Citation du jour

« L’actualité n’est qu’une suite d’épisodes rattachés par rien, sans autre ligne directrice que le malheur des uns pour distraire les autres, et le bonheur des autres pour dédommager le malheur des uns. Au sein de ce mirage fait de pures fictions comme de réalités, beaucoup de personnalités se distinguent, toutes plus ou moins durables, certainement protégées du temps, immunisées contre toute obsolescence, alors que d’autres ne font que passer, éphémères jusque dans le succès.
Aujourd’hui les idoles se suivent et les génies s’enchaînent, aujourd’hui les nouveaux Rimbaud durent une semaine et les chefs d’œuvre le temps du papier, la semaine suivante un nouveau prodige prend le relais, les gloires se tissent pour ornementer le vide. »

 

Serge Joncour – L’idole

bm_17709_996018

Palmarès des 30 livres les plus prêtés en 2015 : les 5 auteurs préférés des Français

Les 5 auteurs préférés des Français : Michel Houellebecq,

Thomas Piketty, Guillaume Musso, Virginie Despentes et EL James

TOP 3 des catégories : Littérature (57%), Essais (23%) et BD (8%)

 index

Booxup, première application mobile de partage de livres papier entre particuliers, dévoile les résultats du premier classement des livres les plus prêtés et échangés entre particuliers en France. Un palmarès* qui, en plus du classement des auteurs, montre également les genres et catégories littéraires préférés des Français. Lien officiel : http://www.booxup.com/

*Méthodologie : enquête réalisée auprès de 10.203 utilisateurs de l’application Booxup et plus de 40.000 livres, durant la période du 18 mars au 31 décembre 2015. Femmes 72% Homme 28%. Ages moyens 15-35 ans : 48% / 35-55 : 30% / + 55 ans : 22%.

 

« Si la vente des livres est un excellent indicateur de succès pour un auteur, les prêts et les échanges entre particuliers n’étaient jusqu’alors jamais comptabilisés. Pourtant, nous savons que 60% des lecteurs ne conservent pas leur livre une fois lu (sondage Booxup janvier 2015). Grâce à Booxup, nous savons à présent quels ouvrages sont les plus partagés entre les lecteurs. Des données intéressantes qui montrent le caractère « viral » de certains romans contrairement à d’autres.» David Mennesson et Robin Sappe, cofondateurs de Booxup.

Palmarès des 30 livres les plus échangés en 2015

En 2015, Michel Houellebecq, Thomas Piketty, Guillaume Musso, Virginie Despentes et EL James ont été les 5 écrivains dont les romans ont été les plus prêtés et échangés entre les lecteurs.

Il est important également de noter que dans ce TOP 30, certains auteurs comme Guillaume Musso, Marc Levy et Michel Houellebecq font partie des écrivains français les plus lus et les plus vendus dans le monde. Les prêts et les échanges de leurs livres ne constituent donc pas un frein à leur vente de livres mais contribuent activement à leur notoriété et leur publicité.

 

Palmarès des 30 livres les plus échangés en 2015

(sources Booxup : données analysées à partir de plus de 40.000 livres et 10.000 lecteurs)

Classement Titre Auteurs Date de publication
N°1 Soumissions Michel Houellebecq 2015
N°2 Le Capital au XXIe siècle Thomas Piketty 2013
N°3 Central Park Guillaume Musso 2014
N°4 Vernon Subutex 1 Virginie Despentes 2015
N°5 50 nuances de Grey EL James 2012
N°6 L’instant présent Guillaume Musso 2015
N°7 Pas pleurer Lydie Salvaire 2014
N°8 Elle et Lui Marc Levy 2015
N°9 L’attrape cœur JD Salinger 1953
N°10 Les bienveillantes Jonathan Littell 2006
N°11 Le trône de fer, l’intégrale – Tome 1 George Martin 2010
N°12 L’homme qui voulait être heureux Laurent Gounelle 2010
N°13 Le charme discret de l’intestin Giulia Enders 2015
N°14 Paris vs New York Vahram Muratyan 2011
N°15 Le crime du comte Neville Amélie Nothomb 2015
N°16 Tout peut changer Naomi Klein 2015
N°17 L’art de la guerre Sun Tzu
N°18 La fille du train Paula Hawkins 2015
N°19 50 exercices pour parler en public Laurence Levasseur 2015
N°20 Mr Mercedes Stephen King 2015
N°21 La femme parfaite est une connasse Anne Sophie et Marie-Aldine Girard 2013
N°22 Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens Robert Vincent Joule et Jean Léon Beauvois 2014
N°23 Le sculpteur Scott Mc Cloud 2015
N°24 Rien ne s’oppose à la nuit Delphine Vigan 2011
N°25 Fragment d’un discours amoureux Roland Barthes 1977
N°26 Millenium 4 David Lagercrant 2015
N°27 Sex criminals – Tome 1 Matt Fraction 2015
N°28 Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes Charb 2015
N°29 Mémoires Serge et Béate Klarsfeld 2015
N°30 Une autre idée du bonheur Marc Lévy 2014

 

La littérature plébiscitée à 57%

Ce classement permet également de mettre en lumière les genres littéraires que les lecteurs préfèrent. Ainsi, la catégorie « littérature » représente 57% des livres prêtés ou échangés. En deuxième position arrivent les « essais » à 23%, suivis de la bande-dessinée à 8%, La catégorie « humour », « beaux livres », « livres professionnels » et « biographie » enregistrent approximativement 3% des transactions.

 

Classement Genres et catégories Pourcentage
N°1 Littérature 57%
N°2 Essais 23%
N°3 Bande-dessinée 8%
N°4 Humour 3%
N°5 Beaux livres 3%
N°6 Livres professionnels 3%
N°7 Biographie 3%

 

Je n’étais qu’un fou, de Thierry Cohen : nul n’est à l’abri du succès…

image

Je n’étais qu’un fou, de Thierry Cohen

Éditions Flammarion, avril 2014

Nul n’est à l’abri du succès…

Depuis son adolescence, Samuel Sanderson caresse le rêve d’écrire un roman. Non par besoin de reconnaissance ou de gloire, mais pour se tester, pour voir s’il est capable de tenir la distance du récit, de créer une histoire cohérente, de faire vivre des personnages.

La quarantaine venue, heureux en amour avec sa femme Dana et leur fille Dayane, épanoui professionnellement, il se décide enfin à relever le défi. Et y parvient haut la main. Non seulement il va jusqu’au bout de la rédaction, mais un éditeur lui propose de le publier. Mieux encore que dans ses rêves les plus fous, c’est le succès immédiat. Et la bascule vers un autre monde, un autre univers. « Le monde dans lequel je venais de prendre pied était fait d’illusions, de superficialité,de prétentions, de tous les défauts et vices qui m’habitaient et que j’avais tentés, des années durant, d’étouffer ».

Pris dans les tourbillons de la notoriété, il s’éloigne des valeurs qu’il défendait jusqu’alors, s’éloigne des siens. Et perd l’amour de sa femme et la reconnaissance de sa fille. « L’orgueil était là, tapi dans les plis de mon esprit, me faisant croire à l’intérêt de mon texte, au génie de mon sens créatif ». Suffisance, frivolité, superficialité. Et de faire l’expérience, aussi, de l’envers du succès : si ce dernier est plus efficace qu’une chirurgie esthétique, rend soudain beau et désirable, ce dont Samuel ne se prive pas pour multiplier les conquêtes d’un soir, il suscite aussi les rivalités. Tandis que le public l’adule, particulièrement le public féminin, les critiques littéraires le descendent en flèche. Trop guimauve, trop prévisible, toujours cette même recette à chaque roman : suspens, sentiment, sexe (les 3S). L’admiration de ses lecteurs n’a d’égale que le mépris des journalistes.

Ces mêmes critiques qu’il retrouvera un jour parmi les messages qui lui sont adressés sur Facebook par un inconnu ayant les mêmes nom et prénom que lui. Des critiques de plus en plus déstabilisantes pour Samuel. De plus en plus menaçantes aussi. Qui est cette personne qui semble tout savoir de lui, qui exige qu’il rédige un livre vérité pour s’amender? Est-ce un lecteur dérangé? Une de ses ex? Un proche réellement désireux de le faire revenir sur le droit chemin? Un écrivain rival souhaitant le déstabiliser? Son double venu l’avertir de ce qui l’attend? De quoi devenir fou.

Harcelé, menacé, après l’euphorie du succès, c’est la descente aux enfers…

Thierry Cohen nous offre un roman réussi et passionnant à plus d’un titre. Outre le suspens entretenu jusqu’à la dernière minute, le style fluide et maîtrisé, le rythme soutenu, l’auteur livre une analyse sans concessions et très pertinente sur l’envers du succès, les attentes réelles des maisons d’édition envers leurs auteurs, le statut de l’écrivain réduit à celui d’une vache à lait, les pratiques médiatiques peu louables pour doper l’audience…

Je n’étais qu’un fou, un roman qui se dévore follement!

 

P.20 : C’est à cela qu’on reconnaît un vrai couple : lorsque chacun œuvre au bonheur de l’autre, le pousse au delà des limites qu’il s’est imposées pour l’amener à se découvrir plus fort encore et sans crainte qu’il finisse par lui échapper.

P.30 : Les femmes ont ce sens pratique, cette logique qui les amène à comprendre ce qui est bon pour leur famille et ce qui peut lui nuire. Elles sont les gardiennes du sens, cherchent à préserver les acquis et à inscrire tout nouvel épisode dans la continuité de l’histoire qu’elles contribuent à écrire. Elles sont actrices et réalisatrices de leur vie, possèdent une vision du scénario. Les hommes ne sont que des comédiens de l’instant. Et s’ils comprennent un jour, c’est quand le film est fini.