Rentrée littéraire : La mise à nu, Jean-Philippe Blondel

24899912_1833547590006483_4066547501113718836_n

La mise à nu, Jean-Philippe Blondel

Editions Buchet Chatel, janvier 2018

Rentrée littéraire

Jean-Philippe Blondel évoque avec finesse ce que l’on laisse derrière soi, ce moment délicat où l’on commence à dresser le bilan de son existence. Émouvant.

Louis Claret, 58 ans, est professeur d’anglais. Divorcé, ses deux filles parties suivre leur propre chemin, il s’accommode de sa vie sans trop s’interroger, se contente de rester dans sa zone de confort. Jusqu’à ce jour où Alexandre Laudin, un élève qu’il a eu dans sa classe 20 ans plus tôt, l’invite à un vernissage. Cet élève discret est en effet devenu un peintre connu et reconnu, dont les médias louent la fulgurante ascension. Louis, qui n’a rien de prévu ce soir-là, accepte l’invitation, histoire de tuer le temps bien davantage que par intérêt pour l’artiste et ses œuvres.

Il n’imagine alors pas à quel point ces retrouvailles vont bouleverser sa vie.

Car Alexandre, depuis ces retrouvailles, vit avec l’obsession de revoir Louis. Il a une faveur à lui demander : réaliser son portrait sous la forme d’un triptyque, avec un effeuillage progressif du corps dans sa pose. Mais le corps ne sera pas le seul à être effeuillé. Au fil des séances et des longs moments d’immobilité et de silence qui les accompagnent, Louis se repasse en pensées les moments forts de sa vie, heureux ou malheureux, plonge au cœur de lui-même. L’occasion de faire le bilan d’une vie qu’il suit plus qu’il ne l’initie. L’occasion de même pour l’artiste de lui avouer ses vraies motivations, ses failles, ce qu’il n’a jamais osé avouer jusqu’alors. Une double mise à nu.

Dans ce roman très intimiste, Jean-Philippe Blondel nous peint avec douceur, aux couleurs de l’émotion et avec sa plume comme pinceau, le portrait de deux êtres qui font le point sur leur existence. Touche par touche, comme sur une toile de Seurat, il met leur âme à nu. Connaît-on vraiment les autres ? Se connaît-on seulement soi-même ?

 

 

 

Publicités

Rentrée littéraire 2018 : Ne préfère pas le sang à l’eau, Céline Lapertot

8781B555-6426-4CD0-A7DE-D28134327886

Ne préfère pas le sang à l’eau, Céline Lapertot

Editions Viviane Hamy, janvier 2018

Rentrée littéraire

Un roman coup de poing, un cri d’alarme sur l’avenir du monde si l’homme continue à être ce loup pour l’homme.

Pour son troisième roman, Céline Lapertot nous projette dans un futur pas si éloigné de nous, au cœur d’un pays imaginaire, Cartimandua. L’eau est venue à manquer dramatiquement. Dans cette contrée, la population est privilégiée car protégée par l’existence d’une gigantesque citerne, merveille technologique d’acier et de béton, censée assurer les besoins en eau de chacun. Ce qui n’est hélas pas le cas dans les pays adjacents, notamment chez les nez-verts. D’où des déplacements massifs de populations, en quête du Graal. En quête d’un moyen de survie tout simplement.

Mais l’abondance d’eau à Cartimandua ne rend pas les êtres partageurs, ni soucieux des besoins des nez-verts. Au contraire, ces derniers sont perçus comme une menace. Garder l’eau coûte que coûte. Goutte par goutte. Les tensions montent, les camps se dessinent. La dictature émerge. Jusqu’au jour où la citerne explose… La guerre est déclarée. La résistance s’organise.

« Je n’ai bu l’eau de personne. J’ai juste bu celle dont mon corps avait besoin. Mais les gens ne veulent pas partager. (…) C’est chacun pour soi, dans la vie… Chacun pour sa gueule, comme j’entendais les adultes le dire. »

Chacun se bat avec ses armes. Certains utilisent la force physique, les kalachnikovs. D’autres, comme le mystérieux T, utilisent les mots, pour résister à la dictature, pour crier à l’injustice. « Les mots sont aussi puissants qu’un homme qui fait dérailler un train, aussi puissants qu’un groupe qui place une bombe dans l’appartement d’un dignitaire. »

Dans ce roman d’anticipation, Céline Lapertot part de problématiques actuelles (l’immigration, la montée des extrémismes, la fragilité de nos démocraties) et nous alerte sur ce que pourrait devenir le monde si l’homme continue sur la voie de l’égoïsme, de la soumission, de la haine. A l’image d’un de ses personnages, le fameux T, elle se sert de l’écriture comme d’une arme. Tranchante. Puissante. Et de partir en guerre contre l’intolérance, l’injustice, la perte des libertés, le racisme. Une vision pessimiste de l’homme ? Pas forcément. Un désir d’alerter les consciences, plutôt. En espérant qu’alors, l’homme saura se montrer capable du meilleur, et substituer l’eau au sang…

 

L’attrape-souci, Catherine Faye : énorme coup de coeur!

25398800_1839447909416451_5904436564674702557_n.jpg

L’attrape-souci, Catherine Faye

Editions Mazarine, janvier 2018

Rentrée littéraire

Un roman bouleversant, sur un jeune garçon en quête de mère, en plein Buenos Aires. Un livre dont les personnages vous hanteront longtemps. Enorme coup de cœur !

Lucien, petit parisien de 11 ans, est en voyage avec sa mère à Buenos Aires. Vacances ou nouveau départ, il n’a pas eu davantage d’explication de cette dernière. A leur arrivée, il l’accompagne dans une librairie et la laisse choisir son livre tandis qu’il s’absorbe dans la contemplation d’un attrape-souci – une petite poupée que l’on glisse sous son oreiller et qui vous déleste de vos problèmes pendant la nuit. Lorsqu’il se retourne, sa mère a disparu. Les soucis le rattrapent alors…

Après l’avoir attendue en vain, il décide partir à sa recherche dans cette ville immense qui lui est totalement étrangère. Et rapidement d’adopter l’identité de Lucio, par crainte d’être identifié par les autorités et ramené de force en France, où cet oncle qu’il déteste se chargera de son éducation. Au fil de ses déambulations dans les bidonvilles comme dans les beaux quartiers, il se lie à un cartonnier, aux enfants des rues, à des prostituées, apprend auprès de chacun, se construit, puise en chaque être et en chaque circonstance de quoi suffire à son bonheur. Ou presque. Puisque celui-ci ne sera complet que le jour où il aura retrouvé sa mère. Survient alors une rencontre, ô combien déterminante, en la personne d’Arrigo, un jardinier au grand cœur…

Retrouvera-t-il sa mère ou l’a-t-il au final perdue bien avant cet incident à la librairie ? A la perte de sa mère s’ajoutera-t-elle une autre perte, celle de ses illusions ? Qui est cette femme pour avoir pu ainsi « oublier » son fils ?

Avec une sensibilité à fleur de plume, une tension permanente, une extraordinaire justesse, Catherine Faye nous entraîne sur les pas d’un petit garçon indiciblement courageux et déterminé, au cœur d’une Argentine haute en parfums et en couleurs. Un être que l’on a irrésistiblement envie de prendre dans ses bras, d’aimer, de rassurer. Et que l’on n’oubliera pas de sitôt.

Un énorme coup de cœur de cette rentrée littéraire !

Rentrée littéraire : Tombée des nues, Violaine Bérot. Puissant.

20E422C1-776D-4F02-AA27-FDA1F94B9771

Tombée des nues, Violaine Bérot

Editions Buchet-Chastel, janvier 2018

Rentrée littéraire 2018

 Une écriture menée cœur battant, comme une urgence. Violaine Bérot nous revient avec force et talent dans Tombée des nues, où elle aborde le sujet du déni de grossesse et de l’instinct maternel. Un roman coup de poing et coup de cœur !

Marion, Baptiste et leur chienne Sucette vivent une vie simple à la sortie d’un village reculé. Le jeune couple élève des chèvres et travaille beaucoup. Une vie de labeur qui se trouve bouleversée le jour où Marion est prise de violentes douleurs. Elle est en train d’accoucher. Or personne, ni elle ni même son mari, n’a soupçonné ces neufs derniers mois qu’elle était enceinte. Pas de ventre rond, aucun signe apparent de la vie qui grandissait en elle. En état de sidération, Marion reste mutique devant la petite fille qu’elle vient de mettre au monde. Culturellement, la naissance d’un enfant est source de bonheur, or pour les femmes victimes d’un déni de grossesse, « ce qui leur arrive est trop inconcevable pour qu’elles puissent l’accepter, quelques heures avant elles n’étaient pas enceinte et voilà qu’un bébé sort de leur corps, c’est à rendre fou n’importe qui, ça dépasse l’entendement. »

Quelle souffrance psychologique peut ainsi conduire une femme à laisser grandir dans son ventre un bébé sans l’autoriser à exister ? De quoi se protège Marion pour refuser de s’écouter à ce point ? Parviendra-t-elle à tisser des liens avec ce petit être malgré tout ?

J’avais adoré le précédent roman de Violaine Bérot, Nue sous la lune. On retrouve ici tout le talent de l’auteur. Ce roman, comme le précédent, véhicule une force émotionnelle hors du commun. L’écriture est rapide, précise, incisive. La tension permanente. Comme un cœur qui s’affole et cogne dans chaque mot. Et d’entraîner le lecteur dans une course, celle de l’urgence d’aider cette femme et cet enfant, tous deux perdus.

 

Rentrée littéraire : Delphine de Vigan, Les loyautés. Coup de coeur!

26165711_1855399824487926_68676572101029876_n

Les loyautés, Delphine de Vigan

Editions JC Lattès, janvier 2018

Rentrée littéraire

Un roman d’une justesse époustouflante, sur ces lois de l’enfance qui sommeillent en nous, ces promesses qui guident nos actes et nos pensées et nous conduisent à garder le silence. Un coup de cœur de cette rentrée littéraire !

Dès le début de la rentrée scolaire, Hélène, institutrice, est alertée par le comportement de Théo. Son regard fuyant, son désir de transparence lui parlent. Et de se revoir en lui, jeune fille, tandis qu’elle était violentée par son père. Même si Théo ne se plaint pas, même si aucune marque extérieure n’évoque une maltraitance physique, Hélène en est convaincue : Théo est en souffrance. Alors qu’elle pensait son passé dépassé, il lui rejaillit en pleine face. A moins qu’elle ne se fasse des idées, voyant des signes de maltraitance partout, hantée par sa propre expérience ? « Je sais que les enfants protègent leurs parents et quel pacte de silence les conduit parfois jusqu’à la mort ». Hélène veut agir, réagir, comme elle l’aurait aimé qu’on le fît pour elle. Comme une promesse qu’elle a faite à son enfant intérieur.

De son côté, Théo, enfant écartelé entre ses parents divorcés, se tait, pris par un pacte tacite de non trahison entre ses deux parents. Il s’arrange pour dissimuler les signes de son mal-être et noie ses problèmes dans l’alcool. Une addiction dans laquelle il entraine son meilleur ami Mathis. Si la mère de Mathis, Cécile, remarque bien que son fils touche à l’alcool, elle est trop préoccupée par la face cachée de son mari, qu’elle a récemment découverte, pour réellement s’interroger et venir en aide à son fils. Ces quatre personnes parviendront-elles à s’entraider ?

Dans ce roman à 4 voix, Delphine de Vigan traite de thèmes très contemporains : le pacte de silence des enfants divorcés à l’égard de leurs parents, le rôle des enseignants dans la détection de la maltraitance, les addictions chez les jeunes. Avec beaucoup de finesse, de justesse dans l’analyse psychologique des personnages, elle évoque cette violence silencieuse, celle qui n’est pas perceptible au premier regard, celle dont on a parfois honte, mais dont les dégâts sont immenses. Un roman bouleversant qu’il est impossible de reposer avant de l’avoir terminé.

Rentrée littéraire 2018 : Jours brûlants à Key West, Brigitte Kernel

24775197_1827814260579816_2936073089001957365_n

Jours brûlants à Key West, Brigitte Kernel

Editions Flammarion, janvier 2018

Rentrée littéraire 2018

Quand Françoise Sagan croise Tennesse Williams, Carson Mc Cullers et Frank Merlo, une nouvelle histoire s’écrit, pas sur du papier mais dans leur vie…

En mars 1954, une jeune inconnue répondant au nom de plume de Françoise Sagan, connait un succès fulgurant avec Bonjour Tristesse. Elle n’a que 19 ans. Très vite, ce roman connaît un retentissement mondial au parfum de soufre. Une jeune fille qui s’immisce dans les relations amoureuses tumultueuses de son père, voilà qui choque les esprits puritains.

Alors qu’elle en assure la promotion aux Etats-Unis en 1955, Françoise Sagan est exténuée. Le rythme des interviews, les séances photo, les apparitions publiques et diners mondains l’épuisent autant qu’ils l’ennuient. Enfermée dans sa chambre d’hôtel à New-York, elle déprime.

Tennesse Williams, qui corrige La chatte sur un toit brûlant, entouré de son amant Franck Merlo et d’une autre romancière, Carson McCullers, est dans sa propriété de Key West quand la presse américaine s’embrasse au sujet de la jeune Sagan. Cette jeune femme capable d’impertinence, qui bouscule les conventions, déclare dans une interview être une grande admiratrice de Carlson McCullers et de Tennesse Williams. Il n’en faut pas plus à ce dernier pour avoir envie de l’inviter chez lui.

Dans un premier temps, l’arrivée de Françoise Sagan apporte un souffle nouveau dans le trio, grâce à sa fraicheur, son humour, sa verve, sa gaieté. Mais au fil des jours, la jeune fille va entrainer une certaine confusion des sentiments dans le groupe, jouer le rôle de révélateur pour chacun…

Brigitte Kernel se glisse dans la peau de Franck Merlo pour nous raconter ce séjour de Sagan à Kay West. Avec beaucoup de finesse, elle dissèque l’âme humaine, déshabille les cœurs pour mieux observer les sentiments, rivalités et combats qui les animent.

 

Rentrée littéraire 2018 : Le chat qui a tout vu, Sam Gasson

img_9733

Le chat qui a tout vu, Sam Gasson

Editions de L’Archipel, à paraître le 3 janvier 2018

Une chatte détective et son jeune maître, aussi opiniâtre que déterminé à faire éclater la vérité.

Tel père, tel fils. Depuis toujours, Bruno, aujourd’hui âgé de 11 ans, se passionne pour le métier de son père : détective. Et de s’amuser à enquêter sur tout et rien, accompagné de sa chatte Mildred qu’il a équipée d’une caméra miniature sur le collier. Quand une nuit, la maman de son meilleur copain, Dean, est retrouvée morte, Bruno tient là sa première vraie enquête de terrain. Tous les soupçons se portent sur le père de Dean, dont les disputes avec sa femme sont notoires dans le quartier. Bruno n’y croit pas un seul instant, convaincu qu’il faut se méfier des apparences et promet à Dean de l’aider à innocenter son père. Seulement voilà, quand il entreprend de chercher l’assassin, il constate que Mildred, qui était sur les lieux à l’heure du crime, a disparu. Et donc la vidéo témoin du meurtre, qu’elle portait au collier, aussi…

L’idée de départ est tendre et originale. Un jeune garçon intrépide, fan de films policiers dont il connaît toutes les tactiques et modes opératoires, décide du haut de ses 11 ans, d’aider la police dans une affaire de meurtre. Seulement voilà, je ne suis pas parvenue à entrer en empathie avec les personnages, que je trouve trop caricaturaux pour être crédibles. J’ai donc peiné avec ce roman, qui de surcroît n’est pas sans quelques longueurs à mon sens… Ce livre et moi n’étions pas « félins » pour l’autre visiblement !