J’admire l’aisance avec laquelle tu prends des décisions catastrophiques, au Studio Hébertot : foncez-y avant le 30 décembre!

Quand votre conjoint, brillant avocat,  se retrouve au chômage et accepte un travail de balayeur, que dis-je, d’agent de la propreté urbaine, comment réagissez-vous? Statut social, regard des autres, perte de repères, sentiments, projets d’avenir, une pièce magnifiquement écrite et interprétée. Coup de coeur!

Trois (bonnes bien sûr!) raisons d’aller voir cette pièce :

  1. Le sujet est brillamment traité et invite chacun à la réflexion.
  2. Les acteurs, Renaud Danner et Mathilde Lebrequier sont épatants.
  3. Aucun temps mort dans le spectacle, vous passerez un excellent moment.

J’ai plébiscité ici les romans de Jean-Pierre Brouillaud  Ma vie avec Contumace et  Les petites rébellions , tous deux parus aux éditions Buchet Chastel. J’étais donc impatiente de le découvrir en tant que dramaturge. Rendez-vous pris au Studio Hébertot à Paris, pour découvrir deux acteurs, Renaud Danner et Mathilde Lebrequier.

img_7342

Le titre de la pièce donne le ton. A l’image des romans de Jean-Pierre Brouillaud, le ton est celui d’un inénarrable humour. Mais que l’on ne s’y méprenne pas, cet humour se met au service d’un sujet profond : comment un changement de statut social impacte- t-il notre vie, à savoir notre vie amoureuse, sociale, amicale et familiale?

C’est ce qui arrive à François Durville (Renaud Danner), qui, après un an de chômage, a accepté un poste d’agent de la propreté urbaine à la ville de Paris. Loin de le voir comme un échec professionnel, il se dit qu’il avait besoin de changement, que ses collègues ont l’air sympathique, que contrairement aux préjugés ils sont eux aussi cultivés, voire plus joyeux que les avocats qu’il a côtoyés jusqu’ici puisque certains balaient en chantant. Et puis, il se sentira utile.

Une vision optimiste que ne partage pas du tout, mais alors pas du tout Orianne (Mathilde Lebrequier), son épouse. Comment peut-on accepter d’être balayeur après avoir été avocat? Pire, comment pareille humiliation peut-elle être vécue aussi sereinement par son mari?

Parce que pour lui, être balayeur n’a rien d’humiliant ni de honteux.

46766796_311791092750699_4002739443462045696_n

Les acteurs campent leurs rôles à merveille. Mathilde lebrequier est grandiose en bourgeoise outrée, cinglante à souhait tant par son regard que par les intonations de sa voix. Renaud Danner est génial dans son rôle de mari calme en toutes circonstances, de philosophe à ses heures. On oublie qu’ils jouent tant ils sont justes dans leur interprétation.

Les rires fusent. L’humour de Jean-Pierre Brouillaud fait mouche. Ses questions aussi : Faut-il admirer pour aimer? Le regard des autres est-il important? Qu’appelle-t-on échec : descendre dans la hiérarchie sociale ou ne pas s’épanouir dans un haut poste? Quel est l’essentiel dans la vie, dans le travail, dans le couple?

Informations pratiques :

Dates : du 29 novembre au 30 décembre 2018

Adresse : 78 boulevard des Batignoles – Paris 17ème

Site du théâtre pour réserver : https://www.studiohebertot.com

.

Publicités

Le C.V. de Dieu au théâtre La pépinière : ne manquez pas cette pièce jubilatoire!

affiche_cv_dieu-big.jpg

Le C.V de Dieu, c’est 1h15 de rires, de finesse, d’intelligence, d’humour, de jeu extrêmement brillant des acteurs. Une excellente pièce de théâtre écrite par la délicieuse plume de Jean-Louis Fournier. JUBILATOIRE

L’écriture de Jean-Louis Fournier, c’est avant tout une signature. Inimitable. Inimitée. Des phrases courtes dépouillées du superflu, la prouesse de faire sourire de ce qui d’ordinaire accable grâce à un inénarrable humour, une pudeur infinie, des propos qui font mouche. C’est tout cela et tant d’autres choses encore. Un fleurettiste du verbe. Un archer de la formule. Et c’est tout son talent que l’on retrouve ici.

img_6763

Auteur de cette pièce, Le C.V. de Dieu, Jean-Louis Fournier imagine cette fois une situation complètement déjantée et géniale : le ciel est fini, la terre est finie, les animaux sont finis, l’homme est fini. Alors Dieu se pense fini aussi, n’a plus foi en Dieu et décide de chercher du travail, de nouveaux projets, histoire de sortir de cette mélancolie qui l’accable. Et de rédiger son CV et sa lettre de motivation. Il est alors convoqué à un entretien d’embauche au siège d’un grand groupe sur Terre. Incarné par l’excellent acteur Jean-François Balmer, Dieu débarque donc avec deux valises de CV dans le bureau du DRH interprété tout aussi brillamment par Didier Bénureau.

img_6767

La complicité entre les acteurs fonctionne à merveille. Jean-François Balmer et Didier Bénureau se donnent la réplique avec un humour jubilatoire, un plaisir évident, sans temps mort, et font mouche à chaque fois. Et Dieu d’évoquer ses grandes réalisations (mer, ciel, hommes, animaux…)…mais d’être confronté aussi à ses erreurs (ouragans, épidémies…). L’interprétation des deux acteurs est extraordinaire d’intensité, de justesse. Ils vivent véritablement leur rôle plus qu’ils ne le jouent, tandis que dans la salle, rires et applaudissements fusent.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas aimé cette pièce je l’ai adorée. Si vous êtes parisiens ou passez par Paris, foncez au théâtre de La Pépinière, vous ne le regretterez pas! Cette pièce est magistrale.

Informations pratiques : 

Pièce : Le C.V. de Dieu

Auteur : Jean-Louis Fournier

Metteur en scène : Françoise Petit

Acteurs : Jean-François Balmer et Didier Bénureau

Théâtre : La pépinière théâtre, 7 rue Louis le Grand- 75002 Paris. Téléphone : 01.42.61.44.16. Métro Opéra

Le CV de DIeu se joue du mardi au samedi à 19h00 et le dimanche en matinée à 16h00.

 

 

Famille Flöz dans Hôtel Paradiso à Bobino : un spectacle d’un genre totalement inédit!

anzh_Familieflozaffichefinale

Hôtel Paradiso est le nouveau spectacle de la Famille Flöz, compagnie berlinoise. Un phénomène international inclassable qui a conquis le monde entier en développant un irrésistible langage trash et burlesque, mêlant théâtre du masque, mime, illusion, danse, acrobatie et art du clown.

Hôtel Paradiso, c’est une institution familiale un peu désuète au cœur des montagnes. Un hôtel que la famille tient depuis plusieurs générations et dont la grand-mère assure l’intendance à coup de canne, tandis que son fils et sa fille se battent pour prendre la succession. Les clients défilent, de la jeune fille ingénue à la vamp, en passant par le cambrioleur en fuite, les policiers, le randonneur, le tout dans une ronde follement mouvementée. Et follement drôle.

anzh_hotelparadiso23MichelVogelh2r--1

Anna Kistel ou Marina Rodriguez Llorente, Sebastian Kautz, Daniel Matheus, Nicolas Witte.

La grande originalité de ce spectacle est l’absence totale de dialogue. Et l’oubli, au fil des minutes, de cette absence, tant le jeu des comédiens, celui des éclairagistes et des ingénieurs du son rendent le spectacle expressif et extraordinairement vivant. Les acteurs, mi-hommes-mi marionnettes, portent tous un masque et font passer les émotions par le mime, le regard, la danse, la lumière. Un mélange de burlesque, de mime, de clown, dans lequel le décor est presque un personnage à part entière, vivant au gré des tours de la porte tambour, des claquements du comptoir et des portes.

Le jeu des comédiens est un ballet savamment orchestré, poétique et drôle, et fait d’Hôtel Paradiso un spectacle d’un genre inédit.

Pour quel type de public ? Ce spectacle s’adresse à tous les âges. Il est donc non seulement possible mais recommandé de partager ce moment poétique et drôle en famille.

Quels tarifs ? De 22 à 51 €.

Quand voir ce spectacle ? Actuellement à l’affiche, et ce, jusqu’au 4 février 2018.

Où voir La famille Flöz ? Sur la scène de Bobino, 14-20, rue de la Gaîté, 75014 Paris. Métro : Gaîté (ligne 13) • Edgar Quinet (Ligne 6)

Douze hommes en colère au Théâtre Hébertot : à voir absolument!

vz-885d7574-ea48-4024-9112-b3b86a0b9750

Douze hommes en colère au théâtre Hébertot jusqu’au 8 janvier 2018

Une pièce de Reginald Rose

Adaptation française Francis Lombrail

Mise en scène Charles Tordjman

Avec Jeoffrey Bourdenet – Antoine Courtray – Philippe Crubezy
Olivier Cruveiller – Adel Djemaï – Christian Drillaud
Claude Guedj – Roch Leibovici – Pierre Alain Leleu
Francis Lombrail – Pascal Ternisien – Bruno Wolkowitch

12-HOMMES-11-1024x681

Le synopsis :

Suite aux témoignages accablants de deux voisins, un jeune homme noir d’origine modeste est accusé d’avoir poignardé son père. Et risque la peine de mort. Sa vie est entre les mains de douze jurés, lesquels se réunissent pour délibérer et voter. Onze le désignent coupable, tandis qu’un seul homme plaide son innocence, perclus de doutes quant aux témoignages et à l’analyse des faits. Comme la décision doit être prise à l’unanimité, ce dernier entreprend de rallier un à un les autres jurés à sa cause.

 

12-HOMMES-1-1024x616

L’adaptation de Francis Lombrail au théâtre Hébertot :  

Ce huis-clos fascinant, écrit par Réginald Rose en 1953, est indiciblement moderne. Il interroge sur la présomption d’innocence, l’influence de notre histoire personnelle sur notre jugement, la promptitude à juger sur les apparences, quitte à condamner à mort un innocent. Adapté par Francis Lombrail et mis en scène par Charles Tordjman, ce chef d’œuvre est revisité de façon extrêmement brillante au théâtre Hébertot jusqu’au 30 décembre.

12-HOMMES-7-1024x680

Mon avis sur la pièce :

Aucun temps mort dans cette pièce interprétée par douze talentueux auteurs. Chacun campe excellemment bien son personnage, convaincu et convaincant. La tension est permanente, les rebondissements incessants. L’intelligence d’un seul homme démontant un à un les chefs d’accusation, ébranlant les certitudes des autres jurés et de la salle, laisse le spectateur médusé. A chaque vote naissent des interrogations sur le verdict :  acquittement ou chaise électrique ? Chacun retient son souffle, évolue dans son jugement sous l’éclairage des nouveaux argumentaires. Jusqu’au verdict final.

Une pièce à voir absolument, adolescents comme adultes, si vous habitez Paris ou passez par la capitale !

Cirkopolis, le nouveau spectacle du Cirque Eloize : E-P-O-U-S-T-O-U-F-L-A-N-T!

Direction artistique et mise en scène : Jeannot Painchaud
Co-mise en scène et chorégraphie : Dave St-Pierre

Depuis 25 ans, le Cirque Eloize, d’origine québécoise, produit des spectacles d’un genre nouveau, qui conjugent les arts du cirque au théâtre, à la danse, à la musique mais aussi à l’art visuel. Il est de passage pour la première fois à Paris avec le spectacle Cirkopolis. Epoustouflant.

161217CIRKOPOLISPHOTO_H441L882_S128C000000T127R0.png

Cirkopolis, un spectacle inspiré du film Métropolis

C’est sur la toute nouvelle scène du 13ème art (intégrée au centre Italie 2), que le Cirque Eloize se produit dans un spectacle mené à un rythme sidérant : Cirkopolis. Inspiré du film culte de Fritz Lang Métropolis, à la fin des années 20, Cirkopolis symbolise la mégalopole futuriste, où les ouvriers, harassés de fatigue, las de travailler comme des robots, décident de se rebeller.

anzh_CirqueEloizeCirkopolisBanquine222jpg--1

Cirque Eloize : dix artistes pluridisciplinaires exceptionnels

Pendant 1h30, dans un décor rétro-futuriste, les dix artistes nous offrent un spectacle de toute beauté, sur fond vidéo et musical, où leurs prouesses rivalisent avec la fantaisie, la grâce et la poésie des scènes. Aucun temps mort dans ce spectacle mené tambour battant, où le spectateur va d’émerveillement en émerveillement, retient son souffle devant la virtuosité des artistes, s’émeut, tremble, applaudit. Acrobatie, jonglerie, mât chinois, roue allemande, les figures s’enchaînent à un rythme fou, dans une explosion de couleurs.

germanwheel_web_c_cirque_eloize-cirkopoli.jpg

Ce spectacle familial est absolument unique en son genre. Ne manquez pas cette troupe exceptionnelle d’acrobates danseurs, qui vous offrira 1h30 d’émerveillement.

Dates :

Du 5 au 29 octobre 2017. Du mardi au samedi à 21h, matinées les samedis et mercredis à 16h ainsi que les dimanches à 15h.

Prix :

à partir de 32€.

Lieu :

Le 13ème art, nouveau théâtre de la place d’Italie, ouvert depuis fin septembre 2017. Entrée par le centre commercial Italie 2. Adresse :  2 avenue d’Italie 75013 Paris 13e. Métro : Place d’Italie.

 

Tout beau, tout chaud, le N°2 du magazine La Fringale Culturelle!

Capture-d’écran-2017-09-20-à-16.12.34.png

Vous l’attendiez et le voilà, concocté par Christophe Mangelle et Quentin Haessig :  le N°2 du magazine digital La Fringale Culturelle! Un magazine qui va très vite devenir incontournable.

Un magazine culturel complet

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur la rentrée culturelle! L’actualité littéraire, avec les interviews  d’auteurs connus comme de primo-romanciers  :  Brigitte Giraud, Dominique Dyens, Jean-Michel Guenassia, Morgan Sportès, Sonia David, Eric-Emmanuel Schmitt, Kenn Follet, Philippe Jaenada mais aussi Miguel Bonnefoy, Jean-Baptiste Andrea, Emmanuelle Favier, pour ne citer que ces exemples. Un riche panorama  des livres et auteurs qui font la rentrée, des interviews passionnantes, des illustrations et une mise en page très soignées. Un bonheur de lecture!

Des livres mais pas seulement! Théâtre, télévision, séries, musique, personnes passionnées du monde culturel sont aussi au menu!

Vous trouverez dans ce numéro les 5 pièces de théâtre de la rentrée à ne pas manquer, une interview de Christophe Beaugrand, de William Mesguich, une sélection télé/série du mois de septembre, toutes les nouveautés culturelles à suivre.

Un menu culturel copieux et…gratuit!

Non seulement ce numéro deux de La Fringale culturelle compte pas moins de 184 pages passionnantes et richement illustrées, mais il est entièrement gratuit! Pour le lire, il vous suffit de cliquer sur ce lien : LFC#2

LFC, le lire, c’est l’adopter!

 

Bernard Werber sur scène au théâtre des feux de la rampe : magistral!

feuxdelarampe

Ce jeudi 15 septembre, l’écrivain Bernard Werber, auteur notamment de la saga des « Fourmis »  (plus de 20 millions d’exemplaires vendus), montait sur scène dans un spectacle intitulé : Histoires extraordinaires-Expériences amusantes.

C’est un exercice inédit auquel s’est livré Bernard Werber sur la scène du théâtre des Feux de la rampe : un spectacle dans lequel il est seul face au public, dans la peau d’un conteur. Mais pas seulement.

Si le métier d’écrivain est merveilleux, il n’en est pas moins solitaire. Seul face à son écran ou à ses feuilles de papier, on ne rencontre pas ses lecteurs. Une frustration que l’auteur a décidé de contourner : et de monter sur les planches pour raconter des histoires extraordinaires et vivre des expériences amusantes au contact du public.

Des histoires extraordinaires qui lui sont en fait réellement arrivées et qui lui servent de prétexte à nous éclairer sur les prises de conscience qu’elles ont opéré en lui et l’influence qu’elles ont eue sur son cheminement. De l’importance de l’esprit sur le corps, de l’accomplissement personnel, de la nécessité de sortir de sa zone de confort et de prendre des risques, du pouvoir des mots sur les maux, des bienfaits du yoga et de la méditation de pleine conscience. Et autres thèmes encore. Des expériences personnelles aux leçons universelles.

Avec beaucoup de charisme, une forte présence scénique, un humour savoureux, il emporte les spectateurs sur des chemins aussi divers que fascinants. Et d’ajouter à ces contes des expériences humaines amusantes : hypnose de la salle, projection mentale, exaltation des sens (ouie, toucher, vision). La qualité du silence observé dans la salle comble, lors de ces exercices, témoignait de la symbiose entre le public et l’auteur. Un moment de partage très intense.

Cette représentation parisienne est le prélude à une tournée. Aussi je ne peux que vous inciter à ne pas manquer la prochaine date de passage de l’auteur sur une scène de votre ville. Un spectacle inédit, fascinant, édifiant. En un mot : une réussite !

image39