Les gratitudes, Delphine de Vigan (JC Lattès) : magnifique…

les-gratitudes-de-vigan

ÉNORME COUP DE CŒUR (aussi gros que ces lettres !)

Ce roman de Delphine de Vigan est un bijou de sensibilité et de délicatesse. Il évoque la vieillesse, le temps qui passe et, avant qu’il ne soit trop tard, l’impérieuse nécessité de dire « merci ». Pas un merci de pure politesse, mécanique, vide, mais un vrai merci, un merci incarné, dense, plein, l’expression de la gratitude.

Le sujet du nouveau livre de Delphine de VIGAN

Michka n’est plus toute jeune et ces derniers temps, perd un peu la tête, cherche ses mots. Vivre seule ne lui est plus possible. Il faut envisager son placement dans un EHPAD. Heureusement, arrachée à son environnement familier, elle peut compter sur le soutien de Marie, une jeune femme et voisine qu’elle a connue toute petite, ainsi que sur Jérôme, l’orthophoniste.

Pour Marie, Michka est une deuxième maman, une femme qui a veillé sur elle dès son plus jeune âge, tandis que sa propre mère, dépressive et dépassée par les événements, était incapable de s’occuper d’elle. Et de vouer à la vieille femme une tendresse et une reconnaissance infinies.

Jérôme, lui, « travaille avec les mots et avec le silence. Les non-dits. (…) avec l’absence, les souvenirs disparus et ceux qui reSsurgissent, au détour d’un prénom, d’une image, d’un parfum. » Et de constater à cette occasion « la pérennité des douleurs d’enfance. Une empreinte ardente, incandescente, malgré les années, qui ne s’efface pas. » Et justement, Michka porte en elle l’empreinte d’un couple dont elle ne connaît que les prénoms, des êtres qui semblent lui tenir à cœur mais dont elle a perdu la trace depuis des décennies. Qui sont donc Nicole et Henri ? Quel rôle ont-ils joué dans la vie de Michka ? Saura-t-elle habiller de mots ses souvenirs ?

Marie et Jérôme décident d’unir leurs forces pour aider Michka à accomplir une dernière mission, d’une importance capitale. Vitale même pour elle.

Mon avis sur Les gratitudes

Les gratitudes est un roman indiciblement touchant, viscéralement humain, d’une sensibilité à fleur de mots. Difficile de vous en parler tant tout ce que je pourrais écrire me semble en deçà de ce que j’ai éprouvé à sa lecture. J’ai envie de vous dire : jetez-vous dessus ! Courez en librairie ! Lisez-le ! Offrez-le ! Et j’ai surtout envie de dire à Delphine de Vigan : MERCI, merci de nous offrir une si belle histoire, de ces écrits qui redonnent foi en l’être humain.

« Vieillir, c’est apprendre à perdre. (…) Perdre ce qui vous a été donné, ce que vous avez gagné, ce que vous avez mérité, ce pour quoi vous vous êtes battu, ce que vous pensiez tenir à jamais. Se réajuster. Se réorganiser. Faire sans. Passer outre. N’avoir plus rien à perdre. »

Un commentaire sur “Les gratitudes, Delphine de Vigan (JC Lattès) : magnifique…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s