La semaine prochaine sur le blog!

Demandez le programme! La semaine prochaine, comme chaque semaine, je vous parlerai de mes lectures en littérature adulte comme jeunesse.

Au programme en littérature adulte

  • La méthode Molotov, les 2 Freds, éditions Michel Lafon : N’avez-vous jamais eu envie de tout plaquer ? N’avez-vous jamais étouffé sous le sentiment de toujours faire passer le désir et le bien-être des autres avant le vôtre ? Un roman inspirant et des personnages viscéralement humains.
  • La joie et le reste, Baptiste Beaulieu, éditions de L’Iconoclaste : Il y a la joie de découvrir un nouveau livre de Baptiste Beaulieu et le reste. Une parenthèse enchantée à ouvrir en soulevant la couverture. Un moment de douceur à s’offrir et à offrir.

Au programme en littérature jeunesse

Il ne faut pas oublier vos chères têtes blondes, particulièrement pendant les vacances scolaires! Alors, pour les extraire des écrans et tentations multiples des jeux vidéos et autres séries, je vous propose de les emmener faire un voyage autour du monde. Rien de moins que cela! Embarquez avec Amélie Laffaiteur et les éditions Larousse jeunesse pour Une promenade autour du monde.Un superbe ouvrage pour les enfants de 6 ans et plus.

Agnès Ledig : La toute petite reine

la toute petite reine Agnès Ledig

Un roman d’une grande humanité, sur deux êtres blessés en pleine reconstruction. Peut-on dépasser ses peurs, ses blessures et dépasser son passé ? Un roman lumineux.

Rencontre fortuite

Nous sommes en gare de Strasbourg et Adrien, maître-chien, a été appelé avec son berger allemand Bloom, à la suite de la découverte d’un bagage suspect. Quand soudain, une jeune femme au nom de fleur, Capucine, surgit en criant qu’il s’agit de sa valise. Simonet, le chef de la sureté ferroviaire, prend alors un malin plaisir à s’acharner sur la pauvre femme, à l’humilier pour son oubli, là où il aurait été si simple de classer l’affaire. Témoin ahuri de la scène, Adrien ressent alors un besoin irrépressible de la protéger, de la consoler, ce que sa timidité lui interdit. Mais ce que Bloom, lui, fait sans se poser de question, posant sa truffe sur les genoux de la femme en pleurs.

Dès lors, Adrien n’a qu’une obsession : revoir la jeune femme, cette femme dont émane un mélange si touchant de force et de fragilité à la fois. Il ne la connait pas, a beau vouloir se raisonner en se disant qu’il est ridicule de s’attacher à une inconnue, rien n’y fait : en une fraction de seconde, il a vu défiler un avenir possible pour elle et lui.

Et le destin, parfois un peu aidé dans l’ombre, semble vouloir œuvrer pour lui. Sujet à un stress post-traumatique après avoir failli perdre la vie dans un combat au Mali, il suit une psychothérapie depuis plusieurs années. Et c’est dans le cabinet de ce dernier, qu’il recroise la jeune femme. Alors, s’est-il fait un film à leur sujet ? Ou son rêve va-t-il trouver un ancrage dans la réalité ? Deux êtres blessés peuvent-ils, par leur amour, être le ciment de la reconstruction de l’Autre ? Que tente de surmonter Capucine chez ce psy ?

Se reconstruire

J’adore la plume d’Agnès Ledig, la profonde humanité qui se dégage de sa plume, la finesse de l’analyse psychologique de ses personnages. Il était donc hors de question pour moi de manquer sa nouvelle publication aux éditions Flammarion : La toute petite reine.

Comme dans chacun de ses écrits, la romancière parvient, en quelques lignes seulement, à créer une intimité extraordinaire entre ses personnages et le lecteur, à rendre ce dernier soucieux du devenir des êtres d’encre et de papier de l’histoire. A nous prendre par le cœur. Et à nous faire nous poser les bonnes questions.

Dans ce roman, Agnès Ledig s’attache à la reconstruction des êtres. Reconstruction à la suite d’un drame familial, de traumatismes de guerre, d’une enfance douloureuse, rares sont les vies lisses et apaisées de bout en bout. C’est même le propre de la vie d’être une alternance d’épreuves et de joies. Et de nous interroger : peut-on dépasser son passé ou est-on condamné à le reproduire ou à en rester prisonnier, marionnette de nos peurs ? Le bonheur est-il à la portée de tous, si on va le chercher au lieu de l’attendre ? Un roman porteur d’espoir, très juste dans l’analyse, lumineux.

Un roman qui fait du bien comme un bon feu de cheminée au cœur de l’hiver.

Autres chroniques des livres d’Agnès Ledig

Retrouvez en cliquant sur le titre, les autres chroniques que j’ai rédigées sur les précédents livres d’Agnès Ledig. Mea culpa si j’en ai oublié une ou deux.

Informations pratiques

Agnès Ledig : La toute petite reine – éditions Flammarion, octobre 2021 – 357 pages – 21,90€

L’épouse et la veuve, Christian White

l'épouse et la veuve

Deux femmes que tout semble opposer, liées par des crimes et des secrets enfouis. Un huis-clos haletant.

Mensonges et disparition

Abby, son mari Ray et leurs enfants vivent à l’année sur l’île de Belport, au large de l’Australie. Passionnée de taxidermie, Abby se fait la main sur les animaux morts que lui ramène son mari lors de ses activités de jardinage et d’entretien dans les propriétés avoisinantes. Elle a installé à cette fin un atelier dans son garage. Ces derniers temps, tandis qu’elle manie le scalpel, elle ne peut que s’interroger sur le comportement étrange de Ray. Pourquoi a-t-il tenté de se débarrasser de vêtements tachés de sang ? Pourquoi s’est-il caché pour pleurer dans la salle de bain ? Pourquoi lui ment-il sur les clients chez lesquels il s’est soi-disant rendu ?

Kate, elle, vit avec son époux John et leur petite Mia à Melbourne.  Ils viennent régulièrement en vacances sur l’île de Belport, dans la maison familiale dont a hérité John. Cette fois, Kate y remet les pieds pour tenter de retrouver la trace de son mari. Ce dernier a en effet soudainement disparu. Enlèvement ? Accident ? Départ volontaire ? Meurtre ? Quand elle a découvert qu’il avait quitté son poste de médecin en soins palliatifs quelque temps plus tôt, sans se confier à elle, elle se demande ce qu’il peut encore bien lui avoir caché.

Deux femmes, une même île et des rebondissements à foison

Un page-turner magistralement mené

Soyez prévenus : quand vous commencerez L’épouse et la veuve, de Christian White, attendez-vous à ne pas pouvoir le reposer avant d’avoir éclairci le mystère. Car l’auteur a le don de ménager le suspens de chapitre en chapitre, alternant les points de vue de Kate et d’Abby, multipliant les pistes pour mieux égarer le lecteur, semant les indices et les rebondissements pour maintenir la tension narrative à son comble. Bien malin celui ou celle qui découvrira avant la toute fin la clé de l’énigme.

Je me suis laissée complètement embarquer par l’intrigue et cueillir par la chute. J’ai beaucoup aimé la fluidité du style, l’extrême maitrise de la construction, mais aussi les thèmes évoqués : Jusqu’où est-on prêt à aller par amour pour ses enfants ? Mensonge, dissimulation, sacrifice, voire meurtre, jusqu’où iriez-vous pour protéger les vôtres ?

Un livre fascinant impossible à lâcher !

Informations pratiques

L’épouse et la veuve, Christian White – éditions Albin Michel, septembre 2021- 21,90€ – 330 pages

Livre enfant : Les animaux disparus

Les animaux disparus

Un livre fascinant, avec de superbes illustrations et des planches d’images à découper, sur les animaux disparus à travers les siècles.

Les disparitions animalières de l’époque des dinosaures à nos jours

La terre est une vieille dame. Pensez donc, elle est âgée de 4,5 millions d’années! Elle a donc vu passer et disparaitre de nombreuses espèces d’animaux. Variations climatiques (glaciation, réchauffement ou refroidissement climatique), activité volcanique intense, collision entre la terre et une énorme météorite, ces bouleversements ont eu un impact conséquent sur la survie des espèces.

On a ainsi observé plusieurs vagues d’extinction, qui ont signé la fin des dinosaures et autres mammouths ou rhinocéros laineux. Et d’après les observateurs, nous pourrions bien être en marche vers la sixième vague d’extinction, en raison de l’activité humaine (surpêche, pollution, émission de gaz à effet de serre) et du réchauffement climatique. Heureusement, cette prise de conscience a conduit à prendre des mesures de protection comme la création de parcs animaliers destinés à abrier des espèces protégées.

Un livre complet et magnifiquement illustré

C’est vraiment un ouvrage d’une grande qualité que nos proposent les éditions Fleurus avec Les animaux disparus, dans la collection La grande imagerie. Non seulement le livre est complet, recense les disparitions des animaux terrestres, des airs comme aquatiques, mais les explications sont claires et concises. Elles opèrent une prise de conscience sur la nécessité de prendre soin des animaux et de préserver la biodiversité.

Un grand bravo au talentueux Benjamin Carré pour ses illustrations d’un réalisme si saisissant, qu’on croirait avoir affaire à des photographies animalières. Un enchantement.

Informations pratiques

Les animaux disparus – Virginie Jobé-Truffer (texte) et Benjamin Carré (illustrations) – collection La grande imagerie – éditions Fleurus

Citation du jour

« Le voilà lâché, le mot clé: la solitude. Ce petit lièvre mécanique qu’on lâche sur les cynodromes et derrière lequel se précipitent les grands lévriers de nos passions, de nos amitiés, essoufflés et avides, ce petit lièvre qu’ils ne rattrapent jamais mais qu’ils croient toujours accessible, à force. Jusqu’à ce qu’on leur rabatte la porte au nez ».

Françoise Sagan

Photo de Picography sur Pexels.com

Derrière l’épaule, Françoise Sagan

derriere l'épaule

Les éditions Stock republient l’autobiographie sensible et drôle de Françoise Sagan, Derrière l’épaule, initialement parue en 1998. L’occasion pour l’auteure de nous faire voyager à travers ses œuvres.

Voyage à travers les œuvres de Sagan

Françoise Sagan avoue n’avoir jamais relu aucun de ses romans. « Ce n’est pas la médiocre qualité de mes œuvres, qui m’amène à cet autodédain, mais la conscience que de nombreux livres m’attendent encore sur quelque étagère, des inconnus que je n’aurai sûrement pas le temps de lire avant ma mort. Alors relire un livre de moi (moi qui connais la fin en plus), quel temps perdu!« . Un exercice auquel elle accepte pourtant de se prêter dans Derrière l’épaule, autobiographie rédigée six ans avant sa mort.

C’est à travers la publication de ses romans que la romancière nous embarque dans l’histoire de sa vie. Un regard sans complaisance, sensible, drôle parfois, jeté sur ses livres, de Bonjour tristesse à Des bleus à l’âme, en passant notamment par Aimez-vous Brahms?, La chamade, ou encore Un chagrin de passage.

Une autobiographie de Françoise Sagan

Voilà un exercice de style bien particulier que celui d’être une critique de ses propres œuvres. Et le moins qu’on puisse dire est que Françoise Sagan ne manque pas d’autodérision ni ne fait montre de complaisance envers elle-même. Pour preuve, elle n’hésite pas à dire d’Un profil perdu : « La lecture m’apparait comme une corvée. C’est une histoire qui ne tient pas debout, qui est assommante, entre deux héros également sans intérêt. Je me demande même comment j’ai pu écrire cela pendant des mois et comment mon éditeur ne m’en a pas signalé les défauts. » Pour chaque roman, elle évoque le contexte, l’accueil qui lui fut réservé, sa vie en somme. Des anecdotes savoureusement drôles émaillent ses propos, enrichissent le regard que l’on porte sur tel ou tel roman, comme le bégaiement d’un journaliste lors de sa première interview, qui provoqua son bégaiement involontaire en retour.

Un livre passionnant qui donne envie de découvrir les œuvres de Françoise Sagan pour ceux qui ne les connaissent pas toutes, et de les relire pour les autres.

Informations pratiques

Derrière l’épaule, Françoise Sagan – éditions Stock, octobre 2021 – 200 pages – 19 €

Les 3 prochains livres sur le blog!

Demandez le programme! La semaine prochaine, comme chaque semaine, je vous parlerai de mes lectures en littérature adulte comme jeunesse.

Au programme en littérature adulte

  • Je vous parlerai d’un livre hors du commun, une autobiographie de Françoise Sagan, publiée aux éditions Stock : Derrière l’épaule. Françoise Sagan avoue n’avoir jamais relu aucun de ses romans. « Ce n’est pas la médiocre qualité de mes œuvres, qui m’amène à cet autodédain, mais la conscience que de nombreux livres m’attendent encore sur quelque étagère, des inconnus que je n’aurai sûrement pas le temps de lire avant ma mort. Alors relire un livre de moi (moi qui connais la fin en plus), quel temps perdu!« . Un exercice auquel elle accepte pourtant de se prêter dans Derrière l’épauleautobiographie rédigée six ans avant sa mort.
  • Autre voyage cette fois, non pas dans le temps mais en Australie avec le thriller de Christian White, paru aux éditions Albin Michel : L’épouse et la veuve. Deux femmes que tout semble opposer, liées par des crimes et des secrets enfouis. Un huis-clos haletant.

Au programme en littérature jeunesse

N’oublions pas nos chères têtes blondes pendant les vacances! Il sera question cette fois d’un voyage à travers les siècles, que dis-je , à travers les millénaires, à la rencontre des animaux disparus : Les animaux disparus, Virginie Jobé-Truffer (texte) et Benjamin Carré (illustrations), collection La grande imagerie, aux éditions Fleurus. La terre est une vieille dame. Pensez donc, elle est âgée de 4,5 millions d’années! Elle a donc vu passer et disparaitre de nombreuses espèces d’animauxVariations climatiques (glaciation, réchauffement ou refroidissement climatique), activité volcanique intense, collision entre la terre et une énorme météorite, ces bouleversements ont eu un impact conséquent sur la survie des espèces.

Dans l’attente de ces publications, je vous souhaite un excellent dimanche!

Nina WÄHÄ : L’adolescence est un âge où à la fois tout est possible et rien n’est possible.

Nina Waha

Nina WÄHÄ, jeune auteure suédoise, nous parle de son roman paru en septembre aux éditions Robert Laffont « Au nom des miens », roman figurant dans la première sélection du Prix Fémina étranger 2021. Un roman polyphonique enivrant, déroutant, porté par une voix au ton à la fois féroce et résolument drôle. Rencontre avec la romancière.

Avec Au nom des miens, vous bousculez le genre de la saga familiale

J’adore le théâtre, j’adore Brecht, les voix des conteurs et c’est pourquoi j’aime mélanger les genres.

Vous abordez avec brio les relations familiales, la façon dont chacun perçoit et interprète les évènements, autrement dit il n’y a pas LE souvenir d’un évènement mais des souvenirs de l’évènement

J’ai vécu dans une grande famille avec 6 sœurs de mariages différents. Le souvenir des évènements, même si chacun a vécu le même évènement, est en effet propre à chacun. Chacun l’a vécu à sa façon et le relate à sa façon, différente de celle des autres membres de la famille.

Quand est sorti votre livre en Suède ? Et quels furent les retours ?

Il est sorti en Suède en 2019. Il a très bien marché avec près de 200 000 exemplaires vendus, score qu’atteignent généralement uniquement les polars en Suède. C’est mon troisième roman et si les précédents avaient été salués par la critique, ils n’avaient pas eu beaucoup de succès auprès du public. Avec celui-là, ce fut différent. Et c’est aussi le premier à être traduit en 15 langues dont le français.

Ce roman a d’abord été un recueil de nouvelles ?

Oui, quand j’ai commencé à écrire mon troisième livre, j’avais accumulé pas mal de prises de notes mais cela faisait longtemps, près de dix ans, que je n’avais pas écrit. J’avais donc peur de m’y remettre. Et j’ai pensé que le format de la nouvelle me conviendrait mieux. Je n’imaginais pas écrire un roman aussi long.

Comment procédez-vous pour l’écriture : vous avez l’architecture du roman déjà en tête où vous découvrez au jour le jour où l’écriture vous mène ?

Non, j’ai plein de notes en effet, pas au point d’ouvrir un musée comme la romancière autrichienne Friederike Mayröcker avec les siennes, mais quand je commence un roman, je n’ai pas la structure en tête. J’aimerais l’avoir mais ce n’est pas le cas. J’espère à chaque fois que le résultat final sera correctement structuré. C’est l’univers du roman qui me porte, me guide.

Quels sont vos personnages préférés dans ce livre ?

J’ai une préférence pour les deux adolescents, car l’adolescence est un âge où à la fois tout est possible et rien n’est possible.

Avez-vous un autre roman en cours d’écriture ?

Oui, je termine actuellement mon quatrième roman. Il sortira en Suède au mois de mars.

AU NOM DES MIENS, PRÉSENTATION DU ROMAN

Un roman vibrant et emprunt d’humour noir, à l’écriture incisve.

 » Voici l’histoire de la famille Toimi et de quelques événements qui influèrent de manière significative sur la vie de ses membres. Quand je dis la famille Toimi, je pense à la mère et au père, Siri et Pentti, et je pense à tous leurs enfants, ceux qui vivaient au moment des événements et ceux qui ne vivaient plus. « Toimi’ est un drôle de nom pour une famille. En suédois, le mot signifie « fonctionnel’. Ce serait un drôle de nom pour plus d’une famille. Mais surtout pour celle-ci. Nous passerons le plus clair de notre temps dans la cambrousse. En Tornédalie finlandaise, plus précisément. En réalité, il suffit de savoir cela. Et que les Toimi sont des paysans, que nous sommes au début des années 1980, que Noël approche et que la famille compte beaucoup d’enfants, un peu trop à mon goût. « 

The Rocket Man : en tournée en France!

the rocket man

Ce 21 octobre, j’ai eu le privilège d’assister au concert extraordinaire donné à la salle Pleyel, avant une tournée dans toute la France : The Rocket Man, A tribute to Sir Elton John. INOUBLIABLE.

Elton John, The Rocket Man

Il y a deux ans, le film Rocketman est sorti au cinéma. Il nous racontait le parcours hors-normes d’Elton John, depuis ses premiers succès jusqu’à sa consécration internationale. Que vous ayez vu le film ou regrettiez de ne pas l’avoir vu, sachez que Richard Walter Productions vous offre une chance de vous rattraper avec son spectacle absolument fantastique en tournée dans toute la France : The Rocket ManA tribute to sir Elton John.

Ce concert suit la métamorphose de Réginald Dwight, véritable nom d’Elton John, jeune pianiste réservé au talent fou en une icône de la pop culture mondiale. Pour incarner la star déjantée, avec sa folie, son énergie, sa virtuosité, son charisme, la production a fait appel à Jimmy Love. Et force est de constater que le réalisme est saisissant : la voix, les mimiques, le physique, la gestuelle, la présence scénique, tout vous donne l’impression d’être en présence du véritable Elton.

Deux heures de tubes emblématiques d’Elton John

C’est un concert d’une énergie folle où les minutes passent comme des nanosecondes. Pendant deux heures, voyagez sur les rythmes tantôt endiablés, tantôt romantiques des plus grands tubes d’Elton John depuis le début de sa carrière. De Crocodile Rock à Candle in the Wind en passant par Your Song, Sacrifice et bien sûr Rocket Man, vous vous laisserez transporter par ces chansons inoubliables et interprétées avec brio. L’occasion de mesurer le parcours incroyable et inspirant de ce gamin d’une petite bourgade de province devenu une star mondialement connue et reconnue.

Dates et lieux de la tournée française

AMIENS / ZENITH – JEU 28/04/22 – 20H00CHALONS EN CHAMPAGNE / LE CAPITOLE – VEN 29/04/22 – 20H30AMNÉVILLE / LE GALAXIE – SAM 30/04/22 – 20H30STRASBOURG / PALAIS DES CONGRÈS – MAR 3/05/22 – 20H00MONTBÉLIARD / AXONE – MER 4/05/22 – 20H00DIJON / ZENITH – JEU 5/05/22 – 20H00CLERMONT FERRAND / ZENITH – BEN 6/05/22 – 20H30LYON / AMPHITHEATRE – SAM 7/05/22 – 20H30ORLEANS / ZENITH – MAR 10/05/22 – 20H00RENNES / LE LIBERTÉ – MER 11/05/22 – 20H00NANTES / CITÉ DES CONGRÈS – JEU 12/05/22 – 20H00CHATEAUROUX / LE MACH 36 – VEN 13/05/22 – 18H00BORDEAUX / ARKÉA – SAM 14/05/22 – 20H30NARBONNE / ARENA – DIM 15/05/22 – 18H00NICE / ACROPOLIS – MAR 17/05/22 – 20H00MONTPELLIER / ZENITH – MER 18/05/22 – 20H00TOULOUSE / ZENITH – JEU 19/05/22 – 20H00MARSEILLE / LE SILO – VEM 20/05/22 – 20H00

Pour réserver vos places

Pour réserver vos places lors du passage de The Rocket Man, a tribute to Sir Elton John dans votre ville, cliquez sur ce lien : https://www.rwprod.org/en-tournee-the-rocket-man.

Alors, quelle date avez-vous retenue?