Citation du jour

Les épreuves qui te secouent signifient que tu es vivant. Un arbre vivant accepte de se faire malmener par le vent, pour éviter que ses branches ne se rompent. Puis un beau jour, ses branches finissent par se couvrir de fleurs…

Kim Dong-Hwa

téléchargementmagnolia-fleur.jpg

Publicités

Glissez Catherine Locandro dans votre poche!

26731294_10211594643965362_1202073580883315867_n.jpg

Pour que rien ne s’efface, Catherine Locandro

Editions Pocket, janvier 2018

Un requiem élégant, à la beauté cruelle, qui fixe magnifiquement le portrait d’une icône déchue du cinéma. Coup de cœur !

Si juger est quelquefois un plaisir, comprendre en est toujours un. Ces propos d’Henri de Régnier pourraient servir de morale à cette bouleversante histoire…

Lila Beaulieu, star déchue du cinéma, est retrouvée morte dans un studio miteux, âgée de 65 ans seulement. Deux mois se sont écoulés entre son décès et la découverte du corps. Comment cette femme, adulée autrefois, connue et reconnue, a t-elle pu finir dans l’indifférence, le dénuement et la solitude les plus absolus ? Pour tenter de répondre à cette question, Catherine Locandro rembobine le film de sa vie et donne la parole à celles et ceux qui l’ont connue. Ou plus précisément, à ceux qui l’ont côtoyée en croyant la connaître.

Car qui la connaissait vraiment ? Si tous ont le sentiment de tout savoir d’elle ou presque, aucun, hormis le lecteur, ne connait toutes ses facettes. Est-elle cette mauvaise mère alcoolique que décrit sa fille ? Sa petite-fille et son ex-mari apportent des couleurs bien plus lumineuses à son portrait. Au fil des témoignages, se dessinent les contours, les pleins et les creux de cette défunte femme, ses failles et leurs origines. Ses richesses humaines aussi. Celle que d’aucuns fustigent a pourtant fait du mieux qu’elle a pu avec ce qu’elle a (et n’a pas) reçu dans son enfance, dans ses fréquentations malheureuses avec la gent masculine, dans ce milieu de requins qu’est le cinéma. Lila Beaulieu n’est ni ange ni démon. Mais un être humain, tout simplement.

Dans ce roman choral remarquablement orchestré, Catherine Locandro nous présente une femme indiciblement attachante. Sa plume délicate inscrit sur la portée de ce requiem des notes sensibles et justes, dont la mélodie vous hante longtemps, le livre refermé.

 

L’île des absents, Caroline Eriksson (Presses de la Cité) : un premier thriller suédois

L’île des absents, Caroline Eriksson

Editions des Presses de la cité, juin 2018

Un premier roman suédois, sur des disparitions inquiétantes au milieu d’un lac à l’eau noire et stagnante, surnommé Cauchemar. De quoi faire frissonner ? Pour ma part, j’ai eu du mal à accoster sur l’île de Caroline Eriksson…

Greta, Alex et leur fille Smilla sont en vacances et décident à cette occasion d’aller faire un tour en hors-bord sur un ilot situé au cœur d’un lac aux eaux sombres et maudites depuis la nuit des temps, surnommé le Cauchemar. Mais arrivés à proximité de l’îlot, Greta préfère rester sur le bateau. Alex et Smilla vont explorer l’île comme deux vrais pirates.

Or les heures passent et Greta ne les voit toujours pas revenir. Aucun bruit, aucun appel, elle décide d’aller à leur rencontre sur l’île. En vain, aucune trace de leur passage. Elle décide alors de rentrer au cottage. Qui sait, ils lui ont peut-être joué un tour et l’attendent bien tranquillement, jubilant de leur farce, à la maison ? Mais quand elle arrive au cottage, seul Tirith, le petit animal de Smilla, l’attend.

Jusqu’ici, je nageais en eaux à peu près claires avec ce roman… Puis l’auteur a prolongé l’intrigue en multipliant les rebondissements tordus, les invraisemblances, les longueurs, de sorte que je ne suis pas parvenue à trouver une réelle crédibilité à cette histoire. Comment expliquer que Greta aille bien tranquillement se coucher, prenne ses repas tout aussi tranquillement, si son conjoint, qui se révèlera être son amant, et la petite Smilla, ont disparu ? Comment expliquer qu’elle fasse des bonds de kangourou au moindre bruit, panique quand elle voit son ombre, mais attend plusieurs jours avant d’alerter la police sur leur disparition ? Certes, Greta souffre de déséquilibres psychologiques issus de son enfance traumatique et a des réactions pour le moins bizarres, mais quand même…Cela ne m’a pas paru bien cohérent.

Deux nouveaux livres de T’Choupi, l’ami des petits!

859C123C-1182-4E70-9128-F72DF7973CF3

T’Choupi champion de foot! et T’Choupi fait du camping, Thierry Courtin

Editions Nathan, juin 2018

Pour les enfants à partir de deux ans

Le petit héros de Thierry Courtin nous revient avec deux nouvelles aventures à lire et à écouter grâce à l’application Nathan live.

Les petits livres colorés sur papier glacé, feront la joie des enfants. T’Choupi cette fois part en vacances à la montagne avec ses parents. Mieux, il va faire une randonnée et camper en pleine nature. L’occasion de croiser un hibou, des biquettes, des papillons, des fleurs sauvages et de faire la cueillette de mûres. Nul doute, T’Choupi a l’âme d’un aventurier.

Mais T’Choupi est aussi sportif! Avec ses chaussures à crampons il est le roi du ballon. Échauffement, entrainement aux passes et aux tirs au but, esprit d’équipe, T’Choupi apprend avec bonheur. Et marque un but pour son équipe!

Avec ces petites histoires, l’enfant s’identifiera facilement à son héros, à ses peurs, à ses joies et parviendra à mieux identifier et dépasser ses propres émotions. Situation nouvelle à affronter avec le camping, règles à observer et esprit d’équipe à développer avec T’Choupi champion de foot , deux aventures à insérer dans le rituel de lecture du soir!