Citation du jour

L’oubli est une stratégie de survie, un processus sélectif et dynamique, un choix imposé d’obscurité sur une partie de sa mémoire.

Sylvie le Bihan – Qu’il emporte mon secret (Le Seuil, janvier 2017)

133756_couverture_hres_0

Publicités

Prix Médicis 2015 : Nathalie Azoulai

Nathalie Azoulai, le 7 octobre 2015 à Paris.

Le prix Médicis a été attribué à Titus n’aimait pas Bérénice, de Nathalie Azoulai (P.O.L). Le Médicis étranger distingue Encore, du turc Hakan Günday (Galaade) et le Médicis essai, Sauve qui peut la vie, de Nicole Lapierre (Seuil).

Titus n’aimait pas Bérénice est le sixième livre de Nathalie Azoulai, après cinq textes ancrés dans notre époque au point de prendre l’allure de romans « sociétaux » – qu’ils évoquent la maternité, comme Mère agitée(Seuil, 2002) et Les Filles ont grandi (Flammarion, 2010), ou qu’il y soit question de racisme et d’antisémitisme, comme dans Les Manifestations (Seuil, 2005).

Dans ce nouvel ouvrage, en revanche, l’ancienne normalienne et agrégée imagine une femme d’aujourd’hui, quittée par son amant, marié et décidé à rester avec sa femme en dépit de son amour pour sa maîtresse. S’abreuvant aux vers de Racine, elle décide de « quitter son temps, son époque », et de se plonger dans la vie de l’écrivain pour « construire un objet alternatif à son chagrin, sculpter une forme à travers son rideau de larmes » : « Si elle comprend comment ce bourgeois de province a pu écrire des vers aussi poignants sur l’amour des femmes, alors elle comprendra pourquoi Titus l’a quittée », écrit Nathalie Azoulai.

« Empoigner le marbre »

Ainsi se lance-t-elle dans le récit (romancé) de l’existence de Racine, ses années de formation à Port-Royal, l’enseignement de ses maîtres jansénistes, la découverte de la traduction du latin, où il va progressivementforger sa propre langue si étonnante, jusqu’à finir par donner, au fil de ses douze tragédies, « un idiome à la France ». Elle imagine comment Racine a réussi à devenir « l’endroit où le masculin s’approche au plus près du féminin » en inventant des sortes de séances de confession, sans dimension religieuse, où des femmes racontent au grand homme les effets sur elle du chagrin amoureux…

Il y a dans Titus n’aimait pas Bérénice quelques pages superbes, des phrases dépouillées et pourtant d’une grande force. Une volonté de fouiller l’histoire et la langue pour réussir à « empoigner le marbre » de la statue du tragédien, et lui donner chair, lui insuffler de la vie.

Un roman turc dans la peau d’un « passeur »

Distingué par le Médicis étranger, Hakan Günday, né en 1976, est l’auteur de huit romans. Il raconte que l’idée d’Encore (traduit par Jean Descat), paru en Turquie il y a deux ans, lui est venue en lisant dans un journal un article sur l’arrestation d’une bande qui fabriquait des faux gilets de sauvetage ne flottant pas, destinés aux clandestins qui tentent de gagner l’Europe sur des rafiots de fortune depuis la côte turque. Encore est donc un roman qui immerge le lecteur dans le milieu des passeurs et de leur « business », sur les pas de Gazâ qui, à 9 ans, a hérité de l’entreprise de son père « spécialisée » dans le transport de migrants

Avec Nicole Lapierre, plongée intime dans une famille

Directrice de recherche au CNRS, la sociologue et anthropologue Nicole Lapierre « prolonge » ses travaux sur les questions de mémoire et d’identité en se penchant sur sa propre histoire, ce qu’elle s’était toujours refusée à faire, dans un poignant récit littéraire. « Dans ma famille, on se tuait de mère en fille » est la première phrase de ce livre écrit pour évoquer le souvenir de sa grand-mère, de sa sœur et de sa mère, toutes mortes dans des conditions dramatiques : un accident dû à une fuite de gaz pour la première (selon la version autorisée), le choix du suicide pour la deuxième et la troisième. La pudeur et l’optimisme finissent partriompher de cette plongée intime au cœur d’une famille juive déchirée entre « semelles de plomb qui entraînent par le fond » et « ornements de plumes qui frémissent au vent ».

Ma petite française, de Bernard Thomasson : les murs de la honte

 

 

Ma petite française, Bernard Thomasson

 

Editions du Seuil, août 2011

 

 

 

Les murs de la honte 

 

     Quand Hélène, la « petite française » devenue professeur d’université aux États-Unis, est invitée dans la capitale allemande en 2009 pour célébrer les vingt ans de la chute du mur, c’est tout un pan de son passé qui ressurgit. Une page de son histoire encore très prégnante malgré les trois décennies écoulées. Et pour cause…

 

« Les périodes charnières de l’existence ne rouillent jamais. Ni sous la pluie, ni sous les pleurs. »

 

     Dans l’avion qui la conduit vers Berlin, elle sympathise avec David, journaliste, envoyé spécialement pour couvrir l’évènement. A l’instar d’Hélène, David, d’origine juive, a avec cette ville un passé commun, des pièces du puzzle de ses origines à retrouver et à agencer. L’un comme l’autre prennent en effet conscience qu’ils ne peuvent tirer un trait sur leur passé, vivre dans le déni ou l’ignorance, s’ils désirent avancer. Leurs fondations, comme celles du mur, sont encore si fragiles…

 

« Jusqu’à aujourd’hui, je ne voulais pas croire à ce lien avec le passé. Je pensais pouvoir vivre ma vie, peinard, construire un avenir serein sans regarder dans le rétro. Or plus j’avance, plus ce manque grandit en moi, accapare de l’espace, m’apostrophe, réclame que je le comble. »

 

      Ces quêtes identitaires vont leur réserver une surprise bouleversante. Avoir vécu à Berlin n’est pas leur seul point commun…

 

     Et de découvrir aussi, sous la plume éclairée de l’auteur, que bien des murs subsistent, murs de la honte, invisibles mais ô combien intolérables. Barrières sentimentales, culturelles, sociales, politiques, ethniques s’érigent inexorablement autour de soi. Il n’y a pas un mur, mais des murs…

 

     C’est par conséquent un magnifique voyage dans le Berlin de la guerre froide où les restrictions donnaient lieu à toutes les exubérances et le Berlin d’aujourd’hui qui se reconstruit avec un passé lourd à porter, que nous offre de faire Bernard Thomasson. Une très belle ode à l’amour pour cette capitale européenne pittoresque à travers deux histoires sentimentales croisées.

 

Informations pratiques :

 

Prix éditeur : 18€

 

Nombre de pages : 263

 

ISBN : 978 2 02 105056 1

 

 

 

     Homme de radio et journaliste de renom, rédacteur en chef à France Info, Bernard Thomasson signe avec « Ma petite française » un brillant premier roman, après un recueil de nouvelles « Je voulais vous donner des nouvelles » paru aux Éditions Odile Jacob (2009)