Citation du jour

 « Dans certains livres, trop de pages. Dans les pages, trop de mots. Quelquefois des mots inutiles. Des mots compliqués pour faire intelligent. Quand on ne trouve pas le mot juste, on met plusieurs mots approximatifs. Avec sa plus belle plume, l’écrivain ajoute des adjectifs qualificatifs pour remplir les vides et pour décorer. Ce n’est plus une page de livre, mais une vitrine de Noël. »

Jean-Louis Fournier dans Trop ( La Différence 2014)

CVT_Trop_849

Trop, de Jean-Louis Fournier (éditions de La Différence): « trop » délicieux!

CVT_Trop_849

Trop, de Jean-Louis Fournier

Éditions de La Différence, juin 2014

 

Trop de livres à lire, trop d’articles à rédiger, trop d’interviews à réaliser, trop de passions, trop de sollicitations, trop peu de disponibilité, trop d’envies à assouvir. Il s’en fallut de peu que dans ce tourbillon de « trop« , je passe à côté de ce livre. Mais malgré ce trop peu de temps, recevoir le nouveau livre de l’exquis Jean-Louis Fournier était trop tentant. Aussi, malgré le trop plein de romans de la rentrée littéraire en attente d’un article, je n’avais pas trop envie d’attendre de découvrir Trop. Je l’ai alors ouvert et lu…au trot.

Trop d’informations, trop d’écrivains, trop de livres, trop de choix, trop vite, trop de monde, trop d’écrans, trop d’embouteillages, trop de tout, tout le temps et partout. « Trop c’est trop ! », s’exclame à fort juste titre l’auteur. Là où la pluralité et la croissance exponentielle de l’offre (dans tous les domaines) pourraient laisser supposer une meilleure adéquation à nos attentes, force est de constater le contraire. Trop de choix tue le choix, nous plonge dans l’embarras. La quantité nuit à la qualité. Que choisir parmi les 70 000 périodiques, les 2 500 magazines, les 13 500 stations de radio, les 12 mètres linéaires de yaourts et autres produits de consommation dont on nous bombarde les mérites toujours plus grands? Comment ne pas être noyés sous les sollicitations multiples, l’abondance de publicités, les innovations incessantes? Jean-Louis Fournier a une solution imparable : la meilleure façon de ne pas se tromper quand on achète est de ne rien acheter!

Avec l’incomparable et délicieux humour qui le caractérise, Jean-Louis Fournier aborde un sujet grave, celui de notre société malade de sa surabondance. Trop, n’est pas un livre de trop. Car quand il s’agit de la plume délicieuse de Jean-Louis Fournier, de ses raisonnements toujours si pertinents, on n’en a jamais assez. On en réclame encore, on en réclame toujours, car la dernière page venue, on en a trop peu eu.

Un délice de lecture à découvrir sans trop attendre!

P.91 : « Dans certains livres, trop de pages. Dans les pages, trop de mots. Quelquefois des mots inutiles. Des mots compliqués pour faire intelligent. Quand on ne trouve pas le mot juste, on met plusieurs mots approximatifs. Avec sa plus belle plume, l’écrivain ajoute des adjectifs qualificatifs pour remplir les vides et pour décorer. Ce n’est plus une page de livre, mais une vitrine de Noël. »