Thriller : Vérita, Karel Gaultier

Sexe, drogue, trafic d’œuvres d’art, vengeance, oligarchie russe, le nouveau thriller de Karel Gaultier est librement inspiré de faits réels. Un suspense haletant et une chute vertigineuse sur toile de fond de chantage.

Immersion dans l’univers des milliardaires

Dans la petite société de milliardaires basée autour du lac Léman, le sexe et la drogue font partie du quotidien des affaires. Ainsi, Stallone, l’homme de main de l’oligarque russe Youi Karatov, est régulièrement chargé de fournir de la cocaïne et des femmes triées sur le volet aux invités lors des fêtes. Parmi ces gens fortunés, l’avocat suisse le plus renommé, une galeriste peu scrupuleux, un faussaire ancien agent du Mossad, le couple russe Karatov et leur fille. Mais même si les robes scintillent sous le soleil suisse, les affaires ne sont pas toutes rutilantes. Alors pour aider la Providence, certains n’hésitent pas à copier des œuvres d’art, à falsifier les rapports d’expertise et à les vendre pour d’authentiques toiles de maitre. Un trafic bien huilé. Mais l’argent est-il le seul but ?

Les choses se gâtent quand un lanceur d’alerte, dont le pseudo est Vérita, commence à dévoiler sur la toile les agissements peu avouables de ces grandes fortunes. Qui se cache derrière Vérita ? Quels sont ses motifs ?  A qui en veut-il vraiment ? Au sein du ghetto de milliardaire c’est le séisme.

Trafic d’œuvres d’art et vengeance

C’est un thriller aux rouages implacables que nous livre Karel Gaultier avec Vérita, paru aux éditions Slatkine. L’auteur nous immerge dans le marché de l’art qu’il connait visiblement excellement bien, de la présentation des œuvres et des peintres aux techniques de réalisation ou de détection de faux. Avec brio, il entraine le lecteur sur la piste de ce lanceur d’alerte, maintient la tension narrative et le rythme grâce à de courts chapitres. S’amuse à jouer avec les nerfs du lecteur, à l’entrainer sur de fausses pistes. Car la toile finale n’est pas du tout celle qui semblait se dessiner au fil des chapitres. Faussaire, Karel Gaultier ? Non expert en fausses pistes !

Un thriller haletant et d’une grande érudition.

Informations pratiques

Vérita, Karel Gaultier – éditions Slatkine, mai 2022- 351 pages

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s