Rencontre avec Guy Lagache : « On est seul en tant qu’écrivain, alors que dans l’écriture journalistique on n’est jamais seul »

Guy Lagache et son éditrice Juliette Joste (éditions Grasset), sont venus présenter le roman « Une histoire impossible », paru en ce mois de mai, à la librairie Ici-Grands boulevards à Paris. Rencontre avec l’auteur de ce magnifique premier roman.

Guy Lagache romancier et journaliste

©Karine Fléjo photographie

C’est un texte palpitant, prenant, aussi fort dans la grande que dans la petite histoire. Pouvez-vous nous dire de quoi il s’agit ?

En fait, c’est parti d’un truc assez simple. Il y a quatre ans, à la télévision je m’occupais de l’info et des magazines documentaires au sein du groupe Canal, quand avec notre équipe on a construit une série de documentaires historiques, en appliquant la logique de l’investigation à l’histoire. Et, pour le premier numéro de notre série, on a parlé du débarquement du 6 juin 1940. Et à un moment donné, on a récupéré un document photographique sur lequel il y avait le Général Leclerc qui foulait la plage de Normandie en sortant de la barge, et à sa droite, il y avait un homme.  Et j’ai réalisé que c’était mon grand-père.

Mon grand-père est mort 15 ans avant ma naissance et ma grand-mère nous a juste dit qu’elle et mon grand-père avaient été des résistants de la première heure. Ce que je savais aussi, c’est que leur rencontre s’était faite dans des conditions extrêmement particulières, en 1940, alors que mon grand-père était haut fonctionnaire, diplomate en Chine, et ma grand-mère une jeune fille britannique. Quand mon grand-père a rencontré ma grand-mère, il était déjà marié et avait un enfant. Au-delà de ça, je ne savais rien de leur vie, juste qu’il a débarqué quatre ans plus tard avec le général Leclerc. J’ai toujours été traversé par la question de savoir ce que j’aurais fait à leur place en 1940 ? Je n’avais aucune info car ma grand-mère a brûlé toute sa correspondance avec son mari et parce que mon grand-père est mort. Donc j’ai eu envie de raconter ce qu’aurait pu être leur histoire. Ce qu’a été le destin de cet homme qui a dû faire un choix difficile et un choix qui n’était pas seulement politique.

Ce passage de journaliste à romancier, c’était difficile, c’était nécessaire, ou une libération ?

C’est d’abord un combat. C’est l’Everest (rires). On commence, on se dit que l’objectif c’est d’aller au bout, sauf que cela va prendre trois ans. En plus, c’est un travail d’une immense solitude. Ensuite, il y a un truc que je trouve absolument génial : j’adore raconter des histoires et en tant que journaliste, je l’ai fait souvent pour des documentaires, mais dans la fiction ce qui est extraordinaire c’est qu’on peut pipoter sans aucun problème ! C’est un vrai plaisir et une vraie découverte.

Guy Lagache et Juliette Joste

©Karine Fléjo photographie

Une des forces du roman, c’est d’alterner les deux points de vue de Paul et Margot, les deux héros. Comment faites-vous cet exercice ?

Je l’ai fait intuitivement. Je suis descendu à l’intérieur de moi-même. C’est effrayant car on est seul comme écrivain, alors que dans l’écriture journalistique on n’est jamais seul. J’avais ma femme que je saoulais, à qui je lisais chaque chapitre pour savoir si ça sonnait bien. Mais cela reste très solitaire.

Ce qui est aussi très réussi dans votre livre, c’est la construction, la scénographie, le rythme. Il y a le sens du récit, une maîtrise de l’outil romanesque, qui impressionnent pour un premier roman. D’où cela vient-il ?

A la télé, avec mon équipe à M6, j’ai pris conscience de l’importance de l’histoire. On a raconté des histoires dans nos documentaires et cela m’a beaucoup servi. On avait une vision non-linéaire de la façon de les raconter.

Deuxième chose, c’est une histoire dans laquelle j’avance en reculant tout le temps. Je veux être dans le cerveau de mes personnages. Je me suis amusé à faire des associations d’idées sur la base d’expériences, c’est ce qui m’a guidé. Les récits que j’ai pu faire à la télévision, que ce soit en économie, en histoire, m’ont beaucoup aidé dans la façon de raconter cette histoire-ci.

Guy Lagache

©Karine Fléjo photographie

Pour vous, c’est très important dans ce livre cette question de la conscience, des choix.

Oui. Il y a des périodes dans l’histoire où on fait des choix qui ne sont pas du tout politiques. En mai 1940, quand le gouvernement a décidé de cesser les combats, peu de gens ont décidé de faire de la résistance. Or ceux qui se sont engagés ne se sont pas lancés dans la résistance sur la base d’une analyse politique réfléchie je pense. Ceux qui l’ont fait, avaient un truc en commun : ils ont trouvé une force incroyable, celle d’aller à l’encontre du conformisme et du conservatisme, au risque de tout perdre. Donc Paul a comme choix : j’ai une carrière, je peux gravir les échelons, avoir plus de pouvoir, plus de statut, ou j’entre dans la résistance et quitte ma femme et mon enfant au risque de tout perdre. Que faut-il pour être capable d’être en rupture comme ça ? Je trouve cette question-là passionnante.

S’il y a une histoire d’amour réussie dans ce livre, c’est celle entre la grand-mère et son petit-fils. Pensez-vous que votre grand-mère aurait été fière de ce livre ?

J’espère, ma grand-mère fait partie des gens qui m’ont le plus aimé. Ma thèse était que Margot ressemblait à ma grand-mère : une femme qui en apparence, à la fin de sa vie, est très réservée, loin de la fantaisie, mais qui, dans la période de guerre, est Margot, une femme très rock. Comme s’il y avait un feu sous sa glace.

Une histoire impossible de Guy Lagache

©Karine Fléjo photographie

—> Retrouvez la chronique que j’ai consacrée à Une histoire impossible, en cliquant sur ce lien : article

 

Publicités

Dites-lui que je l’aime, Clémentine Autain

dites-lui-que-je-l-aime.jpg

©Karine Fléjo photographie

Beaucoup de cinéphiles connaissent la comédienne Dominique Laffin. Peu savent qu’elle était la mère de Clémentine Autain. Une mère à laquelle l’auteure rend dans ce livre un hommage vibrant. Parce qu’il n’est jamais trop tard pour dire je t’aime…

Dominique Laffin, côté scène et côté cour : l’actrice et la mère

Dominique Laffin est décédée brutalement à 33 ans. Sa fille Clémentine était alors tout juste âgée de 12 ans. De cette mère comédienne, qui a connu un succès fulgurant et joua notamment aux côtés de Gérard Depardieu dans « Dites-lui que je l’aime », Clémentine parle peu depuis 30 ans. Et s’efforce de ne pas davantage y penser. Trop douloureux. Trop lourd. Mais les questions récurrentes de sa fille la ramènent sans cesse à cette femme dont la simple évocation lui crée une boule dans la gorge. Il ne lui est alors plus possible de reculer. Plus possible de fuir.

Et d’écrire sur cette actrice et mère trop tôt disparue. Et d’exhumer des pans de vie entiers, des souvenirs heureux ou douloureux, des espoirs déçus et des rires partagés. Si tous s’accordaient à louer l’actrice, sa sensibilité, sa présence devant la caméra, peu connaissaient la mère. Une mère défaillante, incapable d’assumer son enfant, de veiller sur elle, malgré l’amour infini qu’elle lui porte. Dépressive, elle noie son chagrin et sa solitude dans l’alcool. Mais l’alcool et le travail font mauvais ménage : elle manque des jours de tournage, arrive en retard. Une réputation qui va la précéder comme une traînée de poudre. Sa carrière sombre alors aussi rapidement qu’elle est montée. Les rôles se font rares. Et à la maison, ils s’inversent. C’est Clémentine qui veille sur elle, la ramène ivre à la maison, lui évite de sauter par la fenêtre. C’est Clémentine qui du haut de ses sept ou huit ans endosse le rôle de mère.

« Ce qui abîme, c’est la répétition. Ce qui nous a séparées, c’est la récurrence de ton incapacité à prendre soin de moi. Je n’ai plus trouvé la force de comprendre, j’ai condamné. Je n’ai plus cherché à relier les bribes d’interprétation possible pour te disculper, j’ai considéré que ce n’était pas mon problème. Je n’ai plus entretenu les moments de bienveillance et de joie, je les ai enterrés. Qu’importe la compassion et la compréhension, la justice ou la vérité, pourvu que je marche droit. »

Au fil des années, Clémentine a mis tous ses souvenirs derrière une porte cadenassée, a refusé de se retourner, de se laisser dévorer par ce passé douloureux. Regarder devant, toujours. Avancer, encore. Malgré tout. Malgré l’absence et les défaillances.

Le temps du pardon : un livre comme une déclaration d’amour

Clémentine Autain nous livre un témoignage poignant. Poignant par sa sincérité, son authenticité, sa force. Pas de règlement de comptes ici, bien au contraire. C’est apaisée et adoucie qu’elle revient sur la vie de sa mère, loue ses talents d’actrice, mais aussi ce que cette dernière lui a légué comme son féminisme, son indépendance, sa modernité, son engagement plein et entier. Elle évoque ses manquements, les blessures qu’ils ont légitimement laissées sur son cœur d’enfant et de femme, mais elle ne juge pas. Elle ne hait pas. Elle ne condamne pas. Au contraire, elle réalise combien cette mère, aussi absente et défaillante soit-elle, lui a apporté, combien elle a partagé de rires, de complicité avec elle dans ses moments de clairvoyance et de sobriété. Elle qui ne s’était plus autorisée à penser à sa mère ces dernières années, qui se refusait à regarder ses films, à laisser la moindre émotion affleurer, ouvre grand les vannes de son cœur, se sent prête. Et réalise combien elle l’aime…

 

Une histoire impossible, Guy Lagache

Une histoire impossible de Guy Lagache

©Karine Fléjo photographie

Une magnifique histoire d’amour, que les tumultes de l’Histoire malmènent. Où quand un homme qui s’est toujours conformé à ce qu’on attendait de lui, décide de prendre son envol… avant de réaliser qu’il a quitté une prison pour une autre. Passionnant, dense, envoûtant.

Un amour impossible en temps de guerre

Nous sommes en mai 1940 à Tiensin, en Chine. Tandis que l’Europe est à feu et à sang, dans les ambassades, on multiplie les cocktails et les réceptions en tous genres. C’est à l’occasion d’une réception chez le consul de Grande-Bretagne que Paul, vice-consul promis à une belle carrière, tombe éperdument amoureux de Margot, une jeune inconnue au regard émeraude.

Un amour qui s’annoncerait sous les meilleurs auspices si Paul n’était pas déjà marié. Et si Margot n’était pas anglaise. En effet, alors que le maréchal Pétain vient de se rallier à l’Allemagne, l’Angleterre se retrouve désormais dans le camp ennemi.

Paul se retrouve alors complètement écartelé, tant sur le plan sentimental que professionnel. Choisir c’est renoncer. S’il décide de suivre Margot, qui s’est engagée dans les services secrets anglais, alors il devra se couper de sa fille de neuf ans, Eléonore, qu’il chérit par-dessus tout. Suivre la voie du cœur, c’est aussi renoncer à la belle carrière qu’il a amorcée. Sa femme, d’une ambition dévorante, l’a toujours poussé dans son ascension, lui a dicté sa conduite et les codes à respecter pour gravir les échelons de la hiérarchie diplomatique. Il n’est qu’à quelques barreaux de la nomination d’ambassadeur. Peut-il sortir de son devoir de réserve et tourner le dos à pareil titre pour rejoindre la résistance à Londres ?

Paul est assailli par de térébrantes questions. Criblé de doutes. Lui qui s’est toujours conformé à ce qu’on attendait de lui, du choix de ses études au choix de sa carrière, en passant par celui de son épouse, étouffe. Besoin de respirer, de vivre conformément à ses besoins, à ses désirs. Besoin d’être lui-même. Libre.

Enfin libre.

Il quitte donc sa femme castratrice et sa fille pour rejoindre Margot. Avant d’être à nouveau séparé d’elle. L’Histoire n’a pas fini de chahuter son histoire d’amour.

Mais, quand ils seront enfin réunis, seront-ils heureux pour autant ? La présence de la femme aimée suffit -elle à effacer l’absence de ceux qu’on a laissés derrière soi, tout particulièrement celle de son enfant ? Quant à Margot, son rapprochement de Paul est-il uniquement mu par l’amour ? Quel jeu joue-t-elle réellement ? Le couple va devoir composer avec la culpabilité et le mensonge, redoutables ennemis de l’amour…

La liberté n’est parfois qu’illusion

Ce qui fascine dans ce roman de Guy Lagache, Une histoire impossible, c’est la densité de l’histoire, ses multiples rebondissements qui prennent le lecteur en otage de la première à la dernière page. Un roman très visuel, dont on perçoit les couleurs, les parfums, les décors et que l’on verrait très bien être adapté au cinéma.

Une histoire impossible, c’est l’histoire d’une passion qui s’inscrit dans la grande Histoire, interagit avec elle, comme un couple à trois. Car c’est là un des écueils de leur amour : dans leur couple, l’Histoire est le troisième personnage, une maîtresse terrible qui réclame sa part. L’autre écueil, pour cet homme si intègre et droit qu’est Paul, c’est d’avoir conquis sa liberté au prix d’un enfermement dans une culpabilité accablante. Ou quand l’illusion de la liberté devient illusoire…

Un roman à lire absolument!

La civilisation du poisson rouge, Bruno Patino

la civilisation du poisson rouge de Bruno Patino

La durée d’attention maximale d’un poisson rouge qui tourne dans son bocal est de 8 secondes. Celle de la génération des millennials, à savoir les jeunes qui ont grandi avec les écrans connectés, est de… 9 secondes. Sommes-nous devenus à ce point accros à nos écrans que nous en perdons toute capacité de réflexion et de concentration ? Pouvons-nous retrouver notre liberté et ne plus répondre aux sirènes des grandes multinationales et de leurs algorithmes ? Un essai passionnant.

Addiction aux écrans, réseaux sociaux et internet

Mais vous faisiez comment, avant, pour communiquer ? me demande ma belle-fille de 17 ans avec un regard éberlué, les deux pouces tapant un énième message à la vitesse de Buzz L’éclair sur son smartphone. « Au temps pas si lointain des dinosaures, on se donnait rendez-vous et on se voyait. Tout simplement. » Une réponse qui ne la satisfait visiblement pas. Elle fait partie de cette génération des millennials, qui a grandi avec des écrans connectés, le smartphone greffé au pouce et ne conçoit pas de monde sans. Dans cet essai édifiant, Bruno Patino fait un état des lieux pour le moins alarmant mais non irréversible. Le temps moyen passé sur un smartphone atteint des niveaux inquiétants, de l’ordre de 5 heures par jour et pas moins de 30 activations par heure éveillée. Des centaines de sollicitations soigneusement orchestrées par les algorithmes et les robots des grandes multinationales, qui se battent pour conquérir notre attention. Sms, notifications, timelines, photos, rappels, vidéos, stories, notre attention est sollicitée en permanence. Au point que nombre d’entre nous y répond sans plus même réfléchir, par réflexe pavlovien presque, happés par ces sollicitations multiples. Accros à nos écrans comme on peut l’être à la cigarette ou au chocolat. Sauf que cette addiction n’est pas sans danger.

« Une étude du Journal of Social and Clinical Psychology évalue à 30 mn le temps maximum d’exposition aux réseaux sociaux et aux écrans d’Internet au-delà duquel apparaît une menace pour la santé mentale. »

Sommes-nous tous sous emprise, conduits à augmenter nos doses de consommation d’écran, incapables de résister à nos envies de consulter notre smartphone, véritables esclaves qui s’ignorent ?

Une dépendance qui n’est pas un effet secondaire indésirable mais au contraire convoité par les GAFAM qui dispensent ces services et se comportent sciemment en dealers. Tout est minutieusement étudié pour entretenir l’addiction et absorber l’attention. Sans temps loin des écrans pour réfléchir, s’aérer l’esprit, laisser place à l’imaginaire, à la méditation, à l’émergence du désir, sommes-nous réduits à n’être que des poissons rouges vidés de leur substance, tournant en rond dans l’océan du net ?

La civilisation numérique : une malédiction ou une chance ?

Bruno Patino, directeur éditorial d’Arte France, dirige l’école de journalisme de Sciences-Po. Ce spécialiste reconnu des médias et des questions numériques dresse un état des lieux passionnant de la civilisation numérique aujourd’hui. Il souligne les bouleversements profonds de nos repères et de nos rapports au temps, à l’information, à la culture, au savoir, qu’elle engendre. Un constat alarmant mais non résigné. Pour lui, il n’y a pas de fatalité; il n’y a pas à redouter une toute puissance des GAFAM face à des utilisateurs lobotomisés et passifs. Il ne sert à rien de s’asseoir dans un fauteuil de lamentations et d’attendre l’apocalypse numérique en pleurant sur notre sort, spectateur de notre addiction. Pas plus qu’il ne faut rejeter l’économie numérique. Non, l’heure n’est pas arrivée où les robots, grâce aux développements de l’Intelligence Artificielle, provoqueront la disparition de l’homme. Il s’agit au contraire d’être acteur, de poser des règles dans cet ordre nouveau, de composer avec l’économie numérique en bonne intelligence et non de nous y opposer. Pour évoluer vers un nouvel humanisme numérique. Pour retrouver notre liberté. Mais pour cela il faut combattre et guérir.

Rencontre avec Marie Charvet et son éditrice chez Grasset : le parcours de publication d’un premier roman

Marie-charvet

Je vous ai parlé le mois dernier de mon énorme coup de coeur pour le roman de Marie Charvet, L’âme du violon. Un premier roman magnifique tant par le style que par la profondeur de l’histoire. Ce mardi, à la librairie Ici, Marie Charvet et son éditrice Chloé Deschamps (éditions Grasset) sont venues nous parler du roman sous un angle particulier et très intéressant : le parcours de publication d’un premier roman.

Chloé Deschamps (éditrice) : Comment est née l’inspiration de ce livre ?

Marie Charvet  : Dans ma famille, il y a un violon signé Maggini, luthier italien du XVIème siècle, dont il a fallu s’assurer de l’authentification. Cette anecdote familiale, concernant le violon de maître de mon arrière-grand-père, m’a toujours trotté dans la tête et a servi de point de démarrage. Après, cela va paraître peut-être un peu bizarre, mais l’idée d’écrire un roman choral, avec trois temporalités, quatre personnages m’est venue au réveil un jour à 5h du matin. J’ai noté mes idées et me suis rendormie. J’ai tout de suite eu très clairement les quatre personnages et les quatre histoires. Après, j’ai eu beaucoup de mal à mettre en place le puzzle, c’est-à-dire à faire s’imbriquer parfaitement les pièces.

CD : Est-ce que tu savais où tu allais avec tes personnages, où tu allais les emmener ? 

MC : Plus ou moins. Je savais où allaient mes personnages, que le violon serait le fil conducteur. J’ai écrit de façon linéaire, ce qui était compliqué. C’est-à-dire que j’écrivais au XVIe siècle puis dans les années 30 puis au XXIe siècle, puis je recommençais au XVIème siècle , ainsi de suite. J’ai mis un point d’honneur à écrire dans cet ordre-là. Cela m’a aidée à garder un fil pour que le lecteur ne soit pas trop perdu.

CD : Avant de te lancer dans l’écriture, as-tu lu des livres d’auteurs sur l’écriture comme par exemple Lettre à un jeune poète de Rainer Maria Rilke, Ecrire de Marguerite Duras ou un manuel d’écriture, as-tu essayé d’aller dans un atelier d’écriture ou t’es-tu lancée au contraire toute seule ?

MR : Je n’ai pas eu ce genre d’ouvrage, Je n’ai pas du tout pensé qu’il allait falloir que je prenne un mode d’emploi. Je pense que j’aurais été terrorisée de lire les conseils donnés par un écrivain, cela m’aurait complètement inhibée. Donc je me suis lancée, guidée par mon intuition.

Marie-charvet-et-chloe-deschamps

CD : Quand écrivais-tu ?

MC : J’écrivais pendant les vacances, pendant mon temps libre, lors des longs weekends, car il me fallait des séquences d’au moins 3, 4 ou cinq jours pour rester plongée dans l’univers du livre. J’ai un travail assez prenant donc peu de temps et donc les périodes d’écriture étaient assez espacées. C’est pourquoi l’écriture de ce roman m’a pris environ deux ans.

CD : Avant de commencer l’écriture, t’étais-tu organisée pour faire tes recherches, te documenter, ou as-tu fait les recherches nécessaires à l’histoire au fil de l’eau ?

MC : Je n’ai pas fait les recherches en amont et comme il y avait vraiment beaucoup de recherches à faire, c’était un peu l’enfer. Je partais à la pêche aux informations au fil de l’eau ce qui me prenait beaucoup de temps. Cela m’a beaucoup ralenti dans l’écriture.

CD : À quel moment t’es-tu dis que tu allais envoyer ton manuscrit un éditeur ? Était-ce pendant la rédaction ou une fois que tu as terminé le manuscrit ?

MC : Lorsque les quatre premiers chapitres ont été rédigés, je les ai envoyés à quelqu’un qui dirige des ateliers d’écriture pour avoir son avis. Et il m’a vraiment encouragée à poursuivre. Donc j’ai poursuivi et lorsque j’ai terminé la rédaction je lui ai renvoyé le manuscrit entier. Mais là, je n’étais pas du tout dans l’idée d’envoyer ce manuscrit une maison d’édition, j’étais encore dans le processus d’écriture. Je n’avais pas l’édition en ligne de mire car cela me paraissait complètement improbable. C’était davantage un projet que j’avais eu envie de suivre, de terminer. Et là, il m’a dit qu’il fallait l’envoyer à une maison d’édition. Je l’ai donc posté notamment aux éditions Grasset.

CD : Je l’ai en effet reçu pendant l’été, il est passé en comité de lecture et a plu immédiatement. Et là on a commencé à travailler. Il y a eu trois versions. Est-ce que tu pensais que le travail éditorial serait celui-ci ?

MC : Mon premier métier était d’écrire des livres de voyage donc je savais qu’à partir du moment où on signe avec un éditeur, il y a un peu de travail derrière. En revanche je ne pensais pas que ce serait aussi fouillé. On a eu une très bonne relation et il y a eu beaucoup d’engagement de ta part, de précision dans la lecture et dans les retours sur le texte. J’ai trouvé cela magique. Et c’était très soulageant, car pendant deux ans j’étais toute seule dans l’écriture et là j’avais quelqu’un avec qui je pouvais échanger.

CD : Peut-être peux-tu expliquer en quoi notre travail a consisté ?

MC : Oui. En fait il y a eu trois étapes. La première a été d’étoffer les personnages, de leur donner du relief et de les façonner. La deuxième étape a été d’aller interroger des spécialistes dans divers domaines pour nourrir le texte : j’ai échangé avec un luthier, avec un collectionneur de tout ce qui concerne le paquebot Normandie, … La troisième étape a consisté à travailler sur la fluidité du texte à chasser les répétitions. Ces trois étapes ont pris huit mois.

CD : As-tu déjà une idée du prochain livre que tu vas écrire ? Et penses-tu que l’expérience éditoriale que tu viens de vivre va changer quelque chose dans ta façon d’aborder l’écriture du prochain ?

MC : Oui, cette expérience va me servir. Déjà, je vais partir sur un projet d’écriture qui va nécessiter des recherches beaucoup moins compliquées. Et j’ai mis en place cette fois une méthode d’écriture : je fais des fiches pour mes personnages, je mets des dates, des repères. Et puis, cette fois mes personnages sont beaucoup plus étoffés, beaucoup plus vivants, dès le départ. Ils ont presque déjà une vie avant d’exister dans le manuscrit. Au niveau de l’écriture, je ne veux plus me servir de mon ordinateur. Écrire sur un cahier, sur des carnets, permet d’être beaucoup plus libre, de s’affranchir des questions d’électricité, de batterie, de soleil qui éblouit l’écran, d’ordinateur lourd dans le sac. Avec un carnet, c’est la liberté. Quant au sujet du prochain, comme je travaille pour un haut joailler de la Place Vendôme, je suis au contact de beaucoup d’anecdotes sur des histoires de bijoux, ce qui sera ma matière de démarrage. Ce sera l’histoire d’une femme de 35 ans, commissaire-priseur, qui va devoir enquêter sur des bijoux pour en savoir plus sur sa propre vie..

 

—> Si vous voulez lire la chronique coup de cœur que j’avais consacrée à ce roman, vous pouvez cliquer sur ce lien : L’âme du violon

l'âme du violon de Marie Charvet

 

Comment j’ai raté ma vie, Bertrand Santini et Bertrand Gatignol

album comment j'ai raté ma vie

Un album illustré plein de tendresse et d’humour, mais aussi de profondeur, qui s’adresse aussi bien aux enfants qu’aux adultes. Un gros coup de coeur!

L’essentiel en quelques mots et dessins ou qu’est-ce que la réussite?

Si Jacques Séguéla, publicitaire, a marqué les esprits avec sa remarque « Si à cinquante ans, on n’a pas une Rolex, on a raté sa vie », force est de reconnaître qu’il n’a pas remporté l’adhésion. Surtout pas celle de Bertrand Santini (auteur du texte) et de Bertrand Gatignol (illustrateur). Pas plus que la mienne entre nous soit dit 😉

Dans la première partie de l’ouvrage, l’auteur nous fait suivre le quotidien d’un petit garçon qui vit une existence très ordinaire mais s’évade par le rêve. Sa modeste maison se transforme alors en château, ses boules de pins en trésors de la forêt, son reflet dans la glace en celui d’un beau jeune homme, le gris du ciel en un beau soleil. Il s’émerveille de tout, fait de sa réalité un monde enchanteur.

Mais un jour, il grandi…

Dans la seconde partie, l’adulte qu’il est devenu a en apparence réussi, du moins en a-t-il tous les signes extérieurs. Il vit effectivement dans une belle maison, peut voyager là où il fait toujours beau, connait beaucoup de monde, a les femmes à ses pieds. Mais est-il pour autant heureux?

Réussir sa vie

Cet album, publié aux éditions Grasset jeunesse et donc davantage destiné aux enfants, a tout autant séduit l’adulte que je suis et offre divers niveaux de lecture. En effet, en une phrase accompagnant le dessin sur la page en regard, les auteurs ont su saisir l’essentiel. L’essentiel du bonheur, de l’épanouissement, des valeurs de l’existence. Non sans humour, ils raillent ceux qui ne voient de réussite que dans le matériel, collectionnent les belles femmes comme les voitures et les relations superficielles. Des hommes et des femmes qui brillent en société, car à des postes importants, Rolex au poignet, voiture de luxe dans le garage, voyages au bout du monde en jet privé, mais qui sous le vernis de apparences, sont souvent seuls et malheureux.

Car tout ce qui brille n’est pas de l’or. Qu’en est-il vraiment de l’authenticité des relations? Sur combien d’amis peut-on compter vraiment? L’important est-il le nombre de relations ou la qualité de nos liens avec les autres? Et que reste-t-il de nos rêves d’enfant? Les dessins très épurés, à l’image du texte qui les accompagne brossent en quelques pages le portrait du bonheur par son opposé : l’illusion du bonheur.

 

Rentrée littéraire : Le procès du cochon, Oscar Coop-Phane (Grasset)

img_7523

Le procès du cochon, Oscar Coop-Phane

Editions Grasset, janvier 2019

Rentrée littéraire

Un roman étrange, qui nous entraîne entre le 12ème et le 18ème siècle au théâtre de l’absurde : le procès d’un cochon, meurtrier d’un bébé. D’une langue tranchante et pénétrante, Oscar Coop-Phane fouille les sentiments humains, la peur, la colère, la cruauté et la soif de vengeance, mais aussi l’empathie ou la peine. Un texte allégorique où chacun reconnaîtra dans l’animal, le porc qu’il voudra.

Après une marche pénible en pleine campagne et une nuit perturbée par l’orage, il était arrivé aux abords d’une jolie maisonnette blanche, avec sur le devant, posé sur la pelouse, un bébé dans un panier en osier.

Il s’est alors approché et n’a pas pu résister à l’appel de cette chair dodue, avant de retourner sous un arbre se repaître de ses agapes.

Un repos de courte durée. Les hommes sont à ses trousses, assoiffés de vengeance.

Et d’être arrêté.

Sauf que le coupable n’est pas un être humain mais un animal. Plus exactement, un cochon. Qu’à cela ne tienne, il aura un procès, comme tout meurtrier. Ainsi en était-il jusqu’à la fin du 18ème siècle.

Sous la forme d’une pièce de théâtre en quatre actes (le crime, le procès, l’attente, le supplice), Oscar Coop-Phane nous fait vivre le procès de l’animal, coupable non doté de parole. Comment comprendre ce qui a motivé son crime, s’il ne peut l’expliquer à la cour ? Car pour juger, pour émettre une sentence, il faut comprendre, savoir quelles sont les motivations du tueur, au risque sinon, de juger de façon arbitraire et d’être aussi criminels que celui que l’on juge. Une réflexion très contemporaine sur la justice, les notions de responsabilité et de culpabilité, l’empathie, le danger des émotions qui prennent le pas sur la raison. Un roman hors du commun.