Le nouveau roman de Raphaëlle Giordano : Le jour où les lions mangeront de la salade verte

IMG_6081

Le jour où les lions mangeront de la salade verte, Raphaëlle Giordano

Editions Eyrolles, mai 2017

 318 P. ; 16€

 

Après l’énorme succès en librairie de « Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une », Isabelle Giordano nous revient avec un deuxième opus « Le jour où les lions mangeront de la salade verte », comprenez : l’homme est un lion pour l’homme.

Dans ce roman, Romane, trentenaire, dirige une entreprise nommée Sup’ de Burnes. Les services proposés ? Aider les êtres sujets ou victimes de burnerie, à faire face grâce à des stages, des conférences, des mises en situation. La burnerie, « c’est le nom qu’elle a trouvé pour nommer l’ensemble des comportements plus ou moins nuisibles auquel presque tout le monde est confronté dans son quotidien, au bureau, à la maison, ou partout ailleurs. Un client ou un automobiliste passant ses nerfs sur vous, un supérieur hiérarchique vous critiquant publiquement, un conjoint manquant du tact le plus élémentaire… » Nous y sommes tous confrontés un jour où l’autre, voire chaque jour!

Et dans cette nouvelle session de stage, elle se retrouve avec un élève qui relève du plus beau spécimen de burnerie. Maximilien Vogue, PDG d’un grand groupe de cosmétique, a un charme indéniable, un charisme dont il use et abuse. Et un comportement avec les autres absolument déplorable. Un véritable défi pour Romane. Un défi d’autant plus difficile à relever qu’il lui faut lutter contre son attirance irrépressible pour lui. Or professionnelle jusqu’au bout des ongles, elle ne peut pas succomber à son élève.

Sous la forme très habile d’un roman, Raphaëlle Giordano aide le lecteur à identifier les travers de la burnerie, lui donne des clefs pour y faire face (et même un petit guide en fin d’ouvrage). Et surtout, elle montre avec brio qu’il n’y a ni fatalité à subir pareils comportements irrespectueux et injustes, ni fatalité à se comporter soi-même de la sorte. La burnerie n’est pas une fatalité en soi et se soigne ! Un roman positif, pétillant et instructif.

 

 

 

La manipulation au quotidien, Christophe Carré (Eyrolles) : édifiant!

19665647_1673330489361528_7925459346724598880_n

La manipulation au quotidien, Christophe Carré

Editions Eyrolles, février 2017

266 P. ; 18€ 

Pourquoi se laisse-ton manipuler ? Qui sont les gens qui manipulent ? Quelles sont leurs façons d’agir ? Comment ne plus entrer dans leur jeu et éviter d’être soi-même manipulable ? Les pratiques manipulatoires sont-elles contestables ?

La littérature sur la manipulation, sur la perversion narcissique n’a jamais été aussi florissante que ces dernières années. Pas un magazine qui n’y consacre pas un dossier. Pas un rayon de psychologie ou de développement personnel en librairie qui n’ait pas ses ouvrages sur ledit sujet.

Alors pourquoi venir vous présenter un énième livre sur le sujet ? Pour deux raisons. La première, c’est que Christophe Carré ouvre le champ à bien d’autres types de manipulation que celle, destructrice et dangereuse, de la perversion. La manipulation est en effet victime d’une erreur métonymique : on la confond bien souvent, de façon abusive, avec l’une de ses facettes, à savoir la manipulation destructrice. Une vision très réductrice. Car la manipulation a bien des visages :

  • La manipulation par ignorance : il s’agit d’obtenir maladroitement quelque chose de l’autre
  • La manipulation intéressée : dans le cas de la recherche d’un bénéfice personnel
  • La manipulation pour détruire : a pour but de dévaloriser, humilier et détruire la victime
  • La manipulation bienveillante : lorsqu’il s’agit d’aider, éduquer, écouter, guider.

 

C’est ainsi que nous en venons à la deuxième raison de lire cet ouvrage : le regard novateur de l’auteur. Non seulement la manipulation revêt divers visages, n’est pas à diaboliser systématiquement, mais elle n’est pas que le fait d’individus malveillants et/ou isolés. L’auteur balaie la dichotomie fréquemment rencontrée avec d’un côté les pauvres victimes, et de l’autre, les manipulateurs. « Manipulateurs, nous le sommes tous, à des degrés divers, et il n’y a là que de très humain. (…) La manipulation fait partie du jeu social et, quand elle n’est pas destructrice – ce qui est somme toute assez rare – elle est souvent, de loin, préférable à la contrainte, à la violence ou aux cris ». Quand vous promettez une récompense à votre enfant s’il range sa chambre, n’est-on pas dans la manipulation?

Avec des exemples très parlants, des tests et exercices, ce livre complet vous offre à la fois un ensemble théorique et pratique pour contrecarrer les manipulations nocives et stimuler les manipulations bienveillantes. Ou pour reprendre le sous-titre du livre : la manipulation au quotidien, la repérer, la déjouer et en faire bon usage !

 

50 exercices d’EFT(technique de libération émotionnelle), Marielle Laheurte

img_2618

50 exercices d’EFT (technique de libération émotionnelle), Marielle Laheurte

Editions Eyrolles, janvier 2017

134 P ; 9,90€.

Des exercices à la portée de chacun, pour libérer ses émotions et se faire confiance. Ou le mieux-être au bout des doigts.

Avant la lecture de cet ouvrage, je n’avais jamais entendu parler de cette technique de libération émotionnelle. Grande était donc ma curiosité.

A qui s’adresse-t-elle ?

A toute personne désireuse d’accroître sa confiance en elle-même, de se débarrasser d’une phobie, de mettre fin à une addiction (tabac, …), d’améliorer ses performances sportives, de mieux dormir, de cesser de ressasser, de gérer son émotivité, ses douleurs. Et bien d’autres domaines encore. Autrement dit, à toute personne désireuse d’améliorer son bien-être de façon totalement naturelle et douce.

Est-ce facile à appliquer ?

Oui. Grâce aux exercices progressifs et ludiques de ce livre, aux illustrations et explications claires, vous parviendrez à mettre facilement ces principes en application. Il suffit juste d’un peu de volonté ! Ses bases s’apprennent en quelques minutes et même les enfants peuvent les utiliser seuls.

Le principe ?

Membre de la famille des techniques psycho-énergétiques, l’EFT peut être comparée à une méthode d’acupuncture sans aiguilles, qui libère les nœuds émotionnels. Appelée aussi « Tapping » elle consiste à tapoter des points méridiens du corps tout en se concentrant sur les points à traiter jusqu’à ce que les émotions négatives associées disparaissent. Son postulat est en effet que tout problème, physique comme psychique, est relié à un nœud énergétique.

 

Alors, prêts à essayer ? L’EFT s’applique à tous les domaines et permet de booster son épanouissement et son développement personnel. La preuve s’il en était besoin, que notre corps et notre esprit sont très fortement liés, que l’être humain doit être considéré dans son entièreté (corps, esprit, pensées, énergie) pour qu’une thérapie soit efficace.

Explorez la méthode l’esprit ouvert et laissez-vous surprendre par ses résultats !

 

Avoir la vie de ses rêves, de Arnaud Gérard : c’est possible! La méthode en six étapes.

 

fullsizerender

Avoir la vie de ses rêves, de Arnaud Gérard

Six étapes pour réveiller le meilleur de nous-mêmes.

Editions Eyrolles, janvier 2017

Réussir aussi bien sa vie professionnelle que personnelle, qui n’en a pas rêvé ? Arnaud Gérard, coach de groupes, animateur d’ateliers et de séminaires basés sur la Transformation personnelle, vous propose non plus seulement de le rêver, mais de le concrétiser. Un ouvrage passionnant et édifiant.

47% des français se plaignent de ne pas être satisfaits de leur vie, voire de passer complètement à côté de leur épanouissement tant professionnel que personnel. Manque de temps, de confiance en soi, de ciblage de ses besoins et envies, de méthode, stress, …, les raisons avancées sont multiples. Une fatalité ? Non. Et ce livre est un excellent plaidoyer pour la responsabilité de chacun dans les choix qui gouvernent sa propre vie. Ou pour reprendre Eleanor Roosevelt : «  Tout au long du chemin on construit sa vie et on se construit soi-même. Les choix que l’on fait sont au bout du compte de notre simple responsabilité. » 

A partir de son expérience, réussie, de transformation personnelle, Arnaud Gérard a mis au point une méthode inspirée de la PNL, mais aussi de la gestion du temps, du stress, des projets et du repositionnement professionnel , pour renforcer notre confiance et réussir avec nos proches les projets qui ajoutent du sens à notre vie. C’est le fruit de ses recherches et expérimentations qu’il se propose de partager ici. 

Dans cet ouvrage très complet et très accessible, illustré de nombreux exercices pratiques et de témoignages inspirants, l’auteur propose six étapes pour réveiller le meilleur de nous-mêmes. Chacun à son rythme va définir ses besoins, ses valeurs, ses priorités, ses objectifs, ses points forts et faiblesses, les blocages et risques. Et son parcours de lecture. Car cet ouvrage ne se lit pas de façon linéaire. Il donne des clefs dans chaque chapitre et chacun, selon les serrures qu’il souhaite ouvrir, selon les cadenas qu’il souhaite faire sauter, va composer son propre trousseau de clefs et donc son propre ordre de lecture.

Ce livre est une véritable bible, le « sésame » d’une transformation personnelle réussie. Tous les outils sont donnés pour passer de l’envie à l’action. Et de l’action au but fixé. Car là où se trouve une volonté, il existe un chemin (Winston Churchill).

A lire!

Kar’Interview : Rencontre avec Sabrina Philippe, auteur de « Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part »

 

Le 26 janvier, est sorti aux Editions Eyrolles, le roman de Sabrina Philippe : Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part. Rencontre avec l’auteur.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Sabrina Philippe : Je suis psychologue, ai participé à des émissions télévisuelles comme Toute une histoire avec JL Delarue. Aujourd’hui, je continue à collaborer à plusieurs émissions, magazines. J’ai un cabinet en libéral et enseigne la psychologie. Je suis devenue « une psychologue spécialiste de l’amour ».

Comment est né ce livre ?

SP : Je pensais bien maîtriser la question de l’amour, du moins en termes de psychologie. Et puis j’ai fait moi-même une rencontre qui a bouleversé ma vie et a chamboulé ma conception de l’amour et bien davantage : ma conception du monde, de ce que j’avais à faire sur cette terre. Or je ne me l’expliquais pas, ne comprenais pas ce qui m’arrivait. J’ai donc cherché des réponses dans la littérature, les religions, la philosophie, ai beaucoup lu, me suis beaucoup interrogée. Petit à petit ce livre s’est imposé comme une évidence à écrire.

Une sorte d’essai sur ce que vous aviez découvert de l’amour, notamment sa dimension spirituelle ?

SP : Non, je ne me voyais pas rédiger un livre qui soit un cours. Déjà, parce que je ne me sentais pas la légitimité d’aller affirmer les choses dans un domaine où il y a encore beaucoup à apprendre. Par contre, j’avais cette envie de transmettre ce que j’avais vécu et ce que j’avais appris de mes recherches à ce sujet. Et l’écrire sous forme de roman à la première personne est ce qui m’est apparu le plus évident et le plus sincère. Ce roman est sorti de moi avec beaucoup d’évidence. Je l’ai conçu à deux voix : celle de celui qui sait et de celui qui ignore. Je l’ai construit comme un chemin initiatique pour emmener le plus possible le lecteur à s’interroger et à avoir certains éclaircissements sur l’amour du point de vue spirituel.

Ce livre est donc autobiographique ?

SP : Je n’ai pas romancé tant que cela en effet. Il y a beaucoup d’autobiographie. Ces moments où j’écris à la première personne sont ceux que j’ai vécus.

Quel est le message essentiel de ce livre ?

SP : Ouvrons les champs sur certaines personnes que nous pouvons rencontrer et qui vont transformer notre vie. On n’a pas forcément la compréhension des évènements qui se passent. La vision qu’on a de l’amour, de l’âme sœur, est en ce sens à revoir. Nous venons sur terre pour accomplir une mission et certains évènements, certaines rencontres, peuvent nous y aider. A chaque fois qu’il nous arrive quelque chose, il faut se dire : cela a une raison d’être ; il faut essayer de comprendre quel est le sens caché, se demander ce qu’on peut en apprendre sur soi, sur les autres, sur le monde.

A-t-on tous en nous cette capacité de voir, de percevoir, de sentir ?

SP : La difficulté est dans le fait d’ouvrir les yeux, de se dire que notre travail, notre conjoint, ce qu’on fait, où l’on vit, n’est peut-être fait pour soi. Qu’est-ce qui est bon, juste, pour moi ? Et ensuite il faut accepter la transformation… On ne se transforme que dans la souffrance. La joie nous fige car on n’a qu’une envie, que rien ne bouge !

Mais si on a une mission (à identifier) qui nous est assignée sur cette terre, alors que nous reste t-il comme liberté, comme choix ?

« Tout ce qui doit se faire se fasse, quoi qu’on fasse pour l’éviter. Tout ce qui ne doit pas se faire ne se fera pas, quoi qu’on fasse pour le provoquer. » L’idée est que l’on doit faire de son mieux dans tous les domaines (couple, travail, …), mais qu’on doit laisser ouvert le champ pour que ce qui doit se faire se fasse. Si on ne comprend pas une leçon, la vie se charge de nous la resservir, sinon. On a toutefois son libre arbitre, celui de se faciliter les choses pour mener à bien notre mission.

Comment définiriez-vous l’âme sœur ?

On entend différents termes « Ame-soeur », « Flamme jumelle » sans savoir ce dont on parle. Je pense, comme en parlait Marie Lise Labonté, que nous appartenons à des familles d’âmes. D’où le fait que certaines personnes nous paraissent si proches, d’autres non. L’âme-sœur, peut-être est-ce la scission d’une même âme, il y a une forme de reconnaissance, de compréhension mutuelle très forte qui provoque un chaos, avec des perceptions souvent extraordinaires (télépathie vsion, etc). Et on ne vit pas cela pour notre bonheur personnel mais pour générer quelque chose, pour nous aider à accomplir notre mission. Chacun d’entre nous à quelque chose à transmettre. Et mon livre est là pour transmettre.

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part,  Sabrina Philippe, aux éditions Eyrolles. 278 pages, 14,90€.

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part, Sabrina Philippe : une autre vision de l’amour

15941464_1477819392245973_6916751390181971878_n-copie

Tu verras, les âmes se retrouvent toujours quelque part, Sabrina Philippe

Editions Eyrolles, janvier 2017

278 P. ; 14,90€

Elle est jeune, jouit d’une certaine notoriété en tant que psychologue spécialiste de l’amour à la télévision. Et pourtant, sa vie privée est tout sauf épanouie. Paradoxe que de donner à l’écran des recettes pour réussir sa vie de couple, quand soit même on en souffre. Récemment séparée et installée dans un appartement parisien au cœur du Marais, ses pas la portent un jour dans un café de l’île Saint-Louis. C’est alors qu’elle y rencontre une vieille femme dont les propos vont bouleverser sa vision de l’amour. Mais pas seulement : sa conception du monde, du sens même de la vie, de sa mission de vie vont être elles-aussi chamboulées…

Hasard des rencontres ou destin ? Cette vieille femme semble là pour lui apporter des réponses aux questions que justement elle se pose. Et en effet, elle a un savoir à lui transmettre, une vision du monde, du couple, de l’amour, à partager. Et de livrer à la narratrice, page après page, les chapitres de son histoire. Elle a rencontré l’Amour il y a bien longtemps. Pas l’amour au sens où nous l’entendons communément, non. L’âme-soeur. Un amour spirituel. Un amour extraordinaire, au sens premier du terme. Un amour si fort, si perturbant, qu’il vous laisse dans l’incompréhension des sentiments qui vous animent et bouleverse le cours de votre vie.

Au fil des confidences, la narratrice parcourt le chemin de vie de la vieille femme. Un itinéraire initiatique vers une autre conception de l’amour, plus vaste, plus puissante. Les questionnements se multiplient alors et mettent à mal nos certitudes. Et si le but ultime de l’amour n’était pas notre bonheur ? Et si l’amour terrestre n’était pas le dessein réel ?

Ce roman est une réussite à plus d’un titre. Il se dévore grâce à la fluidité du style, à la tension permanente qui tient le lecteur en haleine de la première à la toute dernière page, à l’énergie lumineuse qu’il dégage. Mais pas seulement. Il offre au lecteur des clés pour appréhender différemment l’amour, ouvrir son regard, éveiller son esprit. Sans prétendre détenir la vérité, sans dogmatisme aucun, Sabrina Philippe nous suggère des pistes, nous invite à réfléchir. D’où vient-on? Pour quoi? Où va t-on? Libre à chacun ensuite, fort de cette expérience partagée, de trouver sa propre mission de vie.

Un roman qui touche à l’intime et à l’universel de la passion. Un roman de développement spirituel à lire absolument!

P. 170 : Seule la souffrance nous oblige à apprendre et à nous transformer. La joie nous fige, la souffrance nous anime, car nous cherchons à lui échapper, et par là-même nous nous transformons.  Si vous envisagez chaque épreuve de votre vie comme un apprentissage, alors vous verrez qu’il n’y a plus d’épreuve, il n’y a que des leçons. A chaque fois que quelque chose vous dérange, vous peine, vous terrasse même, demandez-vous : que vais-je pouvoir apprendre de cet événement sur les autres, sur moi-même, sur ce monde ? Et ainsi vous danserez avec l’univers.