Citation du jour

On ne reçoit pas la sagesse. Il faut la découvrir soi-même après un trajet que personne ne peut faire pour nous, ne peut nous épargner.

Marcel Proust

tableau-zen-galets-bambou.jpg

 

 

Publicités

Les couleurs de la vie, Lorraine Fouchet : un hymne à la vie

image

Les couleurs de la vie, Lorraine Fouchet

Editions Héloïse d’Ormesson, mars 2017

400P. ; 21€

 

Dans ce roman aux accents résolument optimistes, Lorraine Fouchet dépeint la vieillesse avec ses regrets, ses tracas, mais aussi ses espoirs. Un merveilleux hymne à la vie.

Suite au décès de sa grand-mère survenu le jour de son 26ème anniversaire, dans des circonstances très inattendues, Kim a besoin de prendre de la distance, de faire le point loin de son île bretonne. Elle ne reviendra que lorsqu’elle saura répondre à cette lancinante question : est-ce que ça vaut la peine de vieillir ?

Elle laisse donc derrière elle son compagnon Clovis, la maison de la presse où elle travaille, et propose ses services comme dame de compagnie à Antibes. La femme dont elle doit s’occuper, prénommée Gilonne, est une ancienne actrice au caractère bien trempé. Une mondaine qui peut très bien se tenir comme tirer la langue en public, danser le madison le samedi ou s’affaler au fond de son lit en se prenant pour une oursonne. Mais pareille excentricité n’est pas de nature à effrayer Kim, ni à la décourager. Alors qu’elle se prend d’affection pour la vieille femme, laquelle aurait pu être sa grand-mère, un appel la plonge dans la consternation : une amie de Gilonne lui apprend en effet que Côme, le fils unique de cette dernière, est décédé noyé il y a plusieurs années. Mais dans ce cas qui est donc l’homme qui l’a engagée en se faisant passer pour Côme ? S’il n’est pas le fils de Gilonne, quelles sont donc ses réelles intentions ? Abus de faiblesse, usurpation d’identité à des fins d’extorsion de fonds ? Et pourquoi Gilonne, s’il n’était pas son fils, prétendrait-elle le contraire ? A moins que ce ne soit l’amie de Gilonne qui alors se trompe en le croyant mort ?

Et Kim d’investiguer, désireuse de faire la lumière sur ce qu’est devenu le fils de Gilonne et sur la réelle identité de celui qui aujourd’hui prend soin d’elle.

Un roman tendre et viscéralement humain, qui emprunte toutes les couleurs de la vie. Du noir du deuil au rose de la naissance, en passant par le bleu d’un ciel sans nuages ou l’orangé d’une chevelure flamboyante. En véritable peintre des émotions, Lorraine Fouchet nous offre un tableau touchant qui interroge sur le sens de la vie, la vieillesse, avec cette lumière qui toujours la caractérise : celle de l’optimisme.

P 372 : Vieillir est un privilège que l’on peut accepter ou refuser. A chaque seconde, on choisit d’être là, ici et maintenant. On assume d’enlacer le monde.

 

La petite fille qui rêvait d’être une elfe, Marie-Laure Bigand (auteur) et Laetitia Bigand (illustratrice)

image

La petite fille qui rêvait d’être une elfe, Marie-Laure Bigand (auteur) et Laëtitia Bigand (illustratrice)

Editions Lelyrion jeunesse, mars 2017

A partir de 5 ans.

Une histoire tendre au coeur, qui vous met des étoiles dans les yeux.

 

Emma se réveille avec un sourire jusqu’aux oreilles ce matin. Au coeur de la nuit, elle a en effet rêvé être une elfe. Elle portait une magnifique robe de princesse, arborait des oreilles pointues et chevauchait une souris géante. Son souhait depuis son plus jeune âge s’est ainsi concrétisé.

Mais qui dit réveil dit retour à la réalité. Adieu robe somptueuse, pays féerique, oreilles pointues! Et d’être plongée dans un indescriptible chagrin. Heureusement, grâce à l’amour d’une mère, il arrive que la réalité rejoigne les rêves…

Un très joli conte, tendre, sensible, qui fera voyager votre enfant au pays des elfes et des souris géantes et lui montrera combien il est important de ne jamais renoncer à ses rêves. De très belles illustrations poétiques et féeriques accompagnent cette belle histoire, offrant aux petits lecteurs un rêve éveillé.

En amoureux, Arnaud Guillon (éditions EHO)

image

En amoureux, Arnaud Guillon

Editions Héloïse d’Ormesson, mars 2017

 

Après « Tableau de chasse », Arnaud Guillon renoue avec les personnages aux relations ambigües et aux personnalités complexes. D’une écriture élégante, il pénètre dans l’intimité des êtres pour en révéler les failles, oscillant entre récit amoureux et tension psychologique.

Invité à la pendaison de crémaillère d’un couple d’amis, le regard de Paul croise celui de la pétillante Ninon. Sa silhouette d’une grâce insolente, sa peau d’une finesse de soie et son regard d’un vert magnifique le font immédiatement tomber sous son charme. « Ravissante mais dangereuse » lui glisse à l’oreille son ami. Un avertissement qui ne saurait freiner les élans de Paul, récemment séparé de Chiara. Si Paul est libre, Ninon arbore à contrario une alliance à son doigt. Mais leurs échanges lui révèlent vite que cette bague n’est plus que le dernier témoin d’un amour à l’agonie avec son mari Thaldée. Le fait qu’elle réponde aux avances de Paul et soit sensible à son charme n’en est-il d’ailleurs pas la preuve ? « Quand on va voir ailleurs, dit-elle, c’est qu’il y a un problème. »

Au fil des jours, les deux amants multiplient les rendez-vous cachés dans la capitale, les étreintes passionnées. Dans un Paris estival vidé de ses habitants, il leur semble que la ville, le monde, la vie, leur appartiennent. Un bonheur presque indécent. C’est alors que Ninon lui fait une proposition aussi inattendue que réjouissante : elle propose à Paul de s’envoler avec elle en Grèce ou en Italie, à l’insu de son mari. Comment refuser pareille proposition ? Les paysages idylliques, la mer émeraude, la tranquillité, la liberté de se montrer ensemble sans crainte d’être reconnus, tout confère à rendre cette escapade paradisiaque. En théorie. Car l’amour n’a que faire des théories, n’obéit à aucune équation…

La plume délicate et sensible d’Arnaud Guillon met les âmes à nu et dissèque les cœurs avec une finesse chirurgicale. Ces moments de bascule, où les sentiments changent de nature, ces petits grains de sable qui bloquent soudainement les rouages du bonheur, sont analysés ici avec beaucoup de subtilité. Le lecteur prend son billet pour la Grèce, accompagne Ninon et Paul, sans savoir s’il a pris un vol pour le paradis ou pour l’enfer.

A lire !

Des histoires courtes à lire dans le métro

short edition distributeur metro

Short Edition, maison crée en 2011, s’est spécialisée dans les textes courts, des nouvelles à la poésie, en proposant une plateforme collaborative de publication. En 2015, Short Edition installait à Grenoble 8 Distributeurs d’Histoire Courtes pour proposer gratuitement quelques-uns des textes publiés aux passants. Après avoir attiré l’attention de Francis Ford Coppola lui-même, les bornes prennent aujourd’hui place dans 3 stations du métro parisien.

 

Avec 3 Distributeurs d’Histoires Courtes personnalisés aux couleurs de la RATP, situés dans les stations Voltaire, Nanterre Université et République, Short Edition et la RATP offrent aux voyageurs, à l’occasion du Printemps des Poètes, quelques lignes de lecture. Un poème, une histoire d’une, trois ou cinq minutes, imprimé sur un mini papyrus blanc, le temps d’une, trois ou cinq stations de métro…

Les voyageurs seront sensibles à la présence d’un de ces distributeurs originaux sur leur trajet quotidien : d’une pression de l’index, on imprime gratuitement quelques minutes de lecture, l’idéal pour attendre agréablement l’arrivée du métro, ou pour lire entre deux stations.

À l’occasion de l’édition 2017 du Grand Prix Poésie, la RATP vous propose de retrouver les œuvres des lauréats de 2016. Ces poèmes seront disponibles dans les Distributeurs d’Histoires Courtes, et donc imprimés, de façon aléatoire.

En 2017, la plateforme participative short-edition.com rassemble, selon les chiffres communiqués par Short Edition, 200 000 lecteurs abonnés, 6 800 auteurs agréés par la communauté, 65 000 histoires courtes, micro-nouvelles originales, poèmes, haïkus, et a généré depuis sa création 13 millions de lectures d’œuvres.

 

 

Prix du Livre France Bleu – Page des Libraires : sélection 2017

870x489_banniere_web

Qui succédera à L’ombre de nos nuits, de Gaëlle Josse, lauréate de l’édition 2016, membre du jury et marraine du Prix du Livre France Bleu – PAGE des Libraires 2017 ?

Les libraires du réseau PAGE des libraires ont sélectionné les cinq ouvrages suivants :

 

Rendez-vous le lundi 29 mai pour découvrir le ou la lauréat(e) de l’édition 2017, qui aura été choisi par le jury .

Le jury, présidé par Eric Revel, Directeur de France Bleu, se compose de : Gaëlle Josse, Nadège Menuisier auditrice de France Bleu Sud Lorraine, Aurélie Janssens de la Librairie Page et Plume à Limoges et de Mélanie Le Cam, du Havre et lectrice de la revue PAGE des Libraires