Je ne veux pas être jolie, Fabienne Périneau

Je ne veux pas être jolie

Un livre bouleversant, qui résonne avec l’actualité #MeToo. Ou quand le silence des mères réduit l’enfant à une insondable solitude.

Libérer la parole

Georgia, alias Jo, est informée du décès de sa mère à l’hôpital. Pendant des années, elle a espéré de cette dernière une explication, une forme de reconnaissance, des excuses, une demande de pardon. En vain. Alors quand elle apprend sa mort, aucune larme ne lui vient.

Tandis qu’elle retourne pour les obsèques à l’hôtel du bord des vagues, hôtel appartenant à son oncle Franck, son passé lui explose au visage. Ces blessures infligées l’année de ses 8 ans, tandis qu’elle avait séjourné seule chez son oncle et sa tante, se ravivent avec force. Pendant des années, Jo les avait refoulées pour tenter de se reconstruire, d’avancer. Malgré l’humiliation. Malgré la honte. Malgré l’horreur.

Mais le retour sur les lieux du cauchemar fait tout ressurgir. Georgia sent qu’elle n’a pas d’autre choix que de verbaliser ce qui s’est passé. De partager avec ses frère et sœur, le drame qu’elle a vécu enfant, à un âge où on n’avait de cesse de louer sa beauté. Elle qui n’aurait pas voulu être jolie mais juste respectée. Protégée.

Mais ses proches sont-ils prêts à entendre la vérité ? la famille va-t-elle accepter le séisme de ses révélations ? Car les aveux de Jo vont remettre en cause l’équilibre familial, faire voler les apparences en éclats…Et d’ailleurs, Jo est-elle la seule à porter un lourd secret ? Pourquoi sa mère, témoin indirect du drame, ne l’a-t-elle pas protégée ?

Secrets de famille et silence des mères

Je découvre Fabienne Périneau à l’occasion de la parution de son roman Je ne veux pas être jolie aux éditions Pocket. Un roman qui m’a bouleversée. Avec beaucoup de sensibilité, la romancière montre combien il est difficile de parler, de libérer la parole, d’autant plus difficile quand le courage de parler se heurte à la non-volonté de l’entourage d’écouter, de voir et/ou de croire. Pour la victime, c’est alors la double peine.

Un roman très contemporain, à une époque où la libération de la parole est devenue le credo de chacun. Parce que mettre des mots sur ses maux, parce que témoigner, oser parler, c’est déjà se reconstruire un peu.

Informations pratiques

Je ne veux pas être jolie, Fabienne Périneau-éditions Pocket, avril 2021 – 220 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s