La fabrique des souvenirs, Clélia Renucci

La fabrique des souvenirs Renucci

Un roman brillant, d’une grande érudition, où virtuel et réel se rejoignent pour nous offrir un voyage dans les souvenirs. Et avant tout, un beau roman d’amour de cette rentre littéraire.

Voyage dans le temps et la mémoire

Gabriel, jeune trentenaire qui travaille à la radio de l’Académie française, réalise une série d’émissions sur la mise en scène de Phèdre.  A cette fin, il acquiert aux enchères le souvenir d’une représentation de Phèdre jouée par Marie Bell dans les années 40. Alors qu’il se plonge dans ce souvenir, son attention est détournée de la scène par la vision hypnotique d’une spectatrice devant lui, ou plus exactement de sa nuque. Et le spectacle de cette nuque si délicate de le hanter toute la nuit, de devenir au fil des jours une obsession. Il veut en retrouver la propriétaire. Quitte à flirter avec la folie.

Autour de lui, c’est l’incompréhension. Son frère Edouard, metteur en scène de théâtre, peine à comprendre comment Gabriel peut s’être emmouraché d’une femme virtuelle, dont il ne croisera jamais la route.  Sara, qui essaye en vain de séduire Gabriel, comprend que ses tentatives seront d’autant plus vaines que désormais elle a une rivale, fût-elle fantomatique. Mais tous deux ne veulent pas laisser leur proche dépérir ainsi et se mobilisent pour l’aider à trouver d’autres souvenirs à acheter, dans lesquels puiser des indices sur l’identité de la jeune inconnue dans le public.

A l’image de Phèdre, pièce qui sert de fil rouge au roman, l’amour de Gabriel pour l’inconnue restera-t-il un amour impossible ?

Réel versus virtuel

Avec La fabrique des souvenirs, paru chez Albin Michel en cette rentrée littéraire, Clélia Renucci part d’une idée géniale. Celle de la possibilité d’acheter les souvenirs d’autres personnes et de se projeter à leur place pour revivre ce souvenir. Le nom MemoryProject. Il ne s’agit pas simplement d’accéder à la connaissance de ce souvenir, mais de sentir, voir, entendre, ressentir, tout ce que le propriétaire du souvenir avait éprouvé à ce moment précis. De véritables voyages dans le temps, qui permettent d’assister à des représentations de Théâtre données 80 ans plus tôt, de déjeuner à la table d’un grand artiste ou tout autre rêve qui est vôtre.

Au fil des pages et des voyages dans les mémoires, Gabriel et ses proches reconstituent le puzzle de la vie de l’inconnue, mettent un nom sur son visage, un instrument dans ses mains, situent sa présence à des moments clés. Gabriel évolue sur des montagnes russes, au gré de ses découvertes sur l’inconnue. Un roman d’amour mené avec brio, magnifiquement écrit, où virtuel et réel jouent de concert.

Informations pratiques

La fabrique des souvenirs, Clélia Renucci – rentrée littéraire – éditions Albin Michel, août 2021 – 310 pages – 19,90€

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s