Thomas Gunzig : « J’avais envie d’un livre qui réconcilie les gens avec les nuances »

L’année 2022 commence très bien, puisqu’elle nous offre le nouveau roman de Thomas Gunzig, paru aux éditions du Diable Vauvert : Le sang des bêtes. Rencontre avec l’auteur.

Dans votre roman il y a un personnage inclassable : une femme vache

Il y a des étiquettes pour tout. Les hétéros sont comme ça. Les couples homos sont comme ci. Les parents sont comme cela. Etc. On met tout le monde dans des cases. Alors j’ai eu envie de rajouter un degré en plus : que fait-on avec quelqu’un qui est humain mais qui n’est pas humain ? Et j’ai pensé à la femme vache. Je vais vous dire exactement la petite réflexion qui était à la base de cela :  je me suis dit que tout ça venait probablement du fait des réseaux sociaux, qui fonctionnent avec des algorithmes. Ils aiment bien savoir exactement ce que tu aimes pour pouvoir te proposer des publicités ciblées. Et donc on a tendance à fonctionner exactement comme les algorithmes veulent qu’on fonctionne, c’est-à-dire de manière numérique. Or l’être humain est analogique, il est insaisissable, il évolue en permanence. Il n’est pas figé dans une catégorie ou une façon de faire ou d’être. J’avais donc envie d’un livre qui réconcilie les gens avec les nuances. Car on n’est que de la nuance.

Quel a été le point de départ du roman ?

J’avais envie de raconter quelque chose sur le body-building, sur la façon de transformer son corps. Quand j’étais petit garçon, je me trouvais très petit est très maigre et j’avais beaucoup de complexes. Et je me disais : « je vais changer ça avec le sport ». 

J’avais aussi envie d’aborder l’idée du corps des juifs. Historiquement il y a toujours une représentation caricaturale du juif comme étant petit, faible, malingre. C’est quelque chose que j’ai ressenti fortement.

Enfin, je voulais aussi écrire sur un roman sur un couple qui vieillit. Pour un couple qui s’aime profondément, qui est vraiment amoureux, que devient le désir au bout de 20 ans ou 30 ans ? Quand on se marie avant 25 ans on ne pense pas à cela. Tu habites avec cette personne, tu fais des enfants avec cette personne, tu la connais par cœur. Elle devient quelqu’un de ta famille. Comme ta mère ou ta sœur. Et tu n’as pas envie de coucher avec ta sœur ou ta mère. Or l’injonction de la société, c’est qu’un couple qui va bien qui s’aime, alors il a toujours autant de désir après 20 ans de vie commune et souhaite toujours autant faire l’amour. Sinon c’est le signe qu’il ne va pas bien. Je voulais aborder cela.

J’avais donc envie de faire un roman avec tous ces personnages, c’est-à-dire des personnages qui sont comme tout le monde : des personnages qui n’entrent pas dans les cases.

Vous avez un humour absolument jubilatoire

Je trouve que la vie est déjà super dure, donc je préfère raconter des histoires sans être dur avec le lecteur. C’est d’ailleurs un point qui a changé chez moi. A mes débuts en écriture, j’étais plus trash, mais j’ai changé en vieillissant, en ayant eu des enfants. J’ai davantage envie de choses chaleureuses, avec de la tendresse, même si on reste parfois dans des thématiques un peu sombres. Je ne veux pas que mes livres soient des épreuves pour les lecteurs. La seule chose dont les gens se souviennent plusieurs années après avoir lu ton livre, ce n’est pas le scenario ni le nom des personnages, mais les émotions qui les ont traversées. Donc j’essaye de donner des émotions à mes lecteurs, de les faire rire, de les faire pleurer.

La deuxième femme, Louise Mey

la deuxième femme Louise Mey

Un thriller psychologique magistralement mené, qui nous plonge dans le mécanisme de l’emprise et de la violence conjugale. Comment se sortir du piège d’une relation toxique ?

Emprise et violence psychologique

Sandrine est bourrée de complexes. Elle ne supporte pas son corps trop enrobé, son visage trop fade, son incapacité à s’exprimer en public sans bafouiller. Alors au travail elle s’isole, fuit la pause déjeuner avec ses collègues.

Mais un jour, elle croise un père éploré, dont la femme a disparu et finit par être considérée comme morte. Touchée par sa détresse, par le petit garçon mutique qui lui tient la main, elle est encore plus bouleversée par l’attention que cet homme lui porte en retour, par ce regard non méprisant qu’il porte sur elle. Elle n’est soudain plus ce passe-muraille dans le regard des autres. Pour cet homme, elle n’est plus transparente mais devient aimable au sens digne d’amour. Auprès du père et de son petit garçon, Sandrine semble enfin avoir trouvé une place. Sa place.

Et de se plier en quatre pour rendre la vie plus douce à l’homme et à son fils, pour leur témoigner sa reconnaissance d’être acceptée par eux.

Mais un jour aux infos, on annonce que la première femme, présumée morte, a été retrouvée vivante. La première femme, celle qui était là avant elle. Celle qui a mis au monde l’enfant mutique. Celle à qui la place revient de droit au sein de ce foyer.

Un séisme qui va affecter non seulement Sandrine mais tous les proches de cette famille et faire s’effondrer les apparences de bonheur conjugal.

Un thriller psychologique magistral

Avec La deuxième femme, paru aux éditions Pocket, Louise Mey offre au lecteur une plongée saisissante et brillante au cœur du mécanisme de l’emprise. Peu à peu, le bonheur apparent vole en éclats. L’homme attentionné et aimant se révèle sous un jour plus sombre, cruel, alternant entre violence et douceur, tendresse et humiliations. Docteur Jekyll et Mister Hyde. Cette alternance d’amour et de violence a sur le cerveau de Sandrine un effet paralysant. En état de sidération, Sandrine ne sait plus comment réagir, évite de le contrarier, guette les moments où il redevient cet homme doux qui l’a attirait au début.

Avec un style incisif, une tension constante, Louise Mey prend le lecteur dans l’engrenage de son histoire, le piège dans une envie frénétique de tourner les pages. On est saisit par la justesse de l’analyse, glacé par la violence insidieuse qui se met en place, bouleversé par le sort de cette femme. Un roman nécessaire, d’une intensité inouïe, pour que cessent ces jugements hâtifs et lapidaires envers ces femmes qui ne parviennent pas à quitter leurs bourreaux, faute d’une compréhension réelle du mécanisme pervers de l’emprise.

Informations pratiques

La deuxième femme, Louise Mey- Editions Pocket, décembre 2021 – 345 pages – 7,60€

Livre enfant : Explore l’Egypte ancienne

l'Egypte ancienne

Un livre à rabats et découpes judicieuses pour découvrir comment vivaient les égyptiens dans l’antiquité. Leurs dieux, leurs habitations, leur mode de vie, leurs temples, leurs tombeaux et leurs trésors, vous saurez tout!

A partir de 5 ans.

Découvrir l’Egypte ancienne

Plus de 10 000 ans se sont écoulés et pourtant la civilisation égyptienne continue de nous fasciner. Très ingénieux, avec peu de moyens, ce peuple est parvenu à ériger des pyramides incroyables, à mettre au point un système d’irrigation pour les cultures en plein désert, à développer des techniques d’embaumement fascinantes, à contourner l’absence de routes terrestres par la navigation fluviale. et tant d’autres prouesses encore.

Au fil des pages les enfants voyageront au cœur du désert jusqu’aux berges du Nil pour y admirer la splendeur des temples de l’Égypte ancienne et des tombeaux remplis de trésors étincelants. Les scènes imagées leur feront remonter le Nil en bateau, découvrir l’animation des villes, participer à une fête dans la demeure d’un riche dignitaire et assister aux funérailles d’un pharaon.

4 bonnes raisons de lire ce livre

Explore l’Egypte ancienne aux éditions Usborne n’est pas le seul livre pour enfants consacré à la découverte de l’Egypte ancienne. Mais il se différencie des autres par de sérieux atouts :

  • Il permet de découvrir une civilisation fascinante et d’apprendre tout en s’amusant.
  • Il est complet et en quelques pages, balaie l’essentiel de cette civilisation égyptienne.
  • Ses rabats mystérieux à soulever et ses découpes dans les pages apportent une dimension ludique supplémentaire au livre.
  • Les illustrations de Rachael Saunders sont très vivantes et très évocatrices.

A offrir sans hésitation!

Informations pratiques

Explore l’Egypte ancienne, Rob lloyd Jones (texte) et Rachael Saunders (illustrations) – éditions Usborne septembre 2021 – A partir de 5 ans – 9,9 -5€

Thomas Gunzig : Le sang des bêtes

Après Feel Good, Thomas Gunzig et son humour délicieusement grinçant nous reviennent avec un nouvel opus Le sang des bêtes.

Être cinquantenaire aujourd’hui

Tom vient d’avoir 50 ans. Alors qu’il réalise être au milieu de sa vie, il fait un bilan plutôt négatif sur son existence. D’humeur dépressive, il se dit que plus rien ne l’intéresse vraiment, que ses 8 heures de travail à la boutique de fitness lui mangent le peu d’énergie qui l’anime. Une vie fade, sans le sel des surprises, des découvertes, de la passion. A propos de passion, sa femme Mathilde, avec laquelle il est en couple depuis 25 ans, n’attise d’ailleurs plus la flamme du début en lui.

Alors, quand de surcroît, il apprend que son grand fils de 22 ans va revenir vivre chez papa et maman à la suite d’une rupture sentimentale, et qu’à cela, il faut ajouter la présence de son père atteint d’un cancer, c’est la goutte d’eau en trop. Trois générations sous un même toit quand on aspire à la tranquillité, promet une cohabitation assez invivable.

Mais ce quotidien morose va être bousculé par une jeune femme très particulière, que Tom va sauver des griffes d’un compagnon violent. Pour la première fois de sa vie, Tom va oser. Oser affronter ses peurs au lieu de se couler dans la même lâcheté que son père, oser contredire sa femme. Oser s’imposer. Oser faire quelque chose de sa vie. Et si la vie continuait, voire commençait à 50 ans ?

Un regard lucide sur notre société contemporaine

Après Feel Good, Thomas Gunzig publie Le sang des bêtes au Diable Vauvert. Thomas Gunzig, c’est l’art d’aborder des sujets profonds, graves, avec le recul de l’humour. C’est un regard de lynx sur notre société, sur le culte du corps et des apparences, sur la dictature du désir dans le couple et l’injonction à être heureux, sur le respect faussé de l’homme pour une nature qu’il détruit autant qu’il dit vénérer. Avec un humour féroce mais jamais méchant, il nous interroge sur notre rapport au corps : quel regard quémandons-nous ? Quel besoin d’affection, d’amour, cache ce besoin de paraître ? Et si le bonheur était tout simplement de s’accepter tel que l’on est, d’accepter que le désir dans le couple s’émousse et que si l’entente elle, demeure, alors rien n’est grave ? Et si on baissait le curseur de la gravité sur ces problèmes qui au final n’en sont pas vraiment, pour se recentrer sur l’essentiel ?

Il y a ce que la société dicte, ce que l’on croit être et ce que l’on est profondément. Et comme Thomas Gunzig le souligne avec son héros bodybuildé, il faut parfois plusieurs décennies pour se débarrasser des préjugés, des croyances limitantes et du superflu et commencer à s’accepter et à relativiser. Il n’est jamais trop tard pour devenir celui que l’on est.

Un roman à l’humour jubilatoire, incisif et sensible à la fois.

Informations pratiques

Thomas Gunzig : Le sang des bêtes- Editions Au diable Vauvert, janvier 2022 – 208 pages – 17€

Les 3 prochains livres sur le blog!

La semaine prochaine, je vous présenterai trois livres qui font l’actualité de cette rentrée littéraire 2022, aussi bien en littérature adulte quen littérature jeunesse.

Au programme en littérature adulte

Nous commencerons la semaine avec l’excellent Thomas Gunzig, qui publie Le sang des bêtes aux Diable Vauvert. Après Feel Good, Thomas Gunzig publie Le sang des bêtes, au Diable Vauvert éditions. Thomas Gunzig, c’est l’art d’aborder des sujets profonds, graves, avec le recul de l’humour. C’est un regard de lynx sur notre société, sur le culte du corps et des apparences, sur la dictature du désir dans le couple et l’injonction à être heureux, sur le respect faussé de l’homme pour une nature qu’il détruit autant qu’il dit vénérer.

Jeudi, ce sera au tour du roman de Louise Mey, La deuxième femme, paru aux éditions Pocket, d’être à l’honneur. Un thriller psychologique magistralement mené, qui nous plonge dans le mécanisme de l’emprise et de la violence conjugale. Comment se sortir du piège d’une relation toxique ?

Au programme en littérature jeunesse

Et nous n’oublierons pas les enfants avec ce magnifique livre paru aux éditions Usborne : Explore l’Egypte ancienne. Un livre à rabats et découpes judicieuses pour découvrir comment vivaient les égyptiens dans l’antiquité. Leurs dieux, leurs habitations, leur mode de vie, leurs temples, leurs tombeaux et leurs trésors, vous saurez tout!

Voyage au bout de l’enfance, Rachid Benzine

voyage au bout de l'enfance

Quand un petit garçon plein de vie de la banlieue parisienne voit sa vie basculer dans l’horreur parce que ses parents ont décidé de rejoindre la Syrie et de faire le Djihad. Un livre poignant. Un personnage inoubliable.

Du rêve au cauchemar

Fabien mène une existence heureuse avec ses copains dans la banlieue nord de Paris. Elève de CE2, il a été remarqué par son instituteur non seulement pour l’excellence de ses résultats mais aussi pour son talent en rédaction de poésies. Son imaginaire, sa créativité forcent l’admiration. Mais sa vie va prendre une tournure dramatique. Son père lui annonce brusquement leur départ en voyage. Destination : la Syrie. Le but : rejoindre l’état islamique.

Fabien ne partage pas l’excitation de ses parents. Et les premiers jours à Raqqah lui donnent raison. On le rebaptise Farid, on l’inscrit dans une école coranique puis à l’école des lionceaux du califat. Son père part faire la guerre.

Heureusement, dans ce chaos, il y a Abdel, un jeune garçon qui excelle au foot et avec lequel il devient ami. Et puis, il a le merveilleux pouvoir de l’écriture, ces poèmes qui le sauvent, lui permettent de s’évader par l’esprit. Le reste du temps n’est que désolation.

Et quand ses parents réalisent leur aveuglement, l’enfer sur terre qu’ils ont pris pour le paradis, il est trop tard pour faire machine arrière.

Pourront-ils revenir en France ? Pourront-ils rendre à leur fils sa part d’enfance ? Pourront-ils avoir la vie sauve ?

Faire le Djihad

C’est un roman d’une densité rare, d’une puissance évocatrice inouïe, que nous offre Rachid Benzine avec Voyage au bout de l’enfance, aux éditions du Seuil. Il y a quelques semaines, je vous avais parlé du livre de témoignages de Dunya Mikhail, Un apiculteur au secours des Yézidies, sur les femmes persécutées par Daech. Ici, Rachid Benzine nous offre un autre point de vue. Il nous plonge dans la tête d’un enfant de 8/9 ans, un petit garçon qui à cet âge devrait nager en pleine insouciance, jouer au foot avec ses copains, rire, écrire ses poésies pleines de couleurs. Et non ce petit garçon qui se retrouve catapulté du jour au lendemain en Syrie, au cœur de la barbarie, l’innocence envolée et l’enfance piétinée.

Avec une grande justesse de ton, une infinie sensibilité, on suit le parcours de ce courageux petit garçon pour survivre au quotidien dans l’enfer des exécutions, des camps, de la violence. Un petit bonhomme pour lequel ce voyage en Syrie n’est ni plus ni moins qu’un voyage au bout de l’enfance. Pour ne pas dire au bout de la vie. Un roman qui interroge sur notre attitude vis à vis de ces enfants innocents, victimes de la décision de leurs parents de faire le djihad et victimes de notre rejet ensuite. Une invitation à la tolérance et à la prise de conscience de leur sort.

Un roman poignant, d’une grande humanité .

Parce qu’il y a des enfances qui n’en sont pas et des enfants que l’on fait grandir trop vite

Parce que le bruit et la fureur engloutissent leurs rêves, leur poésie et leurs mots,

Parce qu’aujourd’hui, se demander si les enfants de criminels méritent notre pardon est une insulte à la raison,

Parce que nous devons avoir le courage d’affronter l’horreur dans leurs yeux et l’humanité de les accueillir pour les soigner,

Parce que ces enfants sont ceux de ce monde que nous avons laissé sombrer,

Et parce qu’il n’est jamais trop tard

Informations pratiques

Voyage au bout de l’enfance, Rachid Benzine – Editions d Seuil, janvier 2022 – 80 pages – 13 €

Livre jeunesse : Tous les animaux

Tous les animaux

Votre enfant est passionné par les animaux en tous genres? Alors ce livre illustré de très belles photos, avec plus de 200 questions-réponses sur les animaux, est fait pour lui! A partir de 5 ans.

Tout savoir sur les animaux

Si votre enfant aime les animaux quels qu’ils soient et s’intéresse à eux, il est fort probable qu’il vous ait déjà posé mille et une questions à leur sujet. C’est quoi un ara? Le gorille mange-t-il des bananes ?Pourquoi le panda est noir et blanc? Quel est le record de vitesse du guépard? L’étoile de mer a-t-elle un cerveau? Et autres intarissables questions dont ils ont le secret.

Or il n’est pas toujours aisé d’avoir toutes les réponses (avouons-le, nous en savons plus que nos petits mais sommes loin de tout connaitre ! 😉 ). Et, quand nous avons la réponse, il n’est pas pour autant toujours facile de le leur expliquer clairement. Heureusement, les éditions Nathan volent à notre secours avec cet ouvrage complet, richement illustré, sur toutes les catégories d’animaux possibles et imaginables (ou presque, il n’est pas question de licorne ici!).

Un livre pour enfant très complet et ludique

Ce petit nouveau de l’excellente collection Questions-réponses des éditions Nathan a tout pour séduire les amoureux des animaux et les petits curieux. En partenariat avec le Zoo de Beauval, les éditions Nathan se proposent de répondre à une foule de questions sur tous types d’animaux : 60 mammifères, 23 oiseaux, 17 amphibiens et reptiles, 20 animaux aquatiques, 20 invertébrés. De quoi devenir incollable sur la faune!

De superbes photographies illustrent les pages, tandis que des textes courts et de compréhension simple répondent à plus de 200 questions que peuvent se poser les enfants. Touche ludique : sur chaque double page, des anecdotes incroyables sont révélées à l’enfant. Ainsi, saviez-vous que les perroquets peuvent rougir? Des recherches scientifiques ont en effet montré que lorsqu’ils ressentent une émotion positive, leurs plumes se dressent sur leur tête et leurs joues rougissent.

En bonus, l’enfant est invité à découvrir les coulisses du Zoo de Beauval.

Un ouvrage instructif, passionnant et ludique !

Informations pratiques

Tous les animaux, collection Questions/réponses – Illustrations de Prisca le Tandé- éditions Nathan, novembre 2021 – dès 5 ans – 96 pages – 12,90€

D’une aube à l’autre, Laurence Tardieu

d'une aube à l'autre

Le récit bouleversant d’une mère, d’une famille, dont la vie bascule avec la découverte de la leucémie du petit dernier. Puissant, émouvant, magnifique.

Quand la maladie vous projette en enfer

Depuis quelque temps, le petit dernier de Laurence Tardieu, Adam, affichait une fatigue inhabituelle. Des examens sanguins révèlent quelques faiblesses au niveau de la formule sanguine, mais rien à priori d’alarmant. Sauf que son état se dégrade et nécessite de nouvelles analyses. Et le verdict de tomber, aiguisé comme un couperet : le jeune Adam, âgé de 5 ans à peine, est atteint d’une leucémie aigüe myéloblastique. Il doit être hospitalisé en urgence en service d’hématologie. Pour un an. S’il s’en sort.

C’est pour Laurence Tardieu et Gilles, son conjoint, ainsi que pour les deux filles ainées du couple, le catapultage dans un nouveau monde, la perte des traditionnels repères, de tout ce qui jusqu’alors jalonnait leur quotidien. C’est la propulsion en l’espace d’une minute dans un univers totalement inconnu et effrayant, celui de la maladie, du confinement en chambre stérile, de la fluctuation des diagnostics, des montagnes russes, des tsunamis d’angoisse.

Mais pas seulement.

Ce tsunami oblige à se recentrer sur l’essentiel, à se découvrir des ressources et des forces insoupçonnées, à reconsidérer ses priorités. Cette mort de la vie d’avant est l’opportunité de renaitre plus fort, plus loin. Lors dune nouvelle aube.

Renaitre plus fort

Avec D’une aube à l’autre, paru en cette rentrée littéraire 2022 aux éditions Stock, Laurence Tardieu nous livre son combat intime et celui de toute sa famille, lors des 158 jours d’hospitalisation de son fils Adam. Sans voyeurisme malsain, en évitant avec brio l’écueil du pathos, elle revient sur le séisme qui les a secoués, ses trois enfants, son conjoint et elle. Dans un style presque animal, d’une puissance évocatrice inouïe, elle emporte le lecteur à ses côtés dans le combat qui fut leur de mars à août 2020 à l’hôpital.

Mais ne vous y trompez pas. Il ne s’agit pas du simple journal intime d’une mère, de la description des jours, des semaines et des mois d’hospitalisation. Pas plus qu’il ne s’agit d’un livre sombre. Non, Laurence Tardieu parvient à faire naître de ce champ de ruines de sa vie d’avant, un espoir, une détermination et un amour de la vie d’une force rare, qui crève les pages. Et nous interroge sur la solidité du couple face aux épreuves : que deviennent nos priorités quand un enfant reste malade ? Jusqu’où refuse-t-on de renoncer à ce qui faisait sa vie jusque-là (travail, réussite sociale, loisirs, vie amicale…) ? Qu’est-ce qu’on préserve à tout prix et pendant combien de temps ? C’est aussi l’occasion d’une réflexion sur nos ressources cachées, sur ce dont nous sommes capables face à l’adversité. Et ce que ce genre de combat change définitivement en nous.

«Il m’a fallu une dizaine de jours pour apprendre ce que la vie, en 47 ans, ne m’avait pas enseigné : le courage, la force, la lucidité ne sont possibles que dans la détente et le renoncement, dans l’absence de défense et non dans le corps qui se dresse, qui se prépare, qui guette. »

Un livre d’une foudroyante beauté. Hymne à l’amour, au courage. A la vie.

Informations pratiques

D’une aube à l’autre, Laurence Tardieu- éditions Stock, janvier 2022 – 19,50€ – 231 pages