Mes lectures en 2016 : plus de 150 découvertes

Plus de 150 livres lus et chroniqués en 2016, cette année fut riche en découvertes, tant dans le domaine adulte que jeunesse.

Pour 2017, je vous souhaite des rêves à n’en plus finir , l’envie de les réaliser et la possibilité de les concrétiser, du moins le plus grand nombre d’entre eux.

BELLE ET HEUREUSE ANNEE 2017!

Citation du jour

 » – Merci, maître, de m’avoir remis sur le chemin, de m’avoir montré que j’étais capable d’y marcher.
– Tu as raison, Jun. Le but, ce n’est pas le bout du chemin, c’est le cheminement.
– Voilà. Je ne veux pas triompher, je veux vivre.
– Bien vu. La vie n’est ni jeu ni un match, sinon il y aurait des gagnants. »

Le sumo qui ne pouvait pas grossir – Eric-Emmanuel Schmitt

new-zealand-nature-2880x1800

Citation du jour

Ah !, le quotidien.. Comme il est plus aisé de disserter sur les grands principes que de faire face au jour le jour aux soucis qui se mettent en travers de son chemin.. .Mais il avait quand même, au fil des ans, remporté d’infimes victoires sur lui-même, commençant progressivement à lâcher prise sur son image,l’envie d’être reconnu, le besoin d’avoir raison, s’abstenant de réagir sans cesse aux critiques injustifiées ou aux méchancetés des autres, apprenant lentement à tourner la page des regrets, à renoncer à la nostalgie des bonheurs passés, ces sables mouvants de mélancolie dans lesquels il avait souvent eu la complaisance de s’abandonner. Il était même parvenu à se libérer un peu, juste un peu, de l’étreinte des envies, apprenant à jouir davantage de chaque instant de la vie, de ses relations, de son travail, sans rien désirer d’autre que ce qu’il avait déjà…

Laurent Gounelle, Le philosophe qui n’était pas sage.

83109776_o

Le tableau, Laurence Venturi

img_1676

Le tableau, Laurence Venturi

Editions Albin Michel, novembre 2016

Trouver un Modigliani dans sa cave, le rêve ! Pour l’auteur, c’est même une réalité. Mais partir sur les traces de ce tableau, du grand-père qui l’a acquis, n’est pas sans risque. Et si le rêve premier virait au cauchemar ? Un roman fascinant.

Certains accidents peuvent vous réserver de sacrées surprises. Alors que sa cave est inondée, la narratrice est obligée d’extraire précipitamment ce que l’eau n’a pas encore détérioré. Et de découvrir parmi les tableaux du défunt grand-père Silvio entassés là, un portrait qui ressemble farouchement à une œuvre de Modigliani. Aucune signature cependant attestant du bien-fondé de cette hypothèse. Or le maître est un des peintres le plus copié.

Qu’à cela ne tienne, pareille découverte ne saurait rester sans suite. Et d’investiguer dans les coulisses du monde de l’art, obsédée par la quête de la vérité. Ce portrait de Béatrice Hastings est-il répertorié dans le catalogue Ceroni ? Encore faudrait-il que ce document, qui est pourtant LA référence dans le milieu, soit sans failles… Et comment Silvio, émigré italien qui s’est établi comme tailleur à Paris, serait-il entré en possession d’une telle œuvre? Silvio Visconti, un personnage très haut en couleur que son mari vénère. Or s’attaquer à une icône de la famille, percer à jour les zones d’ombre de son existence, n’est pas sans conséquences.

Dans ce roman fascinant, rédigé à la manière d’une enquête presque policière, Laurence Venturi nous fait pénétrer dans les coulisses du monde de l’art, voyager dans le temps aux côtés de Modigliani, Max Jacobs, Delaunay, Picasso, Lagar et réaliser qu’il est des secrets de famille qu’il ne vaut mieux pas déterrer…

Il était 3 fois : Boucle d’Or et les trois ours (Nathan)

004430273

Il était 3 fois : Boucle d’Or et les trois ours, Christine Naumann-Villemin (auteur) et Laurent Simon (Illustrateur)

Editions Nathan, octobre 2016

A partir de 3 ans.

64 P.; 14,90€.

La collection « Il était 3 fois » se propose de détourner un grand conte classique, en l’occurrence ici, Boucle d’Or et les 3 ours. Pour trois fois plus de plaisir!

Vous connaissez forcément le conte de Boucle d’Or et l’avez sans doute déjà lu à vos enfants. Ce que vous propose ici la collection « Il était 3 fois », chez Nathan, est judicieux et amusant : dans chacune des trois histoires, l’auteur va changer un élément structurant du conte.

Ainsi, dans Bouclette, Boucle d’Or est un caniche! Un ravissant chiot égaré dans la forêt, qui va trouver refuge dans la maison de la famille Lenounours et y faire quelques dégâts. Mais la famille Lenounours sera t-elle en colère ou adoptera t-elle la jolie boule de poils?

Dans la seconde histoire, Bouclinouk, changement de décor : Boucle d’Or est une inuit et vit sur la banquise, banquise sur laquelle sévissent trois méchants ours polaires. Vont-ils la manger ou parvenir à cohabiter?

Enfin, le troisième volet fait de Boucle d’Or Boucle Doc, une vétérinaire amoureuse des animaux. Mais quand trois ours pas gentils du tout frappent à sa porte, ou plutôt explosent sa porte avec leurs pieds, va t-elle fuir ou les soigner?

Cette collection ravira vos chères têtes blondes grâce à l’humour des textes, aux nombreuses variantes, courtes et très accessibles, offertes dans cette histoire. Une très belle idée servie par des illustrations drôles et colorées! Des histoires du soir, par excellence, qui offrent un moment de complicité, un temps calme et précieux, avant de partir pour le pays des rêves en compagnie de Boucle d’Or.

La chasse au tuc-tuc-tuc, ou comment aider l’enfant à apprivoiser sa peur de la nuit

ob_072026_9782092567012

La chasse au tuc-tuc-tuc, Astrid Desbordes (auteur) et Marc Boutavant (illustrateur)

Editions Nathan, novembre 2016

A partir de 4 ans.

32 P.; 6,95€

Au coeur de la forêt, dans un châtaignier à étage, vit un charmant écureuil prénommé Edmond. Seulement voilà : la nuit, quand il ne parvient pas à dormir et entend des bruits étranges, il n’est pas rassuré. Que sont ces tuc-tuc-tuc? Heureusement, il peut compter sur ses amis Georges hibou et Mitzi la chauve souris pour l’aider à affronter ses peurs. Et de partir à la chasse au tuc-tuc-tuc en pleine nuit, tout juste éclairés par la lune. L’occasion pour Edmond de réaliser que la nuit est plus belle qu’il ne le pensait et surtout, bien moins effrayante! Le croissant de lune si beau à contempler, le chant du vent dans le saule, le vol des lucioles, la nuit peut être chouette aussi!

Une très jolie histoire qui mêle amitié, émotions et aventure, avec des personnages hauts en couleur. Une aventure d’Edmond et ses amis qui aidera les petits qui appréhendent de se retrouver seuls dans leur chambre la nuit.

Un livre à glisser au pied du sapin sans hésiter!

Délivre le père Noël! Orianne Lallemand (Nathan)

004479741

Délivre le père Noël, Orianne Lallemand (auteur) et Caroline Hüe (illustrateur)

Editions Nathan, octobre 2016

A partir de 4 ans. 

16 pages d’animations; 14,90€

Voilà un livre qui va ravir les enfants. Imaginez donc : non seulement le père noël a disparu, à quelques jours seulement des fêtes, mais ce sera à votre enfant de partir à sa recherche par le biais d’animations proposées à chaque double page. Une mission qu’il a intérêt de mener à bien, sinon pas de cadeau au pied du sapin!

Avec beaucoup d’humour tant dans les textes que dans les illustrations, les deux auteurs embarquent les enfants dans un jeu de piste captivant. Des indices sont à repérer, des volets à soulever, des roues à tourner, pour retrouver la trace du père noël et mettre à mal les sombres desseins de Gâche-Noel.

Un livre qui les rend acteurs de l’histoire et leur permettra de développer leur concentration et leur sens de l’observation.

Un très beau livre à offrir au pied du sapin!

Citation du jour

Vous vous souvenez qu’hier nous avons parlé du bébé qui apprend à marcher et ne se décourage jamais, malgré ses échecs à répétitions ?
– Oui
– S’il persévère et finit par réussir, c’est notamment parce qu’aucun parent au monde ne doute de la capacité de son enfant à marcher, et aucune personne au monde ne va le décourager dans ses tentatives. Alors qu’une fois adulte, nombreux seront les gens qui vont le dissuader de réaliser ses rêves.

Laurent Gounelle, L’homme qui voulait être heureux (Anne Carrière éditions)

homme-qui-voulait-etre-heureux-gounelle

Maman est en haut, Caroline Sers

images

Maman est en haut, Caroline Sers

Editions Buchet Chastel, octobre 2016

Cerise, quadra, doit jongler entre son travail, ses deux enfants qu’elle élève seule et les incessants appels téléphoniques de sa mère. Aussi, quand cette dernière appelle une énième fois, ne prête t-elle qu’une oreille distraite à ses propos. Le soir même, c’est la gendarmerie qui la contacte à son sujet. Sa mère est en garde à vue. Aucun détail supplémentaire ne lui est donné.

Tandis qu’elle s’interroge sur ce qui a bien pu se passer, d’autres tensions surgissent. Une réorganisation au travail, son ex-mari qui souhaite qu’ils revivent ensemble, Cerise, habituée à composer et à s’adapter aux attentes des autres, va t-elle continuer à taire ses propres envies et besoins ? Ou va t-elle affronter enfin sa famille , faire et assumer ses propres choix ?

Lorsque sa mère, sortie de sa garde à vue, invite tout le monde à la maison, les tensions sont à leur comble. Une simple parole peut tout faire exploser.

Dans ce roman sur la famille – avec ses secrets, ses rivalités intestines, ses drames, mais aussi sur la crise de la quarantaine, Caroline Sers adopte un ton caustique jubilatoire. Même si on déplore quelques longueurs, cette maman haut-perchée, ses deux enfants et petits-enfants forment une famille explosive dont on savoure les réparties, l’humour, la justesse des situations et ressentis.

Un moment de détente agréable.