L’algorithme du cœur, Jean-Gabriel Causse

l'algorithme du coeur Jean Gabriel Causse

©Karine Fléjo photographie

Ces cinquante dernières années, l’Intelligence Artificielle n’a cessé d’évoluer. Aujourd’hui, les ordinateurs et programmes sont capables de raisonner, d’apprendre, d’interagir avec l’homme, voire de le dépasser. Il ne leur manque que l’intelligence des émotions. Une carence que pallie Jean-Gabriel Causse dans son nouveau livre.

Intelligence Artificielle, Big Data : et si les machines dépassaient l’homme ?

Justine est une hackeuse éthique. Elle ne pirate pas les sites internet des plus grandes sociétés, voire celles du service des armées juste pour s’amuser, ou pire, pour voler des données confidentielles. Non, elle défie les services de sécurité pour leur prouver sa dextérité, sa capacité à  s’infiltrer dans les failles de leur système. Une fois introduite dans le système informatique, elle laisse directement son CV au directeur informatique et au PDG. Comme une carte de visite qu’elle leur donne, dans l’espoir de leur louer ses services pour renforcer leur sécurité ensuite.

Lors d’une de ses intrusions dans le système informatique de l’armée américaine, elle assiste médusée à l’envoi de missiles dotés d’ogives nucléaires. Une troisième guerre mondiale serait donc en cours ? Sidération. Quand soudain, les points lumineux représentant les ogives sur la carte changent brutalement de direction et s’abiment dans le Pacifique. Qui a donc détourné les missiles nucléaires ? Qui a voulu éviter le conflit ? Justine s’interroge, d’autant que le discours officiel veut faire croire que la destruction des ogives émane de leur fait, dans un souci pacifiste. Justine sait qu’il n’en est rien, que l’armée a perdu le contrôle. Mais qui est aux manettes ? Un autre hacker ? Par ailleurs, l’armée américaine désormais sait qu’elle a assisté au lancement d’une guerre nucléaire, ce qui fait d’elle une femme ardemment recherchée.

Une course contre la montre s’engage. Elle doit découvrir qui a la main sur ces missiles avant que l’armée ne mette la main sur elle. C’est alors qu’elle découvre l’impensable. Arpanet, le réseau des réseaux, a pris le contrôle du monde. L’homme a-t-il enfanté d’un monstre ? Pour Justine, une seule solution : rendre Arpanet « humain », c’est-à-dire capable de ressentir les émotions, l’empathie, afin d’éviter qu’il ne commette des carnages.

L’algorithme du cœur ou quand les machines ressentent les émotions

Après son essai passionnant sur L’étonnant pouvoir des couleurs, son roman si touchant intitulé Les crayons de couleur, Jean-Gabriel Causse nous revient avec un troisième livre : L’algorithme du cœur. Un roman d’anticipation dont les préoccupations sont très contemporaines. Les hommes cohabitent de plus en plus dans leur chair avec les machines grâce aux nanotechnologies, aux biotechnologies, aux membres et organes artificiels implantés en eux. Les machines, quant à elles, ne cessent de converger vers l’homme, capables désormais de raisonner, d’interagir avec lui, d’apprendre, de comprendre, voire de dépasser l’homme dans certains domaines : plus performantes, plus rapides et plus fiables. A ce rythme, les progrès exponentiels dans le domaine numérique permettront peut-être aux machines d’acquérir ce qui leur manque : l’intelligence des émotions.

Le thème abordé par Jean-Gabriel Causse est passionnant. Et nous concerne tous. Les progrès numériques sont tels, que nous ne pouvons plus ni les nier ni reculer. Il nous faut apprendre à composer avec cette déferlante, surfer dessus et non nous y opposer au risque de nous noyer. L’homme perd de sa toute-puissance, devra accepter de plus en plus l’aide des machines voire de s’effacer devant elles parfois (voitures pilotées uniquement par des ordinateurs, robots sur les champs de déminage…) mais cette perte d’hégémonie peut se faire au prix d’un gain autrement plus important : faire des machines nos alliées pour améliorer nos conditions de vie, progresser en médecine, protéger la planète, vivre en bonne entente dans le respect des autres. Pour que l’Intelligence Artificielle devienne la meilleure chose arrivée à l’homme et non la pire…

Un seul petit bémol pour moi dans cette lecture : certains passages du roman sont très techniques et m’ont un peu dépassée. Mais ils ont aussi aiguisé ma curiosité et m’ont poussée à essayer d’en apprendre davantage sur ce domaine.

 

Publicités

Rentrée littéraire : coup de coeur pour Les crayons de couleur, de Jean-Gabriel Causse (Flammarion)

21122220_1727989853895591_5015748354428741510_o.jpg

Les crayons de couleur, Jean-Gabriel Causse

Flammarion, septembre 2017.

Rentrée littéraire 2017 

Il y a 3 ans, je vous avais parlé du précédent ouvrage de Jean-Gabriel Causse, designer coloriste de profession : Le pouvoir des couleurs (éditions du Palio). Un ouvrage fascinant. L’auteur nous revient cette année avec son thème de prédilection – les couleurs, mais sous forme de roman cette fois. Un coup de coeur !

Imaginez que toutes les couleurs disparaissent…

Cette journée s’annonçait comme les autres, quand soudain, toutes les couleurs s’évanouissent. Tout n’est plus qu’un camaïeu de gris. Au sein de la population, c’est la panique. Bien que vénérant ces dernières années le noir, le blanc et le gris, que ce soit dans la mode, l’industrie, ou l’habitat, à la perspective de ne pas retrouver les couleurs les individus se sentent envahis d’une indicible angoisse. Et font grise mine.

Spécialistes et scientifiques sont mobilisés. Charlotte Da Fonseca, docteur en neurosciences et spécialiste des couleurs, se voit confier une émission quotidienne sur France Inter. Les auditeurs veulent savoir, comprendre, réagir. La population est-elle touchée d’achromatopsie ?

Dessiner avec le cœur

C’est alors qu’un miracle opère. Quand la fille de Charlotte, Louise, dessine, la couleur du crayon qu’elle utilise redevient visible pour tout un chacun. Mais cela n’est possible qu’avec certains crayons fortement dosés en pigments, les crayons Gaston Cluzel dernière génération. Une denrée rare. Et un pouvoir qui suscite l’intérêt de beaucoup, dont la mafia chinoise…Car les couleurs ont des pouvoirs et non les moindres : elles modifient nos perceptions et nos comportements. Le temps est compté. L’heure grave.

 

Ce roman qui revêt toutes les couleurs des émotions, est un vrai coup de cœur. Les personnages sont indiciblement attachants, l’intrigue haletante, l’humour et la tendresse omniprésents. Un roman Feel good qui vous fera non seulement échapper à la grisaille de la rentrée, mais vous enseignera aussi le fascinant pouvoir des couleurs.

Un roman qui va colorer votre vie !

L’étonnant pouvoir des couleurs, de Jean-Gabriel Causse : fascinant!

image

L’étonnant pouvoir des couleurs, de Jean-Gabriel Causse

Éditions du Palio, mai 2014

Après avoir lu ce livre au style direct, léger et souvent drôle, vous ne choisirez plus vos couleurs par hasard.

Jean-Gabriel Causse est designer-coloriste, profession qui consiste à déterminer les couleurs qui seront la tendance de demain, à trouver les bonnes couleurs en cohérence avec le positionnement des marques et les attentes des consommateurs, et enfin, à travailler les couleurs en fonction de leur influence sur nos comportements. Et c’est ce dernier volet de son métier qu’il développe ici.

Le choix d’une couleur est tout sauf anodin. Dans cet ouvrage émaillé de nombreux exemples édifiants, l’auteur fait le point sur les études scientifiques et les expériences très sérieuses menées sur ce sujet. Et force est d’admettre que les influences psychiques ou physiologiques des couleurs, dans tous les domaines de notre vie, sont bien réelles. Et d’autant plus puissantes que nous n’en sommes pas toujours conscients, loin s’en faut.

Elles interfèrent partout. Dans notre perception du goût : on goûte un plat avec ses yeux bien avant de l’apprécier avec son palais! Prenons deux yaourts, l’un à la fraise, l’autre à l’ananas. Intervertissons les colorants alimentaires (rose fraise pour le yaourt à l’ananas et jaune ananas pour le yaourt à la fraise.) Les consommateurs ne se sont pas rendus compte du subterfuge lors du test, et furent convaincus avoir mangé pour le yaourt rose, un yaourt à la fraise et pour le jaune, un yaourt à l’ananas. Ils n’ont réalisé le subterfuge qu’après avoir été informés de la manipulation, preuve que « l’œil est sans conteste plus influent que le palais dans notre perception cognitive »! Et il en est de même pour l’odorat : plus un sirop à la fraise est rouge, plus il sent la fraise.

Le domaine des sens n’est pas le seul concerné. La créativité s’épanouira dans un environnement bleu, le vert conditionnera à aller de l’avant et mettra en confiance, un bureau avec une dominante chromatique incitera à une meilleure productivité qu’un bureau aux murs blancs. Ou encore : on a plus envie de sexe dans une chambre mauve! En effet, une étude portant sur 2000 personnes a cherché à déterminer s’il y avait un rapport entre la fréquence de leurs rapports sexuels et la couleur dominante de leur chambre. Le rouge arrive bien évidemment en tête (3.18 rapports par semaine), mais dépassé sur la ligne d’arrivée par le mauve (3,49 rapports). Largement distancés sont le blanc (2,02 rapports), le beige (1,97 rapports) et le gris (1,80). Alors, de quelle couleur sont vos rideaux?

Que ce soit dans le domaine de la décoration d’intérieur, la productivité, le marketing, la mode, la psychologie, l’apprentissage scolaire et professionnel, le désir sexuel, la créativité, les couleurs parlent. Et Jean-Gabriel Causse se propose de nous faire entendre ce qu’elles ont à nous dire. Afin de les choisir désormais en toute connaissance de cause et non plus par hasard. Afin d’éviter les choix et associations malheureux. Afin de tirer le meilleur parti, dans votre vie personnelle et professionnelle, de ces fascinantes informations. Un ouvrage passionnant!