Citation du jour

LE CREDO DE L’OPTIMISME.

« Je suis optimiste parce que je trouve le monde féroce, injuste, indifférent.

Je suis optimiste parce que j’estime la vie trop courte, limitée, douloureuse.

Je suis optimiste parce que j’ai accompli le deuil de la connaissance et que je sais désormais que je ne saurai jamais.

Je suis optimiste parce que je remarque que tout équilibre est fragile, provisoire.

Je suis optimiste parce que je ne crois pas au progrès, plus exactement, je ne crois pas qu’il y ait un progrès automatique, nécessaire, inéluctable,un progrès sans moi, sans nous, sans notre

volonté et notre sueur.

Je suis optimiste parce que je crains que le pire n’arrive et que je ferai tout pour l’éviter.

Je suis optimiste parce que c’est la seule proposition intelligente que l’absurde m’inspire.

Je suis optimiste parce que c’est l’unique action cohérente que le désespoir me souffle.

Oui, je suis optimiste parce que c’est un pari avantageux : si le destin me prouve que j’ai eu raison d’avoir confiance, j’aurai gagné ; et si le destin révèle mon erreur, je n’aurai rien perdu mais j’aurai eu une meilleure vie, plus utile, plus généreuse. »

Eric Emmanuel Schmidt

Citation du jour

D’un point de vue philosophique, la colère est finalement une émotion très saine. Parce qu’elle est une puissance de défense et d’affirmation de soi. Elle ne s’oppose pas à la joie mais à l’indifférence, à la honte et à la tristesse, vectrices de soumission. C’est bien loin d’être une passion triste, comme le ressentiment et l’envie, car la colère porte des revendications, l’idéal d’un devoir être face à un réel insatisfaisant. La colère n’est pas l’indignation, l’irritation ou la haine. C’est une forme d’ouverture au monde. Dans la colère, on crie aux autres, aux choses, qu’on n’a pas encore rendu les armes, qu’on est en éveil. La philosophie n’est donc résolument pas une ode à l’anesthésie. Elle est une ode aux vivants. A la fureur de vivre.

Marie Robert – Une année de philosophie – 2ditions Flammarion/Versilio

Une année de philosophie Marie Robert

Citation du jour

Qu’est-ce qui fait la particularité du cerveau humain? D’après ce que j’ai pu observer il s’agit sans doute d’une capacité inouïe à résoudre des problèmes simples en leur appliquant des solutions alambiquées, à dépenser de l’énergie pour des résultats aléatoires, à trouver amusantes des choses absurdes, et importantes des choses accessoires, à ne jamais vraiment dire ce que l’on pense et à toujours cacher ce que l’on ressent.

Christopher Bouix-Alfie ( Au diable Vauvert)

Alfie Christopher Bouix

Citation du jour

Longtemps, j’ai considéré que la différence fondamentale entre les machines et les hommes résidait dans le fait que les premières ont été conçues pour agir dans telle optique et dans le cadre d’une gamme de possibilités prédéfinies. En réalité, il en va de même pour les humains. Tout est pareillement prédéterminé dans leur vie : les gens qu’ils côtoieront, la façon qu’ils auront d’évoluer dans le monde, ce qu’ils pourront ou ne pourront pas faire à l’intérieur des cadres restrictifs que constituent, comme des cercles concentriques, leur corps, leur appartenance sociale, leur milieu professionnel, leur âge. Non. La vraie différence entre machines et humains n’est pas une différence de liberté. C’est un différence de potentialité. Et sur ce point précis il n’y a pas de débat : les machines ont gagné.

Alfie – Christopher Bouix (Diable Vauvert)

Alfie Christopher Bouix