Livres pour bébés : collection cache-cache feutrine

livres pour bébés cache-cache feutrine aux éditions Nathan

©Karine Fléjo photographie

Les livres et la lecture jouent un rôle essentiel dans le développement de l’enfant et ce, dès son plus jeune âge. Les éditions Nathan vous proposent à ce titre une collection de livres pour bébés âgés de 6 mois et plus particulièrement attrayante : la collection cache-cache feutrine.

Le principe de la collection cache-cache feutrine

Sur chaque page cartonnée aux illustrations vives et joyeuses, l’enfant devra soulever un petit volet en feutrine pour découvrir ce qui se cache-dessous. De quoi aiguiser sa curiosité, exercer sa motricité fine et partager avec lui de tendres moments de complicité. Il découvrira ainsi dans « On se cache dans l’arbre », tous les habitants, des racines à la pointe des branches, qui vivent dans les arbres. Avec Petit train, il embarquera en voyage et découvrira de jolis paysages. Quant à Petit dinosaure, il accompagnera son nouvel ami dans une journée faite de jeux.

Mais plus encore. Ces petits livres retranscrivent le jeu du « coucou-caché » auquel vous jouez certainement avec votre tout-petit, que ce soit en vous dissimulant derrière un rideau ou tout simplement en cachant votre visage derrière vos mains. Ce jeu ne déclenche pas seulement les rires de l’enfant, il lui enseigne une notion primordiale : la notion de permanence de l’objet. Peu à peu en effet, le bébé va réaliser que même si l’objet ou le parent disparaît de son champ de vision, il n’en demeure pas moins présent, il est juste « caché ». Quand le bébé aura intégré cette notion, il ne paniquera plus autant quand il égarera un doudou, ou quand sa maman s’éloignera. Ce jeu permet donc à l’enfant de mieux vivre la séparation. Car qui dit séparation ne dit pas abandon.

Les  cinq points forts de ces livres pour bébés

  • Ils participent à l’éveil de l’enfant, lui apprennent à mieux gérer les séparations.
  • Ils sont en cartonnage épais et donc très résistants.
  • Les illustrations sont colorées et attirent le regard de l’enfant.
  • Ils évoquent des histoires simples, courtes, pleines de mystères que l’enfant pourra percer en soulevant les volets en feutrine.
  • Ils sont d’un petit format, particulièrement adapté aux mini-menottes des bébés.

 

 

 

Publicités

Nos séparations, de David Foenkinos : savoureux!

ob_f8cb4d8463f5f88f7fdb00cf72333145_1336213

Nos séparations, de David Foenkinos

Éditions Folio, avril 2012

Il existe trois milliards de femmes, mais c’est encore et toujours Alice qui vient hanter la vie de Fritz. Alice, son premier amour, ses multiples désamours, sa montagne russe du bonheur, son long fleuve non tranquille. Alice, source de ses plus puissantes joies et de ses plus grandes souffrances. Alice, la femme qu’il aime envers et contre tout. Par delà les années.

Alors pourquoi passent-ils leur temps à se séparer? La palette de la rupture est riche en couleurs : différence de niveau social, interférence des parents et beaux-parents, IKEA, vie professionnelle, jalousie, deux polonais, une histoire de cravate et Schopenhauer bien sûr.

Certes, entre deux tentatives pour réussir son union avec Alice, Fritz vole vers d’autres femmes. Mais il les survole plus exactement. Car aucune, de Céline, Iris, ou Émilie ne sait lui donner des ailes comme cette dernière, lui faire à ce point tutoyer le ciel ou encore désirer rester dans le nid. Aucune ne lui inspire de réels sentiments. Des émotions fortes tout juste.

Alors, faut-il plusieurs échecs successifs pour réussir sa vie amoureuse, comme autant de répétitions avant la représentation finale? Le premier amour est-il une condamnation à perpétuité? Et peut-on cumuler réussite professionnelle et épanouissement affectif?

Avec Nos séparations, David Foenkinos aborde un sujet grave avec légèreté et pertinence. Avec beaucoup d’humour, de verve, une analyse très fine de la psychologie masculine comme féminine, il parvient à nous faire sourire de ce qui d’ordinaire accable. Un roman savoureux qui se déguste de la première à la dernière page!

P.62 : Il ne faut certainement pas vivre entouré de mots pour écrire. Pour écrire il faut s’échapper des phrases.