaux sociaux comme Facebook sur les rencontres amoureuses, sur les codes de la séduction. Une rencontre en ligne peut-elle donner lieu à un amour réel ? L’amour 2.0 sous la brillante plume de Stéphanie Dupays.
  • Les victorieuses, Laetitia Colombani, éditions Grasset : le roman d’une femme, Blanche Peyron, qui a voué sa vie à l’Armée du Salut et a offert un refuge à toutes les femmes exclues de la société. Un vibrant hommage à la fondatrice du Palis de la femme, mais aussi à toutes ces femmes qui se battent au quotidien, pour garder leur dignité.
  • Une histoire impossible, Guy Lagache, éditions Grasset : Une magnifique histoire d’amour, que les tumultes de l’Histoire malmènent. Où quand un homme qui s’est toujours conformé à ce qu’on attendait de lui, décide de prendre son envol… avant de réaliser qu’il a quitté une prison pour une autre. Passionnant, dense, envoûtant.
  • Qui n’est pas raciste ici ? Akli Tadjer, éditions JC Lattès : un manifeste écrit en réponse au refus de certains lycéens de province de lire son roman, pour des motifs racistes. Blessé, choqué, en colère, Akli Tadjer a tenu à aller quand même à la rencontre de ces jeunes et nous en parle dans ce livre brillant, clair. Essentiel.
  • A nous regarder ils s’habitueront, Elsa Flageul, éditions Julliard : Que devient le couple quand un enfant naît ? Dans ce superbe roman, Elsa Flageul aborde les combats de trois êtres : ceux d’un bébé né prématuré pour la vie, celui d’une mère contre sa culpabilité de n’avoir pas mené sa grossesse à terme, celui d’un homme et d’une femme devenus parents pour trouver leurs nouveaux repères.
  • Le retour du jeune Prince, A.G Roemmers , City éditions : Alejandro G. Roemmers est un célèbre poète et auteur argentin au parcours incroyable. Un parcours guidé par la quête du bonheur, l’éveil spirituel, la fraternité. Et de fait, pour avoir eu la chance de le rencontrer, il incarne ce bonheur et ces nobles valeurs. De son expérience, il a tiré ce conte philosophique moderne, Le retour du jeune prince, désireux de partager les fruits de son cheminement personnel.

Bonne lecture !

les livres de l'été

 

8 livres à offrir pour la fête des mères

 

Dîtes-le avec des livres !

C’est bientôt la fête des mères et vous cherchez un cadeau original à lui offrir ? Alors pourquoi ne pas lui offrir un voyage, des heures d’évasion et un bouquet d’émotions ? Cela fait beaucoup pour votre petit budget ? Mais il n’est pas question de prendre l’avion ni même le train, pas plus que de dévaliser le fleuriste : il s’agit de vous rendre dans votre librairie préférée. Et là, damned, il y a des étagères pleines de nouveautés et vous ne savez plus où donner de la tête. Rassurez-vous, je vous ai fait une petite sélection qui ravira le cœur des mamans à tous les coups !

Huit livres à offrir pour la fête des mères

  • Le quartier des petits secrets, Sophie Horvath (Flammarion) : Mieux qu’un bouquet de fleurs, c’est le magasin entier de la fleuriste Clémentine, que je vous propose d’offrir à votre maman ! Clémentine, c’est une des héroïnes du roman tendre, lumineux et viscéralement humain, de Sophie Horvath. Une histoire qui fait du bien comme un bouquet de fleurs parfumé et coloré dans la pièce, comme un air de printemps à la fin d’un hiver. Comme un arc-en-ciel après la pluie. Retrouvez la chronique que je lui avais consacré ici : Le quartier des petits secrets
  • L’âme du violon, Marie Charvet (Grasset) : Du 17ème siècle à nos jours, de l’Italie à la France en passant par les Etats-Unis, Marie Charvet nous offre un roman choral absolument magnifique, envoûtant, humain : le destin de quatre personnages terriblement attachants, liés les uns aux autres par un violon de maître. La mélodie de ce texte bercera le cœur de toute maman ! Je vous en dis plus sur le livre ici : L’âme du violon
  • Comme elle l’imagine, Stéphanie Dupays (Mercure de France) : votre maman est une adepte des réseaux sociaux, surfe allègrement sur le net ? Alors ce livre lui parlera. Stéphanie Dupays s’interroge sur l’impact des réseaux sociaux comme Facebook sur les rencontres amoureuses et les codes de la séduction. Une rencontre en ligne peut-elle donner lieu à un amour réel ? L’amour 2.0 sous la brillante plume de Stéphanie Dupays. Cliquez ici pour en savoir plus : Comme elle l’imagine
  • Le retour du jeune Prince, Alejandro G. Roemmers (City éditions) : envie de voir le sourire fleurir sur le visage de votre maman ? Alors offrez-lui de la douceur, un conte philosophique qui donne les clefs du bonheur! Le retour du jeune prince est un livre à part, un conte philosophique moderne qui mêle les enseignements de la philosophie, de la sagesse orientale, de l’éveil spirituel et du développement personnel. Un livre qui fait du bien, qui éclaire et ouvre l’esprit. Je vous dis tout ici : Le retour du jeune Prince
  • Changer l’eau des fleurs, Valérie Perrin (Le livre de Poche) : L’histoire intense d’une femme qui, après avoir traversé bien des épreuves, continue à s’arc-bouter au bonheur. Un hymne merveilleux aux petits bonheurs simples mais ô combien précieux du quotidien. En outre, ce magnifique roman existe désormais au format poche donc s’accorde aux petits budgets ! Ma chronique ici : Changer l’eau des fleurs
  • L’amour propre, Sylvie le Bihan (JC Lattès) : l’amour fou d’une maman pour ses enfants n’empêche pas certains regrets. Sylvie Le Bihan s’attaque avec beaucoup de courage à un mythe, celui selon lequel l’épanouissement d’une femme et d’un homme passe obligatoirement par le fait d’avoir un enfant. Or devenir maman, et ce, malgré l’amour porté à l’enfant, peut être un trop lourd sacrifice pour la femme derrière la mère, donner lieu à des regrets. Un roman courageux, percutant, magnifiquement mené. Un livre ESSENTIEL. Plus d’informations ici : Amour propre
  • A nous regarder, ils s’habitueront, Elsa Flageul (Julliard) : la venue d’un enfant et ses bouleversements, toute maman s’y reconnaîtra! Que devient le couple quand un enfant naît ? Dans ce magnifique roman, Elsa Flageul aborde les combats de trois êtres : ceux d’un bébé né prématuré pour la vie, celui d’une mère contre sa culpabilité de n’avoir pas mené sa grossesse à terme, celui d’un homme et d’une femme devenus parents pour trouver leurs nouveaux repères. Tout sur ce magnifique roman ici : A nous regarder ils s’habitueront
  • Le bruissement des feuilles, Karen Viggers (Les escales) . Offrez un voyage en Australie à votre maman, sans passeport! Karen Viggers nous offre cette fois encore une immersion merveilleuse au cœur de la forêt australe, celle des grands eucalyptus, des arbres centenaires qui tutoient le ciel. Elle invite le lecteur à s’interroger sur la déforestation et ses conséquences. Une ode à la solidarité et à l’amitié. Passeport pour le livre ici :  Le bruissement des feuilles

Goncourt des lycéens 2018 : la sélection

1ere selection goncourt_001.jpeg

Le ministère chargé de l’Éducation nationale en partenariat avec la Fnac et le Réseau Canopé organisent le Prix Goncourt des lycéens sous le haut patronage de l’Académie Goncourt. L’objectif est de faire découvrir aux lycéens la littérature contemporaine et de susciter l’envie de lire.

Le Goncourt des lycéens permet à près de 2 000 élèves de lire et d’étudier la sélection de romans de la liste du Goncourt. Une cinquantaine de classes de lycéens âgés de 15 à 18 ans, issus de seconde, première, terminale ou BTS, généralistes, scientifiques ou techniques sont concernées. La sélection des classes est basée sur la motivation des enseignants.

Les 15 romans sélectionnés pour le Prix Goncourt des lycéens 2018

  • Meryem Alaoui, pour La Vérité sort de la Bouche du cheval (Gallimard)
  • Inès Bayard, pour Le Malheur du bas (Albin Michel)
  • Guy Boley, pour Quand Dieu boxait en amateur (Grasset)
  • Pauline Delabroy-Allard, pour Ҫa raconte Sarah (Minuit)
  • Adeline Dieudonné, pour La Vraie Vie (L’Iconoclaste)
  • David Diop, pour Frère d’âme (Seuil)
  • Clara Dupont-Monod, pour La révolte (Stock)
  • Éric Fottorino, pour Dix-sept ans (Gallimard)
  • Paul Greveillac, pour Maîtres et esclaves (Gallimard)
  • Gilles Martin-Chauffier, pour L’Ère des suspects (Grasset)
  • Nicolas Mathieu, pour Leur Enfants après eux (Actes Sud)
  • Tobie Nathan, pour L’Évangile selon Youri (Stock)
  • Daniel Picouly pour Quatre-vingt-dix secondes (Albin Michel)
  • Thomas B. Reverdy, pour L’Hiver du mécontentement (Flammarion)
  • François Vallejo, pour Hôtel Waldheim (Viviane Hamy)

Lundi 12 novembre 2018 auront lieu les délibérations régionales. Et c’est jeudi 15 novembre 2018 qu’auront lieu les délibérations nationales et la proclamation du lauréat, lauréat qui fera suite à Alice Zeniter avec L’art de perdre (Flammarion).